Le cerveau des attentats du métro de Moscou tué au Daguestan, annonce la Russie

0 21.11.2011 09:40

Les forces de sécurité russes ont tué samedi au Daguestan, république instable du Caucase russe, un chef rebelle soupçonné d'avoir organisé le double attentat du 29 mars contre le métro de Moscou (40 morts), a déclaré le Comité national antiterroriste.Selon certaines informations, l'homme tué, Magomedali Vagabov, était l'époux de Mariam Charipova, une des femmes kamikazes du métro de Moscou, mais les autorités ne l'ont pas confirmé officiellement.Magomedali Vagabov a été tué lors d'un affrontement avec les forces de sécurité russes au cours duquel quatre autres insurgés ont trouvé la mort, a précisé le comité dans un communiqué diffusé par des agences de presse russes.Le double attentat contre le métro de Moscou, attribué à deux femmes kamikazes, avait fait 40 morts et plus de 100 blessés."Vagabov était l'organisateur des attaques suicide contre le métro de Moscou, il était activement impliqué dans le recrutement de jeunes pour la clandestinité et a organisé l'entraînement des kamikazes", a affirmé le comité.Dans le communiqué, le chef rebelle tué est présenté comme le numéro deux de l'insurrection d'inspiration islamiste qui agite le Caucase du Nord depuis quelques années.L'affrontement de samedi, qualifié de bref, s'est produit dans le village montagneux de Gunib où les rebelles s'étaient retranchés dans une maison."Lorsque l'incendie dans le bâtiment a été circonscrit, un des corps a été identifié comme étant celui de Magomedali Vagabov", précise le communiqué.L'information selon laquelle il serait l'époux de Mariam Charipova a été catégoriquement démentie par le père de cette dernière dans des interviews à des médias, mais des agences de presse russes ont présenté Charipova comme l'une des épouses de Vagabov selon la charia (loi islamique).Outre le double attentat contre le métro de Moscou, Vagabov est tenu pour responsable d'une série d'attaques contre les forces de sécurité et contre les chemins de fer, ajoute le communiqué.Le texte officiel affirme que le chef rebelle, qualifié de "bandit bien connu", avait été entraîné dans un camp au Pakistan et qu'il avait des contacts avec un certain nombre de groupes terroristes internationaux.Le communiqué ne fait état d'aucune perte ni parmi les forces de sécurité ni parmi les civils du village ciblé.Plusieurs républiques du Caucase russe sont en proie à une violente rébellion aux accents islamistes. Des attaques et des attentats s'y produisent presque tous les jours. Le Daguestan est particulièrement affecté par les violences.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.