Isère: un braqueur de casino tué par la police, incidents à Grenoble

0 21.11.2011 09:43

Des gaz lacrymogènes ont été tirés vendredi soir à Grenoble contre des rassemblements de jeunes dans le quartier de la Villeneuve, d'où était originaire un braqueur tué la nuit précédente lors d'un échange de tirs avec la police, à l'issue du braquage d'un casino.La soirée avait débuté calmement dans ce quartier jusqu'à une prière au mort récitée par un imam, écouté en silence par une cinquantaine de jeunes rassemblés dans un parc, a constaté une journaliste de l'AFP.Non loin de là, des lacrymogènes ont été tirés vers 23H30 et une dizaine de voitures de CRS et de la BAC se sont alors déplacés toutes sirènes hurlantes dans ce quartier, où des renforts de CRS ont été déployés. Un départ de feu a aussi été déclenché devant un tramway, dont une vitre a été brisée par un homme à coups de batte. Les voyageurs et le conducteur, choqué, sont sortis, visiblement sans blessures.Agé de 27 ans, Karim Boudouda, déjà condamné trois fois aux assises pour vol à main armée, avait trouvé la mort dans la course-poursuite qui a suivi sa fuite du casino d'Uriage-les-Bains, près de Grenoble. Avec son complice, il s'était fait remettre, sous la menace d'armes lourdes, le contenu de la caisse. A l'entrée de Grenoble, un premier échange de tirs a eu lieu avec une voiture de police, blessant légèrement un adjoint de sécurité.La course-poursuite a alors continué avec des policiers de la BAC vers le quartier populaire de la Villeneuve, d'où était originaire Karim Boudouda."Les malfaiteurs ont arrêté leur véhicule... Ils ont ouvert le feu à au moins trois reprises vers les policiers", avait déclaré dans l'après-midi le procureur de la République de Grenoble, Jean Philippe."Les policiers de la BAC ont alors riposté", touchant Karim Boudada à la tête, a-t-il précisé, évoquant la "légitime défense". L'autopsie aura lieu samedi.Les enquêteurs restaient vendredi à la recherche du deuxième homme.Pour éviter tout incident, un renfort de 60 CRS a été déployé dans la soirée à proximité du quartier de la Villeneuve, où la tension est montée dans les heures ayant suivi l'incident, la police subissant des jets de projectiles.Dans l'après-midi, des jeunes disaient sous couvert de l'anonymat leur haine de la police.Sur place, les policiers ont retrouvé "un partie", voire "la totalité du butin", entre 20 et 40.000 euros, dans un sac à l'arrière du véhicule des malfaiteurs.Il s'agissait du troisième braquage de casinos de groupes français dans la région Rhône-Alpes et en Suisse voisine depuis quelques mois.Le 28 mars, le casino de Bâle, appartenant au groupe Tranchant, avait été braqué par un commando qui avait dérobé plusieurs centaines de milliers de francs suisses avant de passer en France.Et le 4 avril, le casino "Le Pharaon", un établissement du groupe Partouche, avait été braqué à Lyon par un commando de cinq hommes armés qui s'étaient emparés de plusieurs dizaines de milliers d'euros.Face à une recrudescence de violences dans la région depuis plusieurs mois, le secrétaire départemental du syndicat SGP-FO, Daniel Chomette a réclamé des "effectifs supplémentaires" pour sécuriser l'agglomération grenobloise, touchée par une récente vague de violences, assurant que la police avait "atteint un seuil de rupture".Enfin le député-maire PS de la ville, Michel Destot, a de nouveau réclamé la tenue d'un "Grenelle de la Sécurité urbaine qui réunisse, aux côtés des ministres compétents, les principaux élus et les préfets afin qu'une stratégie commune soit élaborée, notamment en terme d'affectation de moyens".

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.