EN DIRECT: Kadhafi poursuit sa riposte

0 18.11.2011 09:45

LE POINT DE LA SITUATION A 21h00La Cour pénale internationale a annoncé son intention d'ouvrir une enquête contre 10 à 15 responsables libyens suspectés de "crimes contre l'humanité", mais le colonel Kadhafi poursuit sa riposte contre l'insurrection.Les insurgés ont essuyé une frappe aérienne à Brega, l'un des verrous contrôlant l'accès à Benghazi ; ils continuent malgré tout leurs efforts pour protéger la ville.Le pays est "au bord de la guerre civile", prévient le président russe Medvedev. Barack Obama répète, lui, que le colonel doit partir. Quant aux insurgés, ils refusent catégoriquement la proposition de médiation du président vénézuélien Chavez.Les réfugiés continuent de quitter le pays et s'entassent aux frontières: la situation a atteint un niveau de "crise" à la frontière tuniso-libyenne, selon le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés. FIN DE NOTRE DIRECT.20H41 - Scepticisme à Rome - L'Italie juge "très difficile" que la communauté internationale puisse accepter l'offre de médiation du président vénézuélien Hugo Chavez pour trouver une solution pacifique à la crise en Libye, dit le ministre italien des Affaires étrangères Franco Frattini. "La substance de cette proposition semble être le maintien au pouvoir de Khadafi", argumente le ministre sur la chaîne Rai3.20H17 - Le Maroc attentif - Les révolutions arabes sont "un coup de semonce sans frais" pour le Maroc, qui doit accélérer ses réformes, affirme le ministre marocain de l'Industrie: "si les révolutions tunisienne et égyptienne vont à bon port, ce que j'appelle de mes voeux en tant qu'arabe, nous devrons aller vers une réforme globale menée par la monarchie, les partis et les syndicats de travailleurs".20H04 - Pont aérien - Washington envoie des moyens pour participer aux opérations humanitaires: Barack Obama a "approuvé l'usage d'appareils militaires américains pour aider des Egyptiens qui ont fui vers la frontière tunisienne à rentrer chez eux".20H01 - Options - Barack Obama fait en sorte d'avoir à disposition "toute la gamme des options" concernant la Libye. Ces options sont "militaires et non-militaires" mais prendront en considération "ce qui est le mieux pour le peuple libyen", précise-t-il.19H45 - NON A CHAVEZ - L'opposition libyenne refuse catégoriquement l'offre de médiation du président vénézuélien Hugo Chavez. "C'est trop tard, beaucoup de sang a coulé", déclare Moustapha Gheriani, chargé de la presse au sein du Conseil national représentant les villes aux mains de l'insurrection, qui siège à Benghazi19H41 - Dehors - Le colonel Kadhafi "doit partir", répète Barack Obama. Le monde entier est "révolté" par les violences perpétrées contre les Libyens, ajoute-t-il. 19H24 - Protéger Brega - Des insurgés continuent de se diriger d'Ajdabiya vers la ville pétrolière de Brega pour renforcer les défenses contre Kadhafi, selon un reporter de l'AFP sur place. Parmi eux, des soldats ralliés à l'insurrection qui emportent des armes. L'un de leurs véhicules, peint en rouge, porte la mention "L'armée de Benghazi". Sur le bord de la route, la foule les salue en criant "Dieu est grand".19H17 - Des tentes à perte de vue - A Choucha, à la frontière tunisienne, le camp du Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) s'agrandit: "On a monté 1.800 tentes et on est en train d'en apporter plus", dit Hovig Etyemezian, un responsable du HCR. Derrière lui, des ouvriers creusent des tranchées dans le sable pour évacuer les eaux usées. Dans quelques jours, des latrines commandées par l'Unicef seront installées. Près de 15.000 réfugiés passeront la nuit à Choucha.Bombarder pour "effrayer"19H07 - Pour faire peur - La frappe aérienne de l'armée libyenne sur le site pétrolier de Brega, qui a fait au moins 12 morts selon les habitants, "était destinée à effrayer" et non à tuer, assure le fils du colonel Kadhafi, Seif al-Islam, sur la chaîne de télévision Sky News.19H00 - Trop dangereux - Un navire du Programme alimentaire mondial qui acheminait 1.000 tonnes de farine à Benghazi a fait demi-tour vers Malte sans pouvoir décharger sa cargaison, pour des raisons de sécurité. En particulier la crainte de bombardements aériens.18H35 - Choc pétrolier - Le "risque d'un choc pétrolier durable" est une hypothèse "réaliste" face à la flambée des cours provoquée par les soulèvements populaires dans le monde arabe, estime Dennis Lockhart, l'un des dirigeants de la Banque centrale américaine.17H55 - Les Marocains rentrent - Environ 3.500 Marocains vivant en Libye ont été rapatriés par avion, selon Rabat. 4.000 autres seront évacués par ferry dimanche depuis Tripoli et Benghazi. De 60.000 à 100.000 Marocains habitent en Libye.17H45 - A l'étude - La Ligue arabe "étudie" la proposition de médiation du président vénézuélien Chavez pour trouver une solution pacifique à la crise en Libye, indique son secrétaire général, Amr Moussa.17H25 - Martyrs - A Ajdabiya, à 80 km à l'est de Brega, 1.500 personnes assistent aux funérailles de six des morts de la veille. "Le sang du martyr n'est pas versé en vain!", scande la foule.17H21 - Flot constant - Le flot de personnes quittant la Libye par le poste de Ras Jedir, vers la Tunisie, est constant. Ces départs se font dans le calme côté libyen, constate un envoyé spécial de l'AFP.17H15 - Audace - Paris et Londres travaillent ensemble sur la Libye. Les deux pays promettent des "propositions audacieuses" au prochain sommet européen, le 11 mars.16H58 - Sur la route - Entre Tripoli et le poste frontière avec la Tunisie de Ras Jedir, l'ensemble de la route et des villes semblent sous le contrôle des forces régulières, à l'exception de Zawiyah, à l'ouest, constate un journaliste de l'AFP. Entre 200 et 300 personnes, en majorité asiatiques, traversent tranquillement la frontière.16H35 - Fausse alerte - A la sortie d'Ajdabiya sur la route de Brega, la panique s'empare des combattants lorsque quelqu'un crie "mercenaires!" après le passage de véhicules militaires de la rébellion. Croyant que les rebelles reculent devant les troupes de Kadhafi, la foule se disperse dans la confusion... avant de comprendre que c'est une fausse alerte.16H24 - Prisonniers - Une centaine de combattants loyaux à Kadhafi ont été faits prisonniers par l'opposition à Brega, à l'est de Tripoli. C'est un porte-parole des insurgés qui l'affirme."Guerre civile"16H05 - "Guerre civile" - La Libye est "au bord de la guerre civile", dit le président russe Dmitri Medvedev. Une des plus sévères mises en garde de la part d'un dirigeant mondial.15H57 - Vol français - Un premier appareil affrété par la France quitte la Tunisie pour le Caire. A son bord, 168 réfugiés égyptiens rapatriés de la frontière tuniso-libyenne.15H50 - 90.000 réfugiés - En douze jours, 90.000 personnes ont traversé la frontière tuniso-libyenne pour fuir les troubles, annonce un responsable de l'ONU à Tunis. 15H46 - Chavez médiateur - La mission internationale de paix proposée par le chef de l'Etat vénézuélien Hugo Chavez intéresse le gouvernement libyen et la Ligue arabe. La France, elle, n'en veut pas.15H32 - Vaincre ou mourir - "Nous vaincrons ou nous mourrons", clame fièrement un combattant sur le plateau d'un pickup posté devant la raffinerie de Brega, ville aux mains de l'opposition où se trouve un envoyé spécial de l'AFP, Selim Saheb Ettaba. Selon un rebelle, cinq hommes ont été enlevés par les troupes de Kadhafi sur le site pétrolier. 15H10 - Fuite - Des centaines d'Egyptiens commencent à quitter la frontière tunisienne avec la Libye à bord de dizaines de bus, constate une journaliste de l'AFP. Direction: l'aéroport de Djerba et le port de Zarzis. D'interminables files d'attente s'étirent le long de la route bordant le camp de Choucha, à 7 kilomètres du poste-frontière de Ras Jédir. 14H55 - 30 millions d'euros - L'Union européenne débloque une aide de 30 millions d'euros pour faire face à la crise des réfugiés. 14H51 - Vente d'armes - La situation en Libye va entraîner pour la Russie un manque à gagner de 4 milliards de dollars de ventes d'armes en raison des sanctions de l'ONU, déclare le patron de l'entreprise publique russe Rostekhnologuii, Sergueï Tchemezov.Evacuations14H37 - Opération française - A partir de jeudi, des avions français vont effectuer des rotations pour rapatrier plus de 5.000 Egyptiens réfugiés à la frontière tuniso-libyenne, annonce le ministère des Affaires étrangères. La France alloue par ailleurs 500.000 euros pour appuyer les programmes d’assistance aux populations fuyant la Libye. 14H25 - Révolte minimisée - Le fils le plus en vue de Kadhafi minimise l'ampleur de la révolte. Le dirigeant libyen obtiendrait 80% des voix si des élections avaient lieu, affirme Seif al-Islam Kadhafi dans le quotidien panarabe Asharq al-Awsat.14H20 - Evacuation - L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) commence à évacuer les premiers migrants bloqués à Benghazi, fief de l'opposition. 14H14 - Routes bloquées - L'accès au centre ville de Zawiyah, à l'ouest de Tripoli, aux mains de l'opposition, est bloqué. Des arbres sont posés en travers de la chaussée, constate un reporter de l'AFP faisant partie d'un groupe de journalistes cornaqués par les autorités libyennes. Les officiels doivent contourner la ville. La raffinerie, elle, tourne au ralenti: 80% des cheminées sont éteintes.13H55 - Jusqu'au bout - Kadhafi "ne partira pas, et quand il dit qu'il se battra jusqu'au bout, il tiendra parole", estime un responsable proche des comités révolutionnaires, épine dorsale du régime, sous couvert d'anonymat. 13H51 - Pétrole - La production libyenne de pétrole a diminué de moitié, annonce à l'AFP le directeur de la compagnie pétrolière gouvernementale NOC (Libyan National Oil Corporation) Choukri Ghanem.13H30 - "Risque d'épidémies" - A Tunis, un haut responsable de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) met en garde contre "le risque d'épidémies" parmi les dizaines de milliers de déplacés qui ont afflué dans le sud tunisien depuis la Libye. 13H25 - Sur les dents - Le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés va doubler les capacités d'accueil du camp installé en Tunisie à la frontière libyenne. Entre 8.000 et 10.000 personnes, originaires du Bangladesh, ont franchi la frontière, indique un porte-parole du HCR, Adrian Edwards. Objectif: 20.000 places dans le camp, contre 10.000 actuellement.13H15 - KADHAFI ET SES PROCHES VISES PAR UNE ENQUETE POUR CRIMES CONTRE L'HUMANITE - C'est le procureur de la Cour pénale internationale Luis Moreno-Ocampo qui l'annonce lors d'une conférence de presse à La Haye. Il cite notamment "Kadhafi, son cercle rapproché, y compris ses fils" ainsi que le ministre des Affaires étrangères et le chef de la sécurité du régime. 12H55 - Verrou - Des combattants rebelles veulent défendre coûte que coûte le complexe pétrolier de Brega. "Si les troupes loyales à Kadhafi s'en emparent, ils peuvent priver d'électricité Benghazi", le bastion de l'insurrection explique Jaber, un combattant volontaire. Brega, à 200 kilomètres de là, est d'autant plus stratégique qu'elle se trouve au carrefour de l'Est, de l'Ouest et du Sud de la Libye.12H40 - Entraînement - A Brega, dans l'Est de la Libye, les rebelles se préparent au combat contre les troupes pro-Kadhafi, témoigne un journaliste de l'AFP, Samer Al-Atrush. Des volontaires sont postés à l'entrée de la raffinerie de pétrole. L'un d'entre eux, un ingénieur venu de Benghazi, confie : "Je n'ai été entraîné que 15 minutes à l'utilisation de la mitrailleuse". 12H25 - Barrages - Les forces libyennes ont mis en place des barrages le long de la route d'accès à l'ouest de Tripoli, rapporte un journaliste de l'AFP qui vient sortir de la capitale. Des hommes en uniforme, armés de kalachnikov, vérifient tous les véhicules. Le long de la route, des chars sont déployés, leurs canons tournés vers l'ouest.12H00 - Mercenaires - "Kadhafi semble renforcer ses troupes avec des mercenaires tchadiens", rapporte un porte-parole du tribunal de Benghazi qui a vu des mouvements de troupe à Ras Lanuf, à l'est de la ville de Brega.11H39 - Réfugiés égyptiens - L'Allemagne annonce l'envoi de trois bateaux pour ramener en Egypte 4.000 réfugiés, essentiellement égyptiens, ayant fui la Libye. 11H20 - Réunion extraordinaire - Les ministres européens des Affaires étrangères à Bruxelles sont conviés à une réunion extraordinaire sur la Libye le 10 mars.11H17 - Piégés - Des milliers de ressortissants d'Afrique subsaharienne pris au piège du soulèvement contre Kadhafi se terrent chez eux, menacés par les insurgés qui les assimilent à des "mercenaires" payés par le régime. "Nous restons cloîtrés dans nos chambres. Il n'y a plus rien manger", affirme à une radio de son pays Boubacar Gouzayé, un Nigérien bloqué en Libye. 10H50 - Otan - L'Otan ne prévoit pas d'intervenir en Libye mais se prépare "à toute éventualité", affirme son secrétaire général Anders Fogh Rasmussen.10H25 - CRIMES CONTRE L'HUMANITE - Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) Luis Moreno-Ocampo annonce qu'il va ouvrir une enquête contre 10 à 15 responsables libyens suspectés de "crimes contre l'humanité", pour des faits "très graves" contre la population civile.Frappe aérienne 10H13 - Onu - Les initiatives internationales concernant la Libye doivent être décidées par le Conseil de sécurité des Nations unies affirme Pékin. L'ambassadeur chinois précise que l'idée d'une zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Libye "circule" au Conseil de sécurité mais qu'aucune demande officielle pour un débat à ce sujet n'a été faite.10H10 - Frappe aérienne - Une frappe aérienne a visé ce matin Brega, une ville de l'Est de la Libye passée aux mains de l'opposition, indiquent les habitants. Cette attaque survient au lendemain d'affrontements qui ont fait une dizaine de morts entre insurgés et combattants loyaux au régime. EN DIRECT - Les troupes du colonel Mouammar Kadhafi poursuivent leur contre-offensive pour reprendre du terrain à l'insurrection dans l'est du pays. Les Européens ont commencé à mettre en place un pont aérien pour évacuer de Tunisie des milliers d'Egyptiens ayant fui le pays.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.