La maison Dior licencie John Galliano après ses propos "odieux"

0 21.11.2011 13:52

La maison Dior a décidé de se séparer de John Galliano, en raison du caractère "particulièrement odieux" du comportement et des propos tenus par son directeur artistique dans une vidéo qui circule sur internet, a-t-elle annoncé mardi.Après les accusations de propos antisémites qui avaient déjà valu au couturier britannique d'être suspendu par la maison de couture vendredi, une vidéo accablante, diffusée lundi par le tabloïd anglais The Sun, le montre, visiblement éméché, déclarer "J'adore Hitler".Malgré cette mise à pied, "le défilé, pour le moment, n'est pas annulé", a précisé à l'AFP le service de presse de Dior, alors que planait l'incertitude sur le maintien ou non de ce défilé prévu vendredi au musée Rodin dans le cadre de la Fashion week.Toute l'affaire commence jeudi soir par une altercation entre M. Galliano et un couple, dans un café du Marais situé à deux pas de son domicile parisien. Interpellé en état d'ébriété, le directeur artistique de Dior depuis quinze ans est accusé d'avoir tenu des propos racistes et antisémites. Le lendemain, il dément ces propos et porte plainte pour diffamation. Mais visé par de nouvelles accusations d'injures racistes, il se présente lundi dans un commissariat de police pour une confrontation avec le couple et une autre plaignante. Aucun témoin ne confirme les allégations. Mais pendant ce temps, la vidéo accablante circule, via internet, dans le monde entier.Dans ces images apparemment captées par un téléphone portable, M. Galliano lance: "J'adore Hitler. (...) Des personnes comme vous seraient mortes. Vos mères, vos pères seraient tous des putains de gazés". Selon le Sun, la scène, filmée dans le même café que l'altercation de jeudi, daterait de décembre."Aujourd'hui, en raison du caractère particulièrement odieux du comportement et des propos tenus par John Galliano dans une vidéo rendue publique lundi, la maison Christian Dior a décidé sa mise à pied et a engagé à son encontre une procédure de licenciement", indique la griffe dans un communiqué.Le PDG de Dior Couture, Sidney Toledano, cité dans le communiqué, "condamne avec la plus grande fermeté les propos tenus par John Galliano en totale contradiction avec les valeurs essentielles qui ont toujours été défendues" par la maison.A 50 ans, M. Galliano reste l'un des stylistes les plus admirés au monde pour son art sidérant de la coupe, ses mélanges savants de matières et son sens du spectacle. "A son arrivée à Paris, cela a été une révolution, il a amené une scénographie qui n'existait pas avant", souligne une source.Mais le choc provoqué par l'affaire ne risque pas de se dissiper d'ici peu. L'actrice américaine Natalie Portman, qui a diffusé lundi un communiqué pour dire son "dégoût", avait déjà manifesté dimanche sa désapprobation en portant aux Oscars une robe d'une marque américaine alors qu'elle est l'une des égéries de Dior.A Paris, un jeune créateur, qui souhaite conserver l'anonymat, estime qu'une "cure de désintoxication" s'impose pour le couturier, connu pour ses excentricités et ses excès. Un autre, qui vit dans le même quartier que le couturier, ne "compte plus le nombre de fois" où il l'a vu "se prendre des caisses et être ramené chez lui".Outre ses déboires avec Dior, la marque "John Galliano" pour laquelle il dessine des collections de prêt-à-porter féminin et masculin est financée en partie par... Dior. Le défilé de sa propre marque est prévu dimanche.La maison Christian Dior Couture est une filiale, comme le groupe de luxe LVMH, du groupe Christian Dior, contrôlé par le milliardaire Bernard Arnault.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.