Le festival d'Orange ouvre avec la "Tosca" de Puccini et "Mireille" de Gounod

0 21.11.2011 09:42

Les Chorégies d'Orange (Vaucluse) ouvriront jeudi soir, avec "Tosca" de Puccini, une édition 2010 affichant une certaine prise de risque autour de son second opéra, "Mireille" de Gounod, qui demeure une rareté et n'a pas été joué au théâtre antique depuis quatre décennies.Deuxième festival lyrique de France après celui d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), face auquel elles affichent un visage plus populaire, les Chorégies disposent d'un budget d'environ 4 millions d'euros, les subventions ne représentant que 15 à 18% de ce montant.Pour veiller à un équilibre financier fragile, surtout en temps de crise, le directeur général Raymond Duffaut se doit de programmer au moins un pilier du répertoire et de ne pas bouder les stars, gages d'une bonne billetterie.Cette année, l'équation passe par une "Tosca" jouée à guichets fermés et la venue du ténor vedette Roberto Alagna, qui signera sa 12e participation depuis 1993 aux Chorégies.Les quatre chefs d'orchestre invités (le Finlandais Mikko Franck, le Français Alain Altinoglu, l'Italien Giovanni Antonini et le Canadien Kwamé Ryan) feront eux leurs débuts dans l'immensité (8.300 places) du théâtre antique.Mikko Franck dirigera "Tosca" jeudi et dimanche, à la tête d'un plateau comprenant, outre Robert Alagna (Cavaradossi), la soprano américaine Catherine Naglestad dans le rôle-titre et le baryton-basse Falk Struckmann (récent Wotan à Paris) en Scarpia.La production est mise en scène par Nadine Duffaut, qui barrera le mur romain d'un immense tableau représentant la marquise Attavanti (peinte par Mario Cavaradossi dans le livret).Dans la fosse prendront place le Finlandais Mikko Franck et l'Orchestre philharmonique de Radio France, qui accompagnera aussi, sous la direction du baroqueux Giovanni Antonini vendredi, la soprano française Natalie Dessay et le ténor péruvien Juan Diego Florez (débuts à Orange) dans un programme de bel canto.La seconde production (4 et 7 août) signera le retour dans sa Provence d'origine de "Mireille" de Gounod, charmante partition du XIXe siècle français, un spectacle confié à un spécialiste de ce titre, Robert Fortune.Le metteur en scène a voulu une "Mireille" couleur locale, avec un ciel bleu provençal planté dans les ruines romaines. La production permettra de vérifier si la nouvelle école française de chant peut relever les défis de la partition: la distribution, réunie autour de Nathalie Manfrino (Mireille) et Florian Laconi (Vincent), avec la Vincenette de Karen Vourc'h et l'Andreloun d'Amel Brahim-Djelloul est en tout cas prometteuse.Alain Altinoglu conduira dans cet ouvrage l'Orchestre national Bordeaux-Aquitaine, qui donnera en outre (le 6 août) un concert Tchaïkovski sous la direction de son chef Kwamé Ryan et en compagnie du pianiste turc Fazil Say.Attiré par la présence de Roberto Alagna, généralement source d'audiences solides pour du lyrique (autour de 2 millions de téléspectateurs), France Télévisions diffusera en direct (sur France 2) la seconde représentation de "Tosca" mais pas "Mireille", titre qui a déjà fait l'objet d'une retransmission cette saison, en ouverture du mandat de Nicolas Joel à l'Opéra de Paris.L'affiche de 2011 est déjà connue. Les Chorégies limiteront les risques liés à la fréquentation avec une édition "tutto Verdi" ("Aïda" et "Rigoletto"). Mais sans Roberto Alagna cette fois.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.