Le Brésil écrase le Chili pour affronter les Pays-Bas en quart, choc Espagne-Portugal

0 21.11.2011 13:34

Le Brésil a pris avec l'art et la manière son billet pour les quarts de finale du Mondial-2010 en écrasant le Chili (3-0), complètement dépassé par un jeu fluide où les attaquants de la Seleçao s'en sont donné à coeur joie, lundi à Johannesburg.Le Brésil a rendez-vous en quart avec les Pays-Bas qui ont éliminé aisément la Slovaquie (2-1), vendredi à Port Elizabeth (14h00 GMT). En attendant, la bande à Dunga a confirmé sa supériorité dans ce duel sud-américain, avec cette 6e victoire en autant de confrontations depuis 2006.En Coupe du monde, l'histoire est de toute façon toujours la même pour le Chili quand il rencontre cet adversaire, avec cette 3e défaite, après le 4-2 en demi-finale (1962) et le 4-1 en 8e (1998). Ce lundi à Johannesburg, il y avait des montagnes plus hautes que les Andes entre les deux pays.Car le Brésil est arrivé en Afrique du Sud ! Non pas son avatar de la phase de groupes au jeu guère emballant, européen "dans-le-mauvais-sens-du-terme". Non, le vrai Brésil, celui qui joue à une touche de balle, qui glisse sur le pré. Pas encore le grand Brésil millésime 1970. Mais un peu dans l'esprit. L'aboutissement de "trois ans de travail", selon Dunga. Et une belle réplique aux critiques. "Si des gens pensent qu'on était +morts+, la réponse, on l'a donnée ce soir", s'est félicité Bastos.Le Chili a bien aidé les Auriverde. Le pari de son sélectionneur, Marcelo Bielsa, était osé, voire fou, rapport à son surnom "El Loco". "Pour moins défendre, il faut attaquer, parce que ça signifie posséder le ballon, jouer près de la surface adverse", avait-il dit la veille.Alors le Chili a attaqué, a entrepris. Mais c'est à croire que le jeu renforce le jeu. Pressés par une agressive Roja, les Brésiliens étaient contraints d'accélérer leurs passes. Et rien ne leur sied davantage qu'une équipe qui s'ouvre.Mais c'est quand la Seleçao retrouve un jeu léché qu'elle marque sur... coup de pied arrêté, un but de la tête de Juan, sur un corner de Maicon (35, 1-0). L'équipe pouvait se libérer, et le plus beau allait venir. Trois minutes après seulement.Robinho déborde côté gauche, centre en retrait pour Kaka qui remet dans l'axe, dans le tempo exact, pour Luis Fabiano qui n'a plus qu'à effacer le gardien et doubler la mise (38, 2-0). Ces trois minutes, et le coup au moral afférent, ont été fatales aux Chiliens."Mon rôle est d'aider, ce n'est pas de marquer. Je suis très heureux quand je peux aider les autres à marquer des buts", a savouré Kaka, qui retrouve son meilleur niveau, avec sa troisième passe décisive dans le tournoi.Le forfait de Felipe Melo (entorse à la cheville gauche) a aussi changé le visage de la Seleçao, puisque son remplaçant Ramires apporte bien davantage. Appliqué dans ses tâches défensives, le jeune milieu a aussi percé dans l'axe pour décaler Robinho, lequel enroulait parfaitement sa frappe (59, 3-0) et marquait ainsi son 7e but en six matches contre le Chili.Malheureusement pour Ramires, une nouvelle fois averti, il ratera le quart.L'autre +nouveau+, Dani Alves, a également montré beaucoup d'activité, dans un rôle plus tout-terrain qu'Elano, lui aussi forfait depuis son coup reçu à un tibia il y a huit jours.Aujourd'hui, deux voisins ambitieux, l'Espagne et le Portugal se retrouvent dès les huitièmes de finalel, au Cap, avec le même objectif: intégrer le cercle fermé des huit meilleures équipes, sur lequel lorgnent également le Japon et le Paraguay qui s'affrontent à Pretoria.Catalogués parmi les principaux candidats à la victoire finale, les Espagnols semblent monter en puissance, depuis leur défaite face à la Suisse (1-0) lors de leur premier match. Ils ont retrouvé progressivement leur jeu, face au Honduras (2-0) puis au Chili (2-1).Dans le même temps, les Portugais ont vécu un drôle de premier tour, au cours duquel ils ont fait deux fois match nul sans inscrire le moindre but face à la Côte d'Ivoire et au Brésil, et écrasé la Corée du Nord (7-0).Solides en défense, ils ont rencontré de grosses difficultés en attaque, secteur où ils confient leur sort à Cristiano Ronaldo, le joueur le plus cher du monde, qui pour l'occasion retrouvera face à lui de nombreux coéquipiers du Real Madrid, parmi lesquels le gardien de buts Iker Casillas.L'autre quart de finale s'annonce beaucoup plus contrasté, entre la puissance physique des Paraguayens et la vivacité des Japonais. Les deux équipes partagent le même objectif: accéder pour la première fois de leur histoire aux quarts de finale.Les vainqueurs des deux rencontres se retrouveront en quart de finale, samedi à Johannesburg.

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.