Joly, Hulot et Duflot affichent l'unité des écologistes

0 21.11.2011 10:32

D'Eva Joly à Nicolas Hulot et Cécile Duflot, les écologistes ont voulu montrer leur unité samedi lors du conseil fédéral du mouvement qui a arrêté les modalités de la primaire pour la présidentielle, même si le congrès de La Rochelle pourrait gâcher la belle entente affichée.Après de longues semaines de discussions parfois tendues et trois votes sur la question depuis fin janvier, le parlement des écologistes s'est prononcé à la quasi-unanimité pour une primaire ouverte à tous les écologistes (y compris Cap21 de Corinne Lepage et le MEI d'Antoine Waechter, avec qui des rencontres sont prévues la semaine prochaine).Le vote se fera par courrier et internet courant juin, moyennant une participation de 10 euros pour les "coopérateurs" d'EELV (militants non adhérents). Le vainqueur sera déclaré le 29 juin ou, en cas de second tour, le 12 juillet. A ce jour, cinq candidats sont officiellement en lice.A l'issue du vote, les candidats sont montés à la tribune par ordre alphabétique à commencer par Louisa Benzaïd, candidate "des quartiers". Puis Nicolas Hulot qui cliquera d'ici lundi sur le site internet d'EELV pour devenir "coopérateur", a déclaré : "à partir d'aujourd'hui je ne vais plus dire +vous+ mais +nous+!".Et "si votre choix se porte sur une ou un autre candidat, je vous resterai fidèle jusqu'au bout", a-t-il ajouté dans un discours très court, avant d'affirmer devant les caméras être satisfait de "pouvoir maintenant travailler sur le fond, les propositions et croiser nos visions".Aux délégués, Eva Joly s'est présentée comme la "candidate de la sortie du nucléaire civil et militaire", et s'est engagée "envers les Français et les plus faibles d'entre eux". Loin des petites phrases, elle a assuré : "si Nicolas l'emporte, il aura en moi la plus engagée des porte-parole" et "si je l'emporte, j'aurai en lui un porte-parole dédié".Mais à l'applaudimètre, c'est Henri Stoll qui semblait l'emporter. L'élu alsacien a reconnu que M. Hulot et Mme Joly avaient "plusieurs longueurs d'avance" mais "imaginons que je gagne!", a-t-il lancé, sous les rires et applaudissements, tout en demandant une égalité de moyens pour concourir.En tout cas, la primaire "sera une nouvelle étape pour le rassemblement" des écologistes, a promis Mme Duflot. "En 2012, nous devrons montrer que l'écologie politique peut être la solution", a souligné la secrétaire nationale d'EELV en arrivant au conseil fédéral entourée de Nicolas Hulot et Eva Joly, pour le bonheur des photographes.Interrogée sur l'absence de Daniel Cohn-Bendit samedi, retenu à Francfort pour un débat entre Stéphane Hessel et Joschka Fischer, Mme Duflot a souri, disant : "il est dans le coeur de tout le monde!".Car le coprésident des Verts au Parlement européen mène une liste face à elle avec Marie Bové en numéro deux, pour le congrès de La Rochelle (3-5 juin) qui s'annonce tendu.Mme Duflot s'est à nouveau posée en rassembleuse. "Ni autocrate, ni bureaucrate, tout simplement démocrate", elle a appelé à un mouvement "qui saura additionner les talents et les réussites", comme ceux de Dany Cohn-Bendit ou José Bové.Refusant "les affrontements personnels", elle a ainsi conclu son discours: "oui nous voulons construire l'écologie pour toutes et tous et nous le voulons maintenant!", réunissant en une même phrase les noms de sa motion de congrès ("Maintenant!") et celle de "Dany" ("Construire l'écologie").Eva Joly et Nicolas Hulot feront eux tout pour rester en dehors des bisbilles internes. Dès le lendemain du congrès, un meeting avec tous les candidats est prévu à Toulouse (6 juin) pour lancer la campagne de la primaire.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.