Laetitia: marche silencieuse, le viol n'est plus retenu

0 21.11.2011 10:33

L'émotion et la colère étreignaient les proches de Laetitia, 18 ans, disparue le 19 janvier à Pornic, qui ont organisé lundi après-midi une marche silencieuse avec fleurs et photos, au pied du pont de Saint-Nazaire.En fin de journée, le parquet de Nantes a annoncé que le fait de "viol", retenu dans l'information judiciaire ouverte samedi à l'encontre du principal suspect Tony Meilhon, n'avait pas été conservé pour sa mise en examen par le juge d'instruction. M. Meilhon est mis en examen pour "enlèvement suivi de mort", a-t-il dit.Le corps de la jeune fille n'a toujours pas été retrouvé au sixième jour de recherches qui se "poursuivent toujours activement", a souligné le parquet qui a démenti l'existence d'une nouvelle garde à vue.En début d'après-midi, plus de 300 personnes ont défilé en silence derrière une banderole proclamant "familles et proches en colère". La famille d'accueil de Laetitia, sa soeur jumelle Jessica, ainsi que leur père biologique et un oncle paternel étaient présents, tous émus et "révoltés".Certains tenaient des roses. Sur deux grands panneaux en carton, les amis de Laetitia et de sa soeur avaient collé des photos de la disparue avec des interrogations: "Laetitia, on t'aime, où es-tu?", "On t'aime, reviens-nous".Le père de la famille d'accueil de Laetitia, Gilles Patron a reconnu qu'il n'avait plus d'espoir de la revoir vivante. "C'est une mare de sang qu'il y avait dans le coffre de la voiture" de Tony Meilhon, a-t-il dit.Il s'est dit prêt à recevoir Nicolas Sarkozy, en visite à Saint-Nazaire mardi, pour lui expliquer sa révolte. "J'ai dit que j'étais pour la peine de mort parce que la perpétuité n'existe pas vraiment", a-t-il ajouté.Sa femme Michèle est aussi en colère: "Je ne suis pas pour la peine de mort mais pour la perpétuité dans son vrai sens: qu'ils ressortent les pieds devant" de la prison.La soeur jumelle de Laetitia, Jessica, une brune aux cheveux courts, en larmes, très éprouvée, était réconfortée par ses proches et ses amis.Tony Meilhon, 31 ans, principal suspect, a été interpellé jeudi dans une maison au lieu dit "Casse-Pot" à Arthon-en-Retz, à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest de Nantes.Les enquêteurs recherchent des preuves matérielles car Tony Meilhon "conteste les accusations portées contre lui", invoquant un accident de la circulation mortel, selon le parquet de Nantes.Laetitia a quitté son travail mardi à 22H00 à l'hôtel-restaurant de la Bernerie-en-Retz puis a été vue en compagnie de Tony Meilhon dans la soirée. Au petit matin, sa soeur jumelle a donné l'alerte en découvrant son scooter, couché, à quelques dizaines de mètres de leur maison.Evoquant le passé judiciaire du suspect, le procureur a précisé lundi que son casier "porte trace de 13 condamnations dont une seule relative à des faits de viol et agression sexuelle commis les 4 et 5 juillet 1997, alors qu'il était mineur (et détenu)".Condamné en 2001 à 5 ans de prison dont un avec sursis pour ce viol, il devait chaque année signaler son adresse du fait de son inscription au FIJAIS (fichier judiciaire national automatisé des auteurs d'infraction sexuelle ou violente). "A sa sortie de prison, le 24 février 2010, M. Meilhon avait élu +domicile postal+ au centre communal d'action sociale de Nantes", explique le procureur et au moment des faits imputés, il "était sans adresse connue".Pour cette raison "il était recherché depuis l'automne 2010 par les services de police de Nantes et inscrit au fichier national des personnes recherchées (FPR) par le parquet de Nantes depuis le 4 janvier 2011".

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.