La Vente des Hospices de Beaune fait les yeux doux au marché chinois

0 21.11.2011 10:32

La 150e vente des vins des Hospices de Beaune, qui a battu dimanche un record historique avec sa pièce de charité, a mis la Chine à l'honneur pour tenter de séduire ce marché au "formidable potentiel" pour les vins de Bourgogne.La traditionnelle "pièce du Président", un Beaune 1er cru, cuvée Nicolas Rolin, a été adjugée 400.000 euros au profit de l'association de recherche contre le cancer du professeur David Khayat et de la Croix Rouge, par le comédien Fabrice Luchini, président d'honneur de l'édition 2010.En 2008, la pièce de charité avait été adjugée à 50.000 euros, loin du précédent record de 200.000 euros de 2006, pour un fût de 228 litres, toutefois.L'ensemble des enchères a atteint dimanche soir 4.878.760 euros, en baisse certes par rapport au record financier de 2009 (5.005.168), mais confirmant toutefois la hausse des cours, moins de pièces ayant été mises en vente cette année: 643 contre 799.Ainsi, les 543 pièces de rouge ont été adjugées 3.330.500 euros, (+ 12,6%) et la centaine de pièce de Blancs s'est envolée pour 1.143.700 euros (+15,7%).Cette édition était placée sous le signe de la Chine, qualifiée de "marché phare de demain" avec un potentiel de croissance "formidable".En dépit de ses 1,4 milliard d'habitants, ce pays n'est que le 9e marché de la planète pour le vin avec 2,5% des importations mondiales, souligne le BIVB (Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne)."Les Asiatiques sont très branchés sur les vins de Bordeaux. Ils découvrent les vins de Bourgogne", note Michael Ganne, spécialiste du département vinicole chez Christie's, organisateur de la vente des Hospices depuis 2005."Nous avons fait +74 % pour le vin de Bourgogne en Chine en 2010 et 4,5 millions de Chinois ont bu un vin importé au moins une fois dans l'année", note Pierre-Henri Gagey, président délégué du BIVB jugeant qu'il "y a un vrai potentiel", et qui a ainsi décidé de consacrer un budget annuel de 400.000 euros sur trois ans pour se faire une place en Chine."Les Chinois vont progressivement venir aux vins de Bourgogne, plus élégants et plus fins", prédit-il, en référence aux vins de Bordeaux, déjà bien implantés grâce à la renommée internationale du Bordelais et ses grands châteaux."Je ne comprends pas la fascination pour le Bordeaux", confie à l'AFP George Tong, un acheteur chinois présent à Beaune pour la première fois qui loue "le caractère et la personnalité", "la finesse et l'élégance" des vins de Bourgogne.Ce patron d'entreprise à Hong Kong est collectionneur de vins "depuis six ans". Il remportera finalement deux lots, l'un à 19.000 euros et l'autre à 29.000, afin de "se faire plaisir" et "pour offrir à ses clients".Xiaoning Dorra, journaliste à "Fine Drink", une revue chinoise spécialisée dans le vin, estime toutefois qu'"en terme de budget, le Bourgogne en Chine, ce n'est pas évident" pour la plupart des gens."En terme de goût, la Chine est un grand marché. Le goût chinois n'exite pas, il y a des différences quand on passe du nord au sud", note-t-elle. "Le vin de Bourgogne est dans l'élégance, la finesse, les tanins ne sont pas agressifs", souligne la journaliste, jugeant qu'il "devrait trouver un marché au sud du pays et sur la côte, où les gens consomment beaucoup de fruits de mer.Cette vente était ouverte aux professionnels et aux particuliers.Quarante-cinq cuvées (Montrachet, Pommard, Corton, Beaune, Meursault, Mazis-Chambertin, Volnay...) totalisant 643 pièces, étaient mises aux enchères.Cette vente, qui rapporte 2 à 4 M EUR chaque année, financera la modernisation des hôpitaux de Beaune et l'entretien de l'Hôtel-Dieu, bâtiment historique.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.