Journée mondiale du diabète: la maladie progresse chez les jeunes

0 17.11.2011 16:30

La progression du diabète, qui touche plus de 300 millions de personnes dans le monde, surtout des adultes, n'épargne toutefois pas les plus jeunes, soulignent les experts à l'occasion de la Journée mondiale du diabète dimanche.Le diabète de type 2 (DT2 :maladie métabolique caractérisée par une résistance à l'insuline) est le plus fréquent (90 à 95% des cas).Favorisé par le mode de vie (manque d'exercice, alimentation déséquilibrée...), le vieillissement et l'épidémie de surpoids et d'obésité, il frappe majoritairement des adultes.Chez l'enfant, la proportion est inversée: "dans plus de 90% des cas, c'est un diabète de type 1" (DT1 : maladie auto-immune se traduisant par l'absence de sécrétion d'insuline par les cellules du pancréas), souligne le professeur Jean-Jacques Robert (hôpital Necker-Enfants malades - Paris).L'augmentation de la fréquence de cette forme de diabète chez les enfants de moins de 15 ans, relevée en France, concerne de nombreux pays.Elle affecte plus particulièrement les tout-petits : les taux de survenue de ce diabète chez les moins de 5 ans double tous les 15 ans. En France, "25% des enfants qui débutent un diabète de type 1 ont moins de 5 ans", ajoute le Pr Robert.Soif intense, besoin fréquent d'uriner, reprise du "pipi au lit", perte de poids, fatigue sont des signes d'alerte du diabète, rappellent les pédiatres.Le traitement repose sur des injections d'insuline à vie.A quoi attribuer cette progression ? "On ne sait pas en expliquer les raisons", note le Pr Robert, même si des changements intervenus dans l'environnement, en particulier d'hygiène de vie, sont soupçonnés de jouer un rôle.Selon une étude pilote finnoise sur 230 nourrissons à haut risque de développer un DT1, une intervention très précoce sur l'alimentation, avant l'âge d'un an, empêcherait l'apparition des signes précurseurs d'apparition de la maladie (auto-anticorps, c'est-à-dire anticorps ciblant les propres cellules du patient).Mais la maladie peut évoluer très vite vers une complication grave, comme l'acidocétose, cause de comas, voire de décès, encore trop souvent révélatrice d'un diabète jusque-là ignoré.Dimanche, l'association française d'aide aux jeunes diabétiques (AJD) lance une campagne sur le diabète de l'enfant et l'adolescent pour sensibiliser familles et professionnels de santé aux premiers signes d'alerte du diabète afin de réduire ce risque de complication.Autre sujet d'inquiétude pour les spécialistes: l'émergence dans de nombreux pays de cas de diabète de type 2 chez les enfants et adolescents.On assiste ainsi en France, depuis la fin des années 1990, à l'émergence du diabète de type 2 (DT2) chez l'enfant, avant tout chez des adolescents, en surpoids ou obèses, avec des antécédents familiaux de diabète. Un phénomène préoccupant, observé ailleurs, dont les spécialistes prédisent l'intensification dans les années à venir.Signe de cette évolution, en 2001-2003, le diabète de type 2 représentait 5,2% (contre 2,2% en 1993-98) des cas de diabète chez l'enfant et l'adolescent à l'hôpital Robert Debré (Paris).Toutes les 5 secondes, une personne développe un diabète dans le monde et d'ici 2030, il y aura près d'un demi-milliard de diabétiques, selon la Fédération internationale du diabète (FID).Bientôt 4 diabétiques sur 5 vivront dans les pays en développement.Lancée en 1991, la Journée mondiale du diabète (www.idf.org) est depuis 2007 devenue une journée officielle de l'Onu. De nombreux monuments dans le monde s'illumineront symboliquement en bleu à cette occasion.

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.