En Sarthe, le cahier de vacances ne connaît pas la crise

0 21.11.2011 09:27

« Les ventes ont même tendance à grimper », explique Bertrand Lacroix, responsable du rayon parascolaire de la librairie Doucet. Même constat pour les grandes surfaces, « une augmentation d’environ 10 % », selon Benoit Bustos, chef de rayon livre/CD/DVD chez Auchan.Difficile de déterminer ce qui se vend le mieux. Les passages d’un niveau à un autre important, comme grande section/CP ou CM2/6e l’emportent chez Doucet, « et aussi les petites sections », poursuit le responsable, avec des formules sont plus ludiques, des cahiers de jeux. Dans la librairie Thuard, ce sont les niveaux collèges/lycées qui partent vite. « Le public qui fréquente la librairie est déjà convaincu en entrant et se tourne vers des choses plus sérieuses », explique Anne-Sophie Thuard, la directrice.Peu de nouveauté, donc, du côté des cahiers de vacances : le concept des petites énigmes ou exos rigolos avec enquête policière ou problème de maths est lancé sur le marché, pour apprendre à l’insu de son plein gré. Mais ce sont les « vieilles formules » type Nathan, Passeport, qui connaissent le plus de succès, mêlant exercices et illustrations ambiance plage.Le cahier de vacances a donc la cote, même s’il ne fait pas l’unanimité. « Il y a d’autres moyens informels. Jouer au scrabble, lire des livres, compter en faisant les courses. Le cahier de vacances peut faire peur aux élèves en échec scolaire », explique Nicole, 50 ans, professeur des écoles.Ce sont les vielles formules de cahier de vacances qui se vendent le mieux.Lire l'intégralité de notre dossier dans «Le Maine Libre» de ce jeudi

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.