Jean-Claude Boulard dénonce la dérive des juges

0 21.11.2011 10:35

Dans un livre qui paraît cette semaine, le maire PS du Mans revient sur l'affaire Urba-Sages de financement illégal du Parti socialiste et se lance dans un vériatble réquisitoire contre le système judiciaire. Interview exclusive.« Le Maine Libre » : Vingt ans après l’affaire « Urba-Sages », pourquoi revenir sur cet épisode politique oublié ?Jean-Claude Boulard : Le livre s’appelle « Voyage au pays des juges », ce n’est pas un hasard. J’ai voulu montrer que la justice est une mécanique capable de broyer. Tant que le système s’attaquait à des hommes politiques, les citoyens s’en moquaient un peu. Et puis il y a eu Outreau. Brusquement, l’opinion s’est aperçue qu’un certain nombre de méthodes que je décris dans ce livre étaient terrifiantes. Pourtant, ils peuvent être concernés. J’ai souhaité faire œuvre utile envers ceux qui n’ont pas les mêmes moyens de défense. Beaucoup de gens sont broyés par cette mécanique qui se fonde non pas sur la preuve mais sur l’intime conviction et l’aveu. C’est l’intérêt de ce livre : mettre en lumière le traitement de la justice. Ce sont des travaux pratiques, des conseils pour tous ceux qui pourraient y être confrontés un jour. C’est toujours plus difficile de mettre « relaxe » et « non lieu » sur sa carte de visite plutôt qu’une décoration. C’est plus dur à obtenir qu’une légion d’honneur, m’a-t-il semblé! (sourires.)Vos souvenirs sont précis. On sent encore l’émotion de celui qui a été inculpé. Cet épisode vous a vraiment marqué.Ça commence par un faux. Le premier document que je mets en annexe du livre est un faux. C’est tout de même inouï que l’on puisse instruire une affaire sur une telle base et sauver malgré tout la procédure. La même méthode a été employée avec l’affaire Clearstream. Le premier jet de mon livre a été écrit il y a quinze ans, dans l’urgence du vécu. J’ai repris ce texte voici un an, à distance. La mise en examen a été une épreuve. Je ne souhaite pas à mon pire ennemi de traverser une telle expérience. Pendant un moment, j’ai cru que je n’avais aucune chance de m’en sortir. Je suis presque un miraculé.Vous attaquez la procédure sur des points très précis.Le récapitulatif du réquisitoire qui justifie mon renvoi en correctionnelle, c’est un document qui a été fait en présence de tous les accusés sauf moi et on parle de mes déclarations, qui sont déformées, sans moi. Honnêtement, que l’on pratique ça dans les pays totalitaires, mais pas dans notre pays! Une inculpation, ça ressemble à une longue maladie et on dépend des analyses qui interviennent au fur et à mesure (...).La suite de l'interview et les bonnes feuilles du livre de Jean-Claude Boulard sont à lire dans le «Maine Libre» d'aujourd'hui.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.