La braderie de Lille, de la chine antique aux vendeurs de rien

0 21.11.2011 10:35

Les antiquaires, brocanteurs et autres vendeurs de rien, ou de si peu ont envahi jusqu'à dimanche soir tout le centre de Lille pour la braderie annuelle de la capitale nordiste, cet immense bazar à ciel ouvert qui attire chaque année près de deux millions de chineurs.Au point du jour, les exposants répartis sur cent kilomètres de trottoir en coeur de ville ont déballé leurs étals hétéroclites comme le faisaient jadis les domestiques, autorisés une fois l'an à vendre pour leur profit les vieux objets de leurs maîtres.Quelque 10.000 emplacements sont réservés à la vente: du tupperware jauni à 1,50 euro au secrétaire en acajou à 400 euros, en passant par le cendrier Ricard, les services en faïence ébréchés et les dauphins en simili-cristal, tout est à vendre et à marchander.Installé aux abords du square Jean-Baptiste Lebas, antre de la chine antique, Saadi Kader participe à sa dixième braderie. Avec ses deux jeunes fils, il propose des pots de chambre, des passoires et des luges en bois. Le public en raffole."La braderie, c'est mes vacances. Je viens plus pour l'atmosphère que pour le chiffre d'affaires", assure ce brocanteur nancéen de 62 ans tout en refusant à une bradeuse pourtant déterminée un seul centime d'euro de rabais pour un sac en osier.La braderie de Lille, c'est tout... et n'importe quoi : ici, des revues estampillées "archives du ministère de la défense", là, des téléphones portables, baigneurs décapités et 33 tours rayés, jusqu'au tracteur Farmall des années 1950 vendu, avec sa couche de rouille, 1.500 euros par un décorateur de cinéma.Henri et Irène, connus comme le loup blanc sur toutes les braderies de la région, collectionnent les puzzles."D'ici ce soir, on aura rempli nos cabas à roulettes. On se fixe un maximum de 40 à 50 euros par braderie. On a déjà acheté un puzzle de palmiers dans un coucher de soleil, 3.000 pièces à deux euros, c'est donné", se félicite Irène.Les enfants, eux, déversent sur la chaussée leurs coffres à jouets. Sans états d'âme, Alice, Laure et Marie-Alix, 9 ans, sacrifient leurs livres de petites filles tandis que leurs grands frères vendent pop-corn et citronnade."Deux euros", annonce Alice. "Trois euros", corrige sa mère, Sabrina Michel, par-dessus son épaule.La braderie démarre officiellement samedi à 14h et se termine dimanche à 23h00. Mais les bradeux campaient in situ depuis plusieurs jours, gardant chèrement leurs emplacements et commençant à faire des affaires sous le manteau avant l'heure dite."Depuis lundi, on dort dans la voiture. On a oublié les matelas et les couvertures, on a mal partout. Pour nous, la braderie est sacrée, mais c'est une épreuve. On s'engueule copieusement entre exposants pour défendre notre territoire", confirme Fatma Fedal, de Roubaix, qui revendique plus de 15 braderies.Boulevard de la Liberté, principal axe de circulation du centre-ville, les bradeux font du gras en regardant passer les coureurs du marathon : en deux jours, ils consommeront plus de 500 tonnes de moules, dont les coquilles vides ornent les trottoirs des rues pietonnes en tas pyramidaux.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.