Le Mans’Art : Michel explique ce week-end comment il date une œuvre

0 21.11.2011 09:46

Ancien conservateur scientifique au Getty Museum de Los Angeles, Michel Bouchard a créé il y a un an le centre d’analyses et de recherche en art et archéologie au Mans. Ce week-end, il dévoile ses secrets lors de la manifestation Le Mans'art au Mans.Parmi la foule de spécialistes du patrimoine ce week-end au Mans dans le cadre de Le Mans’Art, il faudra compter sur la présence de Michel Bouchard. Ce scientifique de formation qui vit au Mans depuis un an, a créé le centre d’analyses et de recherche en art et archéologie dans la préfecture sarthoise. Un laboratoire qui use de différentes techniques physico-chimiques pour répondre à des questions liées à la conservation, la restauration, la datation, la caractérisation ou l’authentification d’un objet d’art.« Le siège social est au Mans, mais j’ai un bureau à Paris », précise ce spécialiste de 38 ans qui intervient sur toute la France et dans le Nord de l’Europe.Car jusqu’à la création de son centre d’analyses, seul le laboratoire du Louvre était en capacité en France de procéder aux études et recherches de ce type. « J’ai quitté le Getty Museum de Los Angeles où j’étais conservateur scientifique pour créer ce centre qui n’existait pas en France ». Depuis plusieurs autres laboratoires ce sont créés.Analyser la composition d’une toileParmi les différents instruments qu’il utilise, Michel Bouchard pourra notamment présenter ce week-end son spectromètre à fluorescence, dans la salle du conseil de l’hôtel de ville. À peine plus gros qu’un lecteur de code-barres, ce spectromètre permet de connaître la composition d’une toile ou d’une sculpture par exemple.Ceci à plusieurs fins. Pour authentifier une œuvre tout d’abord. « En passant le spectromètre sur une toile supposée de Picasso, on peut, sans prélèvement, déterminer la composition chimique des peintures utilisées. En comparant, avec les notes de Picasso dans lesquelles il indiquait quelles peintures il utilisait, on peut avancer dans l’authentification de l’œuvre ». Croisées avec les indications d’un graphologue et d’un historien de l’art, ces indications permettent de s’approcher de la vérité.Le spectromètre permet également de dater indirectement un objet en fonction de ce dont il est composé et des connaissances que l’on a de l’utilisation des matériaux. Il permet également de savoir pourquoi une œuvre se détériore. « Sur une œuvre de O’Keeffe, on s’était rendu compte qu’un rouge devenait jaune. L’analyse a montré que le pigment était photosensible et que c’est la lumière qui modifiait la couleur ».Ou quand la science vient au secours de l’art et du patrimoine…Jean-François BARONMichel Bouchard sera présent dans la salle du conseil de l’hôtel de ville aujourd’hui et demain de 9 heures à 18 heures.Les Journées MansArt se déroulent également à la collégiale Saint-Pierre-La-Cour, l’hôtel de Ville, le Carré Plantagenêt et la cathédrale Saint-Julien.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.