Japon: après le séisme meurtrier, la peur d'un accident nucléaire majeur

0 21.11.2011 09:53

Les craintes d'un accident nucléaire majeur restaient vives après une explosion samedi dans une centrale nucléaire à 250 km de Tokyo, à la suite du très fort séisme et du tsunami qui ont fait la veille plus de 1.800 morts et disparus au Japon, selon des chiffres officiels.Ce bilan pourrait toutefois s'alourdir, la préfecture de Miyagi, dans le nord-est, étant sans nouvelles d'environ 10.000 des 17.000 habitants de la ville portuaire de Minamisanriku, d'après la chaîne de télévision NHK."C'est le plus important séisme depuis l'ère Meiji (1868 à 1912) et l'on pense que plus de 1.000 personnes y ont laissé la vie", a reconnu le gouvernement, au lendemain du tremblement de terre de magnitude 8,9 survenu au large des côtes du nord-est et suivi d'un tsunami.Une catastrophe qualifiée de "désastre national sans précédent" par le Premier ministre Naoto Kan.L'armée a de son côté découvert de 300 à 400 corps dans le port de Rikuzentakata.De plus, entre 200 et 300 cadavres ont été retrouvés sur une plage de Sendai (préfecture de Miyagi) après le passage d'une vague de plus de 10 mètres de haut.A la centrale de Fukushima N°1 une explosion s'est produite samedi à 15H36 heure locale (06H36 GMT), faisant, selon la télévision publique NHK, plusieurs blessés parmi les employés.Cet accident nucléaire a été classé au niveau 4 sur l'échelle de gravité des événements nucléaires et radiologique allant de 0 à 7, selon l'Agence japonaise de sécurité nucléaire et industrielle. Le niveau 4 qualifie les accidents n'entraînant par de risque important hors du site.Dimanche, le système de refroidissement d'un autre réacteur de la centrale Fukushima N°1 ne marchait plus et l'opérateur redoutait un risque d'explosion."Toutes les fonctions pour maintenir le niveau du liquide de refroidissement sont en panne", a déclaré un porte-parole de Tokyo Electric Power (Tepco).Le chef du gouvernement a ordonné l'évacuation des habitants dans un rayon de 20 kilomètres autour de la centrale, tout en appelant la population locale à garder son calme.Sur place, dans les localités dévastées le long de la côte Pacifique, un calme étrange régnait samedi.Des villes entières ont été entièrement submergées par les eaux. Des voitures ont été projetées contre les façades des maisons, et même sur les toits, par la force de vagues déferlantes qui ont pénétré parfois jusqu'à cinq kilomètres à l'intérieur des terres."Il y a tellement de gens qui ont perdu la vie", a dit un vieil homme à des journalistes avant de fondre en larmes et d'ajouter : "Je n'ai pas de mots pour cela".A propos de la situation à la centrale de Fukushima N°1, le porte-parole du gouvernement, Yukio Edano, s'était voulu rassurant dans la journée de samedi: citant l'exploitant Tepco, il avait souligné que le caisson du réacteur N°1 n'avait pas subi de dégâts et que les radiations avaient par la suite diminué.L'Agence japonaise de sécurité nucléaire et industrielle a jugé peu probable que le caisson soit gravement endommagé, après avoir averti qu'une fusion pourrait être en cours dans le réacteur.Du césium radioactif a en effet été détecté aux alentours de la centrale, ce qui atteste généralement qu'un tel phénomène est en train de se produire, a noté un expert.Selon l'agence Kyodo, la radioactivité reçue en une heure par une personne se trouvant sur le site correspond à la limite de radioactivité à ne pas dépasser annuellement.Les autorités japonaises ont informé l'Agence internationale pour l'énergie atomique (AIEA) de la situation à la centrale de Fukushima-Daiichi.Les Etats-Unis ont décidé d'envoyer deux experts des réacteurs à eau bouillante de la Commission américaine de régulation du nucléaire.A la centrale proche de Fukushima-Daini, le rayon d'évacuation des riverains est de 10 km, a précisé l'AIEA."Les autorités ont également indiqué qu'elles se préparaient à distribuer des comprimés d'iode aux habitants des zones proches des deux centrales", a ajouté l'agence onusienne.Le très fort séisme et ses répliques à répétition ont perturbé le fonctionnement des circuits de refroidissement à la centrale de Fukushima N°1.Tepco avait reçu pour instruction d'ouvrir les valves du réacteur afin de relâcher de la vapeur radioactive et de faire retomber la pression interne, anormalement élevée.Fukushima N°2 connaissait aussi des problèmes de refroidissement sur quatre de ses réacteurs et Tepco a pris des mesures de prévention similaires.Dans le même temps, quelque 50.000 soldats et sauveteurs, avec 190 avions et des dizaines de navires étaient acheminés dans les zones sinistrées de la façade Pacifique.Selon la police, plus de 215.000 personnes ont été évacuées vers des abris dans le Nord et l'Est, et, d'après l'agence Kyodo, plus de 3.400 habitations ont été détruites.Au moins 5,6 millions de foyers restaient privés d'électricité et la compagnie Tepco a averti d'un risque d'interruption de l'alimentation en électricité à Tokyo. Un million de foyers demeuraient sans eau potable.Les premières équipes de secours envoyées par l'Australie, la Nouvelle-Zélande, la Corée du Sud, la Suisse, le Royaume-Uni, la France ou les Etats-Unis étaient attendues au Japon.En revanche, les vagues hors normes qui ont déferlé sur les côtes d'Amérique latine n'y ont pas fait de victimes, ni de dégâts majeurs, ont assuré les autorités. L'alerte au tsunami a été levée en Amérique latine.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.