EN DIRECT: En Libye, les combats s'intensifient

0 21.11.2011 09:35

LE POINT DE LA SITUATION A 21H30De violents combats se poursuivent entre les insurgés et les partisans du colonel Kadhafi. Les opposants au régime semblent contrôler l'est libyen et tentent de progresser vers l'ouest ; ils se sont heurtés à la police anti-émeute dans la capitale, Tripoli. La confusion régnait vendredi soir alors que les deux camps revendiquent tour à tour le contrôle de villes-clés: Zawiyah, à une soixantaine de km à l'ouest de Tripoli, et Ras Lanouf, port pétrolier stratégique de l'est. Des témoins font état de nombreux morts dans ces deux villes. Sur le plan diplomatique, le gouvernement libyen a donné son feu vert à création d'une commission de paix, sur proposition du président vénézuélien Chavez. Interpol a lancé une "alerte orange" visant le colonel Kadhafi et 15 autres Libyens. Plus de 172.000 personnes ont quitté la Libye par ses frontières tunisiennes et égyptienne cette semaine, selon les Nations unies. FIN DE NOTRE DIRECT.20H40 - Les insurgés affirment avoir pris le contrôle du port de Ras Lanouf, fief des forces fidèles au colonel Kadhafi.20H39 - Cap franchi - La barre des 100.000 réfugiés ayant franchi la frontière tuniso-libyenne pour fuir le chaos en Libye a été franchie, selon la protection civile tunisienne. 20H03 - Confusion - Les insurgés ne contrôlent pas la ville pétrolière de Brega, assure une source gouvernementale libyenne. Elle dément ainsi les propos tenus plus tôt par une autre source officielle.19H22 - 172.000 réfugiés - Plus de 172.000 personnes ont franchi les frontières de la Libye vers la Tunisie et l'Egypte cette semaine, indique l'ONU.19H15 - Feu vert - Le gouvernement libyen donne son accord au gouvernement vénézuélien pour créer une commission de paix. L'initiative est d'Hugo Chavez.18H57 - LA VILLE DE BREGA EST AUX MAINS DE L'INSURRECTION, SELON UN RESPONSABLE GOUVERNEMENTAL. Il précise que l'Ouest est "totalement" sous le contrôle du régime de Kadhafi, mais que l'Est est "problématique".18H33 - Euphoriques - Des centaines d'insurgés armés de Kalachnikov, de batteries anti-aériennes et de canons, avancent d'Ajdabiya vers Ras Lanouf, bastion pro-Kadhafi à 200 km plus à l'ouest. Ils sont euphoriques. "Ras Lanouf est entre nos mains!", clame Heizab, un rebelle.18H31 - VIOLENTS AFFRONTEMENTS A ZAWIYAH : DE NOMBREUX MORTS.18H20 - "Tous parents" - A l'est de Ras Lanouf, le capitaine Chouaib al-Akaki, qui a rallié l'opposition, s'inquiète des combats fratricides à venir. "Nous essayons de limiter les pertes des deux côtés . En Libye, nous sommes tous parents. Nous sommes un pays de tribus", confie-t-il à l'AFP.18H10 - 15.000 passeports - L'Organisation internationale des migrations annonce avoir collecté 15.000 passeports, essentiellement bangladeshis, sur le camp de réfugiés de Choucha, près de la frontière tunisienne.17H55 - Ambulance - Les victimes des affrontements à Ras Lanouf sont transportées en ambulance vers Brega. "Nous avons reçu trois blessés, touchés par des roquettes. Nous allons probablement devoir en amputer un", témoigne AbdelFattah al-Moghrabi, un responsable de l'hôpital de Brega. Un journaliste de l'AFP voit arriver une ambulance transportant un homme tué dans une explosion, portant seulement un pantalon de camouflage.17H47 - "Poches de résistance" - Des "poches de résistance" de l'opposition subsistent à Zawiyah, indique une source gouvernementale à Tripoli.17h26 - SMS anti-étrangers - Des témoins montrent à l'AFP des SMS envoyés par la compagnie publique de téléphone libyenne. Les messages appellent à s'en prendre aux étrangers, accusés de vouloir "semer le trouble" et "détruire" le pays.17H20 - LES HEURTS A RAS LANOUF FONT DE NOMBREUX MORTS ET BLESSES, SELON UN MEDECIN.17H12 - Démenti - Un militant politique de Zawiyah, Mohammad Qassem, interrogé en direct sur Al-Jazira, dément la chute de Zawiyah annoncée par la télévision libyenne. Mais il reconnaît que la ville est encerclée. 17H05 - Téléphone - Kadhafi téléphone au président du Sri Lanka, qui lui demande de rétablir la paix.16H36 - INTERPOL LANCE UNE ALERTE VISANT KADHAFI ET 15 AUTRES LIBYENS. Il s'agit d'une "notice orange" qui vise à faciliter pour les polices mondiales la mise en oeuvre des sanctions de l'ONU et l'enquête de la Cour pénale internationale. L'organisation policière ne demande pas leur arrestation.16H31 - Travailleurs humanitaires - Bruxelles somme Tripoli de laisser entrer les travailleurs humanitaires.Bombardements répétés16H15 - LA VILLE DE ZAWIYAH EST REPRISE PAR LES FORCES DE KADHAFI. C'est la télévision libyenne qui l'annonce. Elle affirme aussi que le chef du groupe rebelle de la ville, Hussein Darbouk, et son second, ont été tués, et que d'autres sont faits prisonniers. Des témoins à Tripoli ont vu voler plusieurs Chinook, des hélicoptères de transport lourd, en direction de Zawiyah. Dimanche, cette ville semblait contrôlée par les rebelles.15H37 - Intenses - Des bombardements intenses, des rafales d'artillerie sont entendus depuis une position dans le désert située à une dizaine de kilomètres à l'est de Ras Lanouf, port pétrolier stratégique contrôlé par les pro-Kadafhi. Un reporter de l'AFP avait vu peu avant, près d'Uqayla, des insurgés bien armés s'élancer à pleine vitesse vers l'ouest, criant qu'ils se rendaient à Ras Lanouf.15H25 - Prêche - "Je vous apporte la bonne nouvelle: la victoire est proche, serrez les rangs, la révolution va triompher": la voix chargée d'émotion, l'imam Salem Jaber s'adresse à une foule de 5.000 libyens près du tribunal de Benghazi. Dans l'assistance, des fidèles font le "V" de la victoire.15h14 - BOMBARDEMENTS ENTENDUS DANS LE FIEF DES PRO-KADHAFI A RAS LANOUF.15H00 - Gaz lacrymogènes - A Tripoli, affrontements entre une centaine de manifestants anti-Kadhafi et la police anti-émeute dans le quartier rebelle de Tajoura, après la prière. Les forces de l'ordre font usage de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. La situation est "calme" en revanche sur l'avenue Al-Joumhouriya, non loin de la résidence de Kadhafi.14H29 - A mains nues - A Tripoli, un témoin raconte à l'AFP avoir vu les manifestants pro et anti-Kadhafi se battre à mains nues près de la place Verte. Les forces de l'ordre bouclaient le secteur, mais elles sont restées en retrait sans intervenir, tirant simplement en l'air. 14H25 - Croix Rouge - Le Comité international de la Croix-Rouge lance un appel pour 18,4 millions d'euros, afin d'aider plus de 200.000 personnes.14H03 - Heurts - Manifestation place verte à Tripoli. Les pro et anti-Kadhafi s'affrontent.14H00 - Navire intercepté - Un bateau contenant des billets de banque libyens d'une valeur de 117 millions d'euros, destinés à la Libye, est intercepté et escorté jusqu'à un port anglais. 13H46 - L'Union européenne n'exclut pas de lancer une mission militaire navale pour faire respecter l'embargo sur les ventes d'armes à la Libye qu'elle a décidé, avec d'autres, selon un diplomate européen qui évoque "la possibilité d'une forme de surveillance militaire navale".13H35 - Camp - Des milliers de réfugiés bangladais arrivent à pied au camp de l'ONU de Choucha, à sept kilomètres de la frontière tunisienne. 13H31 - Un milliard d'euros - En plein soulèvement Libyen, l'Italie se dit prête à mobiliser "près d'un milliard d'euros" pour le développement des pays de la rive du sud de la Méditerranée, annonce le ministre des Affaires étrangères, Franco Frattini. De son côté, le président italien Giorgio Napolitano demande à Kadhafi de "cesser les actions militaires contre son propre peuple".13H22 - Avancée vers l'ouest - Les forces de l'opposition se sont avancées vers l'ouest jusqu'à Uqayla, petit village à 280 km au sud-ouest de Benghazi. A la sortie d'Uqayla, un journaliste de l'AFP a vu six pick-up chargés d'armes lourdes s'avancer vers l'ouest. Mais le capitaine Choaib al-Akaki, qui a rallié le camp de l'opposition, s'inquiétait à l'idée des combats à venir, forcément fratricides. 12H46 - Navires US - Deux bâtiments de guerre américains, l'USS Kearsarge et l'USS Ponce, sont arrivés dans la base militaire de Souda à la Canée, en Crête. Le porte-parole de la base, Paul Farley indique que l'arrivée de ces navires s'inscrit "dans le cadre d'un effort international pour aider à l'évacuation des personnes qui quittent la Libye".Sous contrôle 12H40 - Frontière sous contrôle - La frontière entre la Tunisie et la Libye "est maintenant contrôlée par des forces pro-régime lourdement armées", avertit une porte-parole du HCR. "Ceux qui ont réussi à traverser la frontière nous ont dit que leurs téléphones portables avaient été confisqués sur les routes, ainsi que leurs appareils photos".12H30 - Passage - Des dizaines de réfugiés, vietnamiens, égyptiens, ressortissants d'Afrique sub-saharienne continuaient, à la mi-journée, de passer le poste frontière tunisien, en provenance de Libye.12H20 - Gel - L'Autriche annonce qu'elle gèle les avoirs autrichiens d'un homme de confiance de Kadhafi, Mustafa Zarti, qui s'est réfugié à Vienne et qui a été entendu hier par la police antiterroriste. 12H15 - Jihad - Mohamed, jeune banquier de 35 ans, venu de Tobrouk et rencontré à Ajdabiya, raconte à Mariano Andrade, de l'AFP, qu'il est venu avec quatre de ses amis pour faire le jihad, pour combattre. "Nous n'avons pas d'armes lourdes, explique-t-il, mais nous espérons nous en procurer à Brega". Il ajoute: "Il faut que nous lui prouvions (à Kadhafi) que ceci est notre terre".11H57 - Menaces sur les journalistes - Depuis Tripoli, Antoine Lambroschini, de l'AFP, rapporte que les journalistes ont été rassemblés et qu'un fonctionnaire du ministère libyen des Affaires étrangères a prévenu: "Les journalistes trouvés dans la rue seront arrêtés". Les communications sont chaotiques, le téléphone satellitaire ne fonctionne pas. 11H45 - En colonne - Une colonne de milliers de réfugiés du Bangladesh s'avance sur la route entre la frontière tunisienne et le camp de réfugiés de Choucha, à six kilomètres de la frontière avec la Libye.11H40 - Chaos - Scènes de chaos après le prière du vendredi à Benghazi, 2e ville du pays passée aux mains des rebelles. Le journaliste de l'AFP Selim Saheb Ettaba, raconte avoir assisté à de violentes bousculades entre de jeunes hommes voulant se saisir d'anciens drapeaux libyens, datant de la monarchie, et brandis par les organisateurs d'une manifestation. 11H25 - Journalistes bloqués - Antoine Lambroschini, le reporter de l'AFP qui se trouve à Tripoli avec plusieurs confrères étrangers, à l'hôtel Rixos al-Nasr, rapporte que les autorités libyennes empêchent ce matin les journalistes de sortir de l'hôtel. A priori, il s'agit de les empêcher d'aller couvrir les possibles manifestations que l'opposition cherche à organiser lors de la grande prière du vendredi dans les mosquées de la ville. 100.000 REFUGIES11H20 - Pris au piège - Cinquante-trois Maliens ont été rapatriés la nuit dernière de Libye à Bamako, mais plus de 2.000 autres sont toujours bloqués à l'ambassade du Mali à Tripoli, indique le ministère malien de l'Intérieur. Des milliers de ressortissants d'Afrique subsaharienne sont pris au piège du soulèvement libyen et se terrent chez eux, sans ressources, menacés par les insurgés qui les assimilent à des "mercenaires" payés par le régime. 11H00 - "Vers 08H00" - "Il y a eu une bombe à l'extérieur de la base militaire près d'Ajdabiya". "C'était vers 08H00", raconte Mohammad Abdallah, un insurgé au dernier poste de contrôle de la ville qui raconte l'attaque de ce matin. D'autres opposants ont également fait état d'une frappe aérienne, sans victime ni dégât.10H54 - L'Italie réticente - L'Italie, dont les intérêts économiques en Libye sont considérables, se dit réticente sur une éventuelle intervention militaire, ajoutant qu'elle nécessiterait de toute façon des mandats précis du Conseil de sécurité de l'ONU ainsi que de l'Otan. "Seuls ceux qui ne connaissent rien au monde arabe peuvent parler légèrement d'une action militaire occidentale au coeur du monde arabe", estime le ministre des Affaires étrangères, Franco Frattini.10H34 - Aide suédoise - La Suède met à disposition de l'ONU un avion de transport militaire C-130 Hercules et débloque 3,7 millions d'euros pour procéder aux évacuations de réfugiés fuyant la Libye, annonce le ministère des Affaires étrangères. "La mission est de contribuer à l'évacuation de personnes en détresse à la frontière tunisienne".EN DIRECT - Les combats font rage en Libye, où les forces fidèles à Mouammar Kadhafi poursuivent leur contre-offensive dans l'Est. De nombreuses personnes ont été tuées dans les affrontements, tandis que des heurts ont eu lieu entre manifestants et forces anti-émeutes à Tripoli. Le flot de réfugiés continue.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.