Guide Michelin: pas de nouveau "trois étoiles", profusion de petites tables

0 21.11.2011 10:37

Le guide Michelin ne compte aucun nouveau "trois étoiles" en France, ce qui n'était pas arrivé depuis 1992, mais propose, dans cette édition 2011 un peu morne, un nombre record de petites tables savoureuses et peu chères.Le classement doit être officiellement publié lundi matin mais il a commencé à "fuiter" dès dimanche sur certains sites spécialisés.Le club restreint des "trois étoiles" a perdu le restaurant de Michel Trama à Puymirol (Lot-et-Garonne), rétrogradé à deux, et ne compte désormais que 25 tables sur toute la France.Double effet de la crise mais aussi d'une tendance de fond de la clientèle, qui veut manger "bien" sans s'embarrasser d'un protocole jugé trop lourd, les additions s'allègent et de jeunes chefs talentueux se mettent à leur compte, décrochant souvent une première étoile dans cette édition, en vente dès jeudi.Comme "L'Eveil des sens" à Mayenne, qui propose un menu à 28 euros le soir dans un cadre informel ou encore "Les Ambassadeurs" à Saint-Chamond dans la Loire, "Bib gourmand" l'an dernier pour son excellent rapport qualité-prix, passé à un macaron."Signe des temps et des nouvelles tendances culinaires", souligne le guide, le nombre de "Bibs gourmands" atteint un record : 601 dont 117 nouvelles tables. Ils offrent un menu complet à moins de 29 euros en province (33 euros le week-end) et de 35 euros à Paris, dans tous les styles de cuisine.Du côté des étoiles, le guide propose en tout 571 tables : outre les "trois étoiles", il compte 76 "deux étoiles", dont seulement cinq nouveaux, et 470 simples étoilés, dont 46 nouveaux.Parmi les nouveaux "deux étoiles", trois sont parisiens. "Le Passage 53", première étoile l'an dernier, est niché dans un petit passage. Grand comme un mouchoir de poche, avec son escalier en colimaçon en fond de salle, sa cuisine est dirigée par le Japonais Shinichi Sato, formé notamment par Pascal Barbot, célèbre chef de l'Astrance. Cuisine et produits français, mais travaillés avec une sensibilité japonaise, cette rencontre produit des assiettes subtiles et enthousiasmantes, comme ce plat, tout blanc, de calamars à la crème de chou-fleur et émincé très fin de chou-fleur.Jean-François Piège, ex-chef surdoué du Crillon, retrouve deux étoiles pour sa table gastronomique récemment ouverte au-dessus de la brasserie Thoumieux. Et, sans surprise, Joël Robuchon, pour son nouvel Atelier au sous-sol du Drugstore Publicis, tout en haut des Champs-Elysées.Bruno Oger, installé depuis mai au Cannet, derrière Cannes, obtient deux étoiles d'emblée pour sa "Villa Archange", tandis que son "Bistrot des Anges" voisin est classé "Bib Gourmand". Ce chef, formé notamment par Georges Blanc, avait déjà obtenu deux étoiles à la "Villa des Lys" à Cannes.Peu connue, la table de Thierry Drapeau à Saint-Sulpice-le-Verdon, perdue dans la campagne vendéenne, atteint aussi les deux étoiles.Parmi les nouveaux "un macaron", citons la table du Crillon ("Les Ambassadeurs"), reprise par le jeune chef Christopher Hache, 29 ans, et le restaurant "Frédéric Simonin", ancien de chez Robuchon récemment installé à son compte.A Reims, le château Les Crayères récupère une étoile, ainsi que "La Nouvelle Maison de Marc Veyrat" à Annecy et le "Takao Takano" à Lyon, restaurant de Nicolas Le Bec (ex deux étoiles) repris par son second japonais.Avec notamment deux tables à Avignon ("D'Europe" et "Le Diapason"), "Le Bistrot de la Marine" de Jacques Maximin à Cagnes-sur-mer et "Mon rêve de gosse" à Cannes, c'est décidément un beau palmarès pour la région PACA.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.