EN DIRECT: en Libye, Kadhafi lance la contre-offensive

0 21.11.2011 10:32

LE POINT A 21 HEURES:Les combats entre insurgés et forces loyales à Kadhafi se poursuivent à l'aube de la 21ème journée de révolte en Libye. Avec des raids aériens et des images de manifestations de victoire, le régime libyen tente de reprendre du terrain. Il affirme avoir reconquis Ras Lanouf, Tobrouk (est) et Misrata, ce que les insurgés démentent. En revanche, les opposants annoncent leur retrait de Ben Jawad, à l'est du pays, où les combats ont fait deux morts et une trentaine de blessés selon des médecins.A la frontière tuniso-libyenne, l'accueil des réfugiés et l'aide se poursuivent. La Croix-Rouge et les Emirats Arabes Unis annoncent la construction de deux nouveaux camps à la frontière tunisienne en prévision d'une nouvelle vague de migrants.Sur France 2, le fils de Kadhafi, Seif Al-Islam, demande l'aide des Européens. Sinon, "la Libye pourrait bien devenir une Somalie de la Méditerranée", déclare-t-il.Une équipe de diplomates britanniques qui se trouvait à Benghazi n'a pas réussi à discuter avec les opposants et a été rapatriée à Londres dimanche. FIN DE NOTRE DIRECT.21H06 - "Boucliers humains" - La télévision d'Etat libyenne accuse les insurgés d'utiliser des civils comme "boucliers humains" dans les quartiers résidentiels de certaines villes, qu'elle ne nomme pas.21H00 - Disproportionné - Non loin de Ras Lanouf, Khaled al-Nadhouri, étudiant en économie qui a rejoint les insurgés, se désole du rapport de force: "Nous n'avons que des armes légères et les hommes de Kadhafi utilisent des missiles Grad".20H40 - "Somalie de la Méditerranée" - "Si les Européens ne nous viennent pas en aide, la Libye pourrait bien devenir une Somalie de la Méditerranée", affirme Seif Al-Islam, le fils du colonel Kadhafi, dans un entretien diffusé dimanche soir par la chaîne de télévision France 2.20H33 - "Aucun combat " ? - Depuis une conférence de presse à Tripoli, un journaliste de l'AFP rapporte que si l'on écoute le vice-ministre des Affaires étrangères, Khaled Kaaim, "Misrata, Ras Lanuf, Zawiyah sont sous contrôle, c'est confirmé". "A Ben Jawad, il n'y a aucun combat. Brega n'est pas encore sous notre contrôle. L'ordre des forces armées est de prendre des positions défensives, de ne pas engager l'ennemi sauf si celui ci passe a l'offensive", poursuit-il.20H24 - 4.000 évacués - Deux ferries transportant au total 4.000 personnes évacuées de Libye, en majorité des Marocains, sont arrivés dans le port de Tanger.20H03 - "C'est triste" - Kadhafi doit engager "tout de suite un processus de réconciliation avec son peuple s'il veut rester", déclare Amr Moussa, le secrétaire général de la Ligue arabe. "Mais je ne pense pas que le peuple va laisser passer ça, c'est triste", dit-il aux journalistes de TV5-Monde, Radio France Internationale et Le Monde.20H02 - Bien arrivés - 640 Egyptiens ont été rapatriés de Libye par les Etats-Unis en deux jours, selon l'armée américaine.19H46 - Entraide - A la frontière tunisienne, un Libyen raconte: "Je vivais à Tripoli. Il y a dix jours, des militaires libyens et des Noirs sont entrés dans la maison de mon voisin et ont ouvert le feu, ils ont tué des gens". Il décide immédiatement de quitter le pays avec sa femme et ses quatre enfants. Accueilli à bras ouverts en Tunisie, il y est quand même retourné à Tripoli sauver quelques affaires et, reconnaissant, il a ramené deux Tunisiens avec lui.19H15 - "Regrets" - Le commissaire européen maltais, John Dalli, exprime des "regrets" après ses déclarations favorables à Kadhafi. Vendredi, il avait déclaré qu'il ne pensait "pas avoir le droit, pas plus que quiconque, de se prononcer sur le fait de savoir si Kadhafi doit démissionner".18H33 - Au revoir Benghazi - Une équipe de diplomates britanniques qui était à Benghazi pour "établir des contacts avec l'opposition" quitte la Libye après "avoir avoir connu des problèmes", affirme le ministère britannique des Affaires étrangères. L'opposition libyenne déclare avoir "refusé" de leur parler parce qu'ils n'étaient pas entrés légalement dans le pays.17H47 - "Un petit coup de pouce" - Les Etats-Unis ont "traîné des pieds" pour aider l'opposition libyenne affirme l'ancien ministre démissionnaire libyen, Ali Errishi, sur CNN. "J'ai dit (aux Etats-Unis): +donnez-nous un peu d'aide, là, maintenant+. On voulait juste un petit coup de pouce", ajoute-t-il.Les insurgés reculent16H49 - Obus et embuscades - "C'est avec ça qu'ils nous ont repoussés, qu'ils nous ont obligés à partir de Ben Jawad", raconte un rebelle libyen en montrant un morceau d'obus. Après avoir dû battre en retraite vers Ras Lanouf, ils sont fatigués et amers. Les forces loyales à Kadhafi "se cachent parmi des familles. Nous ne pouvons pas tirer sur eux. On s'est retiré", déclare Mohammed, un autre insurgé, ajoutant: "Il n'y a rien que nous puissions faire".16H31 - Un Portugais pour sanctionner - Le Portugal prend la tête de la commission des sanctions de l'ONU sur la Libye. Le Conseil de sécurité installera mardi la commission qui sera présidée par l'ambassadeur du Portugal à l'ONU José Moraes Cabral.16H06 - L'heure de partir - "Laissez-moi vous répéter une chose: il est temps que le colonel Kadhafi s'en aille", lance le Premier ministre britannique David Cameron à Cardiff.15H57 - TIRS D'ARTILLERIE SOUTENUS PRÈS DE BEN JAWAD -15H54 - Atterrissage au Caire - Le premier des quatre appareils américains devant rapatrier des réfugiés égyptiens a atterri au Caire avec à son bord 82 passagers.15H17 - En sécurité ? - Un diplomate et des militaires britanniques ont été arrêtés dans une zone contrôlée par les insurgés. Ils sont "en sécurité", selon un porte-parole de l'opposition libyenne.15H06 - "EFFETS NÉGATIFS" - Alain Juppé déclare qu'une intervention militaire en Libye aurait des "effets négatifs".14H54 - Les policiers dérapent - Selon des témoins et des journalistes de l'AFP, des policiers libyens effectuent des dérapages contrôlés à bord de leurs véhicules et tirent brièvement en l'air devant le poste-frontière tuniso-libyen de Ras Jdir. "Il sont drogués, ils font n'importe quoi", affirme un témoin à l'AFP.14H10 - Nouveaux camps - La Croix-Rouge et les Emirats Arabes Unis vont construire deux nouveaux camps, dont un à deux kilomètres au sud de Choucha", pour accueillir les réfugiés à la frontière tunisienne, en prévision d'une nouvelle vague de migrants, annonce un responsable du Croissant Rouge.13H05 - Misrata sous la mitraille - "Les chars tirent des obus sur le centre-ville, près du siège de la radio. Nous entendons aussi des tirs nourris d'armes automatiques", déclare un habitant de Misrata, sous couvert de l'anonymat. Des forces fidèles à Kadhafi mènent une offensive à l'arme lourde dans cette ville, à 150 km à l'est de Tripoli.12H50 - Laisser faire l'Europe - Le ministre italien de l'Intérieur appelle les Américains à ne pas se mêler des affaires de la Libye et à laisser faire les Européens face au risque de montée du fondamentalisme islamique. "Nous devons nous assurer que la Libye ne devienne pas un nouvel Afghanistan, mais il faudrait que les Américains se calment", déclare Roberto Maroni.12H30 - Retour au Maroc - Un ferry transportant environ 2.000 personnes évacuées de Libye, en majorité des Marocains, est arrivé dans le port marocain de Tanger, où un second navire était attendu dans la journée. Environ 4.000 personnes doivent être rapatriées aujourd'hui de Libye, selon les autorités marocaines.Misrata sous la mitraille12H20 - Benoit XVI inquiet - Le pape Benoît XVI exprime sa "grande inquiétude sur les tensions" dans divers pays d'Afrique et d'Asie, citant le Pakistan et la Libye, après la prière de l'Angelus sur la Place Saint-Pierre.12H15 - Soutien français - La France "salue la création du Conseil national libyen", instance dirigeante de l'insurrection contre le colonel Kadhafi, "et apporte son soutien aux principes qui l'animent et aux objectifs qu'il s'assigne".12H00 - Justice helvétique - La Suisse veut traduire en justice les responsables de l'enlèvement de deux hommes d'affaires helvétiques, qui avaient été retenus pendant près de deux ans en Libye. "Il serait possible de lancer en Suisse une enquête pénale, pour élucider les circonstances de l'enlèvement à l'automne 2009 de Max Göldi et Rachid Hamdani", déclare la présidente de la Confédération, Micheline Calmy-Rey.11H50 - Heurts - Deux personnes tuées et une trentaine blessées dans des heurts entre insurgés et partisans du régime à Ben Jawad, selon une source médicale.11h45 - Journaliste soigné - Le journaliste français, légèrement blessé est actuellement soigné par des médecins libyens et devrait être transporté à Benghazi dès que son état le permettra, indique le Quai d'Orsay. "Nous sommes en contact avec la direction de sa chaîne, France 24, et les agents du centre de crise du ministère des Affaires étrangères, qui se trouvent à Benghazi, sont en contact avec lui". "Les premières nouvelles sont plutôt rassurantes".11H35 - RETRAIT DE BEN JAWAD - Des insurgés de retour du front après des combats avec les forces loyales à Kadhafi annoncent qu'ils se sont retirés de Ben Jawad, à une centaine de kilomètres à l'est de Syrte, où au moins 15 personnes ont été blessées.11H34 - Bangladais noyés - Les garde-côtes grecs ont retrouvé les corps de trois Bangladais qui s'étaient noyés au large de la Crète en tentant de quitter un navire qui les avait évacués de Libye, annonce la marine marchande grecque.11H32 - Offensive à Misrata - Des forces fidèles à Kadhafi mènent une offensive à l'arme lourde à Misrata, à 150 km à l'est de Tripoli, où des chars tirent des obus sur le centre de la ville contrôlée par l'insurrection, selon un habitant joint par téléphone.11H30 - Diplomates - Une "petite équipe diplomatique" britannique se trouve à Benghazi, a déclaré le ministre britannique de la Défense Liam Fox qui a refusé de commenter des informations selon lesquelles le groupe serait détenu par des insurgés. "Nous sommes en contact avec eux, mais il serait inapproprié de faire davantage de commentaires pour les raisons que vous comprendrez, j'en suis sûr", a-t-il dit.11H00 - Explosion - Une énorme explosion a été entendue toujours à Ras Lanouf, suivie par des tirs anti-aériens, selon un journaliste de l'AFP présent sur place."Folie criminelle" 10H54 - Raid aérien - Second raid aérien ce matin par les forces fidèles à Kadhafi sur la ville pétrolière stratégique de Ras Lanouf, dans l'est. Le raid, qui a visé un camp des rebelles installé dans une ancienne base militaire, n'a fait ni dégât, ni victime. 10H43 - "Folie criminelle" - Alain Juppé, le nouveau ministre français des Affaires étrangères, affirme depuis Le Caire que l'Europe et la France ne peuvent "tolérer la folie criminelle" du régime de Kadhafi face à l'insurrection libyenne.10H05 - JOURNALISTE BLESSE - Quatorze personnes au moins ont été blessées, dont un journaliste français, dans des heurts entre insurgés et partisans du régime à Ben Jawad, à une centaine de kilomètres à l'est de Syrte, ville natale du colonel Kadhafi.09H50 - Enfants armés - "4.000 à 5.000 manifestants pro-Kadhafi sur la place Verte, dans le centre de Tripoli. Les miliciens et les soldats sont là et continuent de tirer en l'air, indifférents aux balles qui retombent", rapporte Antoine Lambroschini. "Il y des femmes, des enfants, il y a même des enfants de 6 ou 7 ans qui tiennent de vrais pistolets. De l'eau, des biscuits et des portraits de Kadhafi sont distribués".09H45 - Scènes de joie - A Tripoli, le reporter de l'AFP, Antoine Lambroschini décrit des scènes de tirs de joie dans le centre ville: "Ils tirent des centaines de munitions dans l'air sans se soucier des balles qui retombent. Des klaxons de voitures partout, des drapeaux aux rebords des fenêtres". Un soldat déclare: "Nous tirons en l'air parce que nous avons vaincu Al-Qaida".EN DIRECT - Au 20e jour de la révolte, l'opposition libyenne s'efforce de progresser vers l'ouest et s'organise sur le plan politique en se déclarant "seule représentante" du pays. Le colonel Kadhafi lance ses troupes en direction de Benghazi, fief de l'insurrection dans l'est. Le régime affirme ce matin avoir repris aux insurgés le contrôle de plusieurs villes comme Ras Lanouf, Misrata et Tobrouk, ce que conteste la rébellion.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.