Laëtitia, disparue à Pornic: l'espoir s'amenuise de la retrouver vivante

0 21.11.2011 10:35

L'espoir de retrouver vivante Laëtitia Perrais, 18 ans, portée disparue depuis mercredi matin, "hélas, s'amenuise" selon le parquet de Saint-Nazaire et les soupçons restent focalisés sur le repris de justice toujours en garde à vue.Questionnée sur les chances de retrouver la jeune fille vivante, la magistrate a déclaré au cours d'une conférence de presse: "Plus le temps passe, plus cet espoir, hélas, s'amenuise"."S'il reste une toute petite chance, gardons-là à l'esprit!", a-t-elle ajouté.Elle a confirmé que des traces de sang avaient été trouvées dans le coffre du suspect et que des analyses sont en cours pour confirmer s'il s'agit ou pas du sang de Laetitia.Pendant sa garde à vue, Tony M., 33 ans a "fait des déclarations précises" en disant qu'il avait eu un "accident matériel avec le scooter de la victime" mais "sans s'exprimer sur les circonstances", a expliqué la procureure.Le deux roues, couché sur le côté et clés sur le contact, a été retrouvé à moins de 200 mètres du domicile de Laëtitia, par ses proches qui s'inquiétaient qu'elle ne soit pas rentrée mercredi matin.Les recherches intensives qui mobilisent 40 militaires, des maîtres chiens, des plongeurs et un hélicoptère se sont poursuivies vendredi matin, notamment autour du pont de Saint-Nazaire. En même temps, plusieurs témoins ont été entendus par les enquêteurs, a précisé la procureure tout en démentant des informations qui évoquaient une deuxième garde à vue."On est en train de reconstituer un scénario avec les investigations et les éléments que nous possédons", a-t-elle dit, en assurant n'avoir "pas d'élements objectifs qui permettent de privilégier une piste plutôt qu'une autre".Vendredi après-midi les gendarmes se sont concentrés sur le lieu de l'accident pour faire de nouveaux relevés. La route a été barrée à toute circulation sur environ 200 mètres et les techniciens scientifiques ont effectué des analyses complémentaires, a constaté l'AFP sur place.Simultanément d'autres investigations étaient menées par les services scientifiques de la gendarmerie à Arthon-en-Retz, où le principal suspect a été interpellé jeudi matin par des gendarmes d'élite du GIGN.Tony M. a été vu plusieurs fois en compagnie de Laëtitia la nuit de sa disparition.Cet homme, sorti de prison en février 2010, est considéré comme "dangereux" par les enquêteurs, avec une quinzaine de condamnations -dont un viol et plusieurs faits de violences, des outrages, des vols et usages de stupéfiant. Sa première condamnation remonte à 1995, quand il avait 18 ans.Le parquet de Saint-Nazaire, qui privilégie toujours la thèse de l'enlèvement, va se dessaisir samedi matin au profit du pôle de l'instruction de Nantes. "Nous sommes sur une procédure de nature criminelle et les dossiers de nature criminelle sont instruits à Nantes", a dit la procureure, sans vouloir préjuger de la qualification qui sera retenue.Laëtitia a disparu dans la nuit de mardi à mercredi, après avoir quitté à 22H00 mardi soir son service dans un hôtel-restaurant de La Bernerie-en-Retz, à quelques kilomètres de son domicile. La nuit de sa disparition, elle a réussi à envoyer des sms à un de ses amis, dont l'un mentionnant qu'elle avait été violée, selon le parquet de Saint-Nazaire.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.