Fonction publique: des rassemblements pour la titularisation des précaires

0 21.11.2011 10:37

Des centaines de fonctionnaires sont descendus jeudi dans la rue dans plusieurs villes de France, à l'appel des syndicats CGT, FSU et Solidaires, pour peser sur les négociations en cours avec le gouvernement afin de réduire la précarité dans la fonction publique.Trois des quatre premiers syndicats de fonctionnaires (CFDT, FO et Unsa) n'appelaient pas à cette journée d'action. "Nous avons notre propre campagne interne sur les non-titulaires", a indiqué Anne Baltazar (FO)."Nous voulons aller jusqu'au bout de cette négociation" et pour cela "la question de faire pression ne nous paraissait pas opportune", a précisé de son côté Brigitte Jumel (CFDT). La direction de l'UNSA-fonctionnaires n'était pas joignable immédiatement.Le secrétaire d'Etat à la fonction publique Georges Tron a exprimé, lors de ses récents voeux à la presse, son espoir de trouver un accord avec les syndicats, en vue d'un projet de loi qui devrait être présentée "en conseil des ministres avant l'été", a-t-il précisé jeudi devant les sénateurs.Parmi les ouvertures du gouvernement lors de premières négociations, "la porte ouverte" à l'accès de certains CDD de la fonction publique aux dispositifs de titularisation, initialement réservés aux CDI, selon des modalités encore à définir. M. Tron a également fait valoir qu'il ne considérait pas comme "incontournable" l'idée d'un nouveau type de contrat sans terme fixe, une innovation qui hérisse les syndicats.A Paris, derrière une banderole "Stop à la précarité dans la fonction publique", 350 à 400 manifestants ont défilé jusqu'au Pavillon de l'Arsenal, en partant de l'université de Jussieu, où 30 salariés du nettoyage, menacés de licenciement, sont en voie de titularisation, après une grève de 10 jours.Lors des prises de parole, Vincent Lombard, 34 ans, professeur de lettres en collège et responsable FSU pour les non-titulaires, a dénoncé le "maquis des contrats précaires, contractuels, maîtres auxiliaires, vacataires"."Nous ne voulons pas de +CDIsation+, qui ne fait que pérenniser la précarité (30 à 40% de salaire en moins, avancement moins rapide, conditions de travail qui n'évoluent pas), mais nous exigeons des vraies titularisations", a déclaré M. Lombard.En Seine-Saint-Denis, 250 personnes se sont rassemblées devant la préfecture de Bobigny, où l'une des banderoles affirmait: "Un million de non-titulaires, loi de titularisation".Les trois fonctions publiques emploient 872.000 contractuels, sur 5,2 millions d'agents, auxquels s'ajoutent, selon les syndicats, 106.000 médecins des hôpitaux, 28.000 ouvriers d'Etat et des dizaines de milliers d'assistantes maternelles.Des rassemblements étaient prévus dans une vingtaine de départements, selon la CGT, en particulier à la mairie de Savenay (Loire Atlantique), où le tiers tiers de la centaine d'agents est non-titulaire.Une délégation devait être reçue à la préfecture de l'Hérault, "département symbolique" par son expansion démographique, avec "700 élèves de plus dans le primaire mais une trentaine de postes d'enseignants en moins, selon Patrick Daynaut (CGT).Dans la manifestation parisienne, Bernadette Groison, secrétaire général de la FSU, qui a boycotté les voeux de l'Elysée à l'enseignement et à la culture, a posé trois conditions aux négociations: des dispositifs législatifs permettant d'accéder aux concours et à la titularisation, en prenant notamment en compte les années d'expérience, la fin des recrutements sur contrat, et une fonction publique "montrant l'exemple" par des embauches.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.