Francofolies: final sous le charme de Gad Elmaleh, fréquentation en légère baisse

0 21.11.2011 09:27

L'humoriste Gad Elmaleh ne s'est pas pris pour un chanteur samedi soir aux Francofolies de La Rochelle, mais a conquis le public par un tour de charme musical, achevant une semaine de concerts en légère baisse de fréquentation avec 77.000 spectateurs contre 80.000 en 2009.A peine entré en scène, en jeans et chemise noire, regard et sourire lumineux sous un tonnerre d'applaudissements, Gad Elmaleh s'est lancé au piano dans une improvisation essentiellement parlée et un peu chantée, sur la musique - "son rêve" - et la chanson française en général, dans un échange continu avec les spectateurs.Reprenant une partie de son spectacle sur les comédies musicales, il n'a pu achever ni son texte, ni ses chansons, la foule, toute acquise au personnage, devançant les paroles à chaque fois. "On est en blue tooth là, on est connecté, mais oubliez le DVD!", a-t-il lancé, déclenchant l'hilarité générale.Pour tester cette "connexion" et "si on est mélangé", il a demandé avec succès à quelques riverains, appuyés sur les rebords de leurs fenêtres jouxtant la grande scène, de faire "clignoter" les lumières de l'appartement.Saisissant chaque occasion de continuer ce dialogue insolite, il s'est fendu d'un couplet sur les techniciens qui, au lieu de s'occuper de lui comme ils le font pour les "vrais chanteurs", "sont sans doute déjà partis aux Vieilles Charrues", le grand festival de musique breton qui se tient depuis jeudi à Carhaix (Finistère).Il s'est moqué des Francofolies, de la jeune chanson française, "qui semble ne connaître que les voyelles, on comprend rien, et après ils veulent qu'on reprenne le refrain", et "qui n'ose pas choisir entre le français et l'anglais, ça fait ouinch, heyy, ououm... on ne sait pas".Maître de chaque instant, il a enchaîné quelques vocalises sur des rythmes nord-africains, lançant "On n'est plus chez nous!" Avant de reprendre la discussion sur les vacances en famille à La Rochelle - la pêche, les poissons... Il s'est ensuite livré à un exercice de style improvisé avec le caméraman chargé de filmer la scène et le public, faisant de ce dernier un complice à part entière dont le public a clamé le prénom: "Yvan!"Plus profond en évoquant les berceuses et les enfants, chantant une simple rengaine, il a de nouveau fait hurler de rire le public, évoquant des scènes d'engueulade où "on ne peut pas s'empêcher de rire" quand les parents s'énervent.Au final, peu de chants, beaucoup de talent, et un triomphe pour ce partage largement improvisé.La rappeuse Diam's lui a succédé toute en énergie et c'est un DJ qui devait clore la soirée.Le festival a été assombri par la mort samedi de l'acteur Bernard Giraudeau, enfant de La Rochelle auquel les organisateurs ont rendu hommage. Il était, ont-ils rappelé, un "ami" des Francofolies - il avait participé à la première édition en 1985 avec Jean-Louis Foulquier, leur fondateur.En dépit d'une légère baisse de fréquentation, les 26e Francofolies ont attiré beaucoup de monde à plusieurs reprises, notamment le 14 juillet, jour où la grande scène (-M-, Gaetan Roussel, Coeur de Pirate) affichait complet pour la première fois, longtemps à l'avance.Jacques Higelin, Jacques Dutronc, Alain Souchon... Des légendes de la chanson française ont côtoyé de jeunes talents et des concerts performance ont attiré nombre d'amateurs avisés, venus voir Malicorne, stars du folk des années 70, le Québécois Michel Rivard ou les rappeurs nantais d'Hocus Pocus.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.