EN DIRECT - DSK: le séisme

0 18.11.2011 09:45

Revers d'importance pour DSK: la juge Melissa Jackson a décidé de l'incarcérer, refusant sa libération sous caution. Dominique Strauss-Kahn est sous le coup de sept chefs d'accusation pour crime sexuel. La peine peut aller jusqu'à 74 ans de prison. Le directeur général du FMI a nié les accusations portées contre lui, et sa défense a promis que "la bataille ne fait que commencer". La prochaine audience a été fixée à vendredi. Dominique Strauss-Kahn ne devrait pas être présent, à moins qu'il le demande. FIN DE NOTRE DIRECT19H26 - Sept chefs au total - Les sept chefs d'inculpation énoncés à l'encontre de DSK sont passibles d'une peine de prison pouvant aller jusqu'à 74 ans et trois mois, précisent des documents judiciaires.19H20 - Pression des images - Le maire de Paris Bertrand Delanoë estime qu'il faut "résister à la pression des images et des emballements", devant des journalistes en marge du Conseil de Paris. Il dit éprouver "beaucoup de tristesse" et appelle à la "sobriété". "Dominique plaidant non coupable, il faut qu'on l'entende". Il faut "prendre un peu de hauteur, à ne pas se laisser bousculer, à être attentif aux personnes".19H10 - PASSIBLE DE 70 ANS - Du fait des accusations portées contre lui, DSK est passible de plus de 70 ans de prison, a indiqué le tribunal.18H57 - "L'image de la France" - "Il y a une victime évidente, c'est l'image de la France", selon la ministre des Sports Chantal Jouanno, qui appelle également à la "présomption d'innocence". "Mais ceux qui réclament aujourd'hui la présomption d'innoncence auraient dû l'appliquer à Eric Woerth", ajoute-t-elle."La bataille de fait que commencer"18H54 - "Déçu" - Un des avocats de DSK, Benjamin Brafman, dit aux journalistes être "déçu par la décision du tribunal" mais ajoute que "la bataille ne fait que commencer". 18H50 - RENDEZ-VOUS LE 20 MAI - La prochaine audience dans l'affaire Strauss-Kahn est fixée au 20 mai par la juge.18H38 - DSK SE DECLARE INNOCENT - Dominique Strauss-Kahn nie les faits qui lui sont reprochés, dit son avocat.18H36 - INCARCERATION ORDONNEE - La juge ordonne l'incarcération de Dominique Strauss-Kahn, après avoir refusé de le libérer sous caution.18H32 - DSK N'EST PAS LIBERE - La juge Melissa Jackson refuse la libération sous caution de Dominique Strauss-Kahn.18H30 - Un million - La défense de DSK demande sa libération en échange d'une caution d'un million de dollars.18H28 - Défense - Selon son avocat, la raison pour laquelle DSK est parti précipitamment de l'hôtel est un rendez-vous à déjeuner, puis son avion qu'il avait réservé depuis longtemps. Aucun autre vol n'était prévu. Il ne s'agissait pas d'embarquer pour fuir un crime.18H20 - Faits similaires - L'accusation évoque devant la juge d'autres faits similaires commis par DSK "à au moins une reprise".18H15 - Demande du procureur - L'accusation demande à la juge le maintien de DSK en détention provisoire.18H12 - 525 dollars - Dominique Strauss-Kahn a payé lui-même samedi sa chambre à l'hôtel Sofitel de New York, et elle lui a coûté 525 dollars, indique à l'AFP un porte-parole du FMI, William Murray.18H08 - Pour la presse - L'avocat, Benjamin Brafman, va sortir du tribunal pour s'adresser à la presse dans dix minutes.18H06 - DSK A LA BARRE - Son avocat Benjamin Brafman prend la parole.18H05 - Mitraillé - Les photographes et les cameramen sont autorisés à entrer dans la salle d'audience. C'est la cohue. DSK, qui avait évité de regarder le public, ne peut éviter les flashes qui le mitraillent, constate Sebastian Smith, journaliste de l'AFP.17H58 - Conciliabule - Les deux avocats et DSK se parlent presque à l'oreille, leurs têtes très proches les unes des autres. L'accusé est assis. 17H53 - Avocats - Les avocats de DSK, Benjamin Brafman et William Taylor, entrent dans la salle d'audience et parlent avec leur client dans un mini-parloir vitré dans la salle d'audience. 17H50 - Washington confiant dans le FMI - "Nous conservons notre confiance dans le FMI en tant qu'institution et en sa capacité à continuer d'exercer efficacement sa mission", déclare le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, à bord de l'avion présidentiel Air Force One.17H48 - Photographié - DSK, qui n'est plus menotté, est photographié par un policier, comme les autres prévenus l'ayant précédé, avant qu'ils ne passent à la barre.17H45 - Retour de DSK - Le patron du FMI est revenu dans la salle d'audience, escorté par des policiers.17H40 - Références - "C'est terrible. Ces images sont glaçantes. C'était des images de tragédie grecque mélangées à celles des séries américaines", commente le président du MoDem, François Bayrou, à la Réunion où il se trouve en déplacement.17H30 - Pause ? - Sorti de la salle d'audience quelques minutes après y être entré, sans avoir encore été entendu par la juge, DSK n'est toujours pas reparu 30 minutes plus tard, mais n'a apparemment pas quitté le tribunal.17H08 - Timing - Dominique Strauss-Kahn a effectué les formalités pour quitter sa chambre du Sofitel de New York samedi "entre 12H28 et 12H38", alors que "la femme de ménage est entrée dans la chambre autour de midi", précise à l'AFP une source au sein du groupe hôtelier Accor qui a requis l'anonymat.16H52 - DSK DANS LA SALLE - Dominique Strauss-Kahn vient d'entrer dans la salle d'audience. Il porte une veste noire, une chemise claire. Il s'assoit sur un banc près d'un prévenu. L'air songeur, il regarde la présidente, puis parle avec des policiers. Il a les traits marqués, le visage fatigué.16H43 - Réunion au FMI - Les Etats-Unis se disent "confiants" dans la capacité du FMI à fonctionner de façon "efficace", alors que le Fonds réunit son conseil d'administration pour discuter de la suite à donner aux ennuis judiciaires de son directeur général, et du déblocage d'une tranche de l'aide à l'Irlande.16H15 - Diplomate - Le vice-consul de France, Patrick Lachaussée, est dans la salle d'audience. 16H10 - Petits délinquants - Avant l'examen du cas DSK par le juge à New York, des petits délinquants comparaissent, pour des bagarres, trafics, taxis non payés... Chaque affaire est expédié en moins de dix minutes. 16H00 - Salle d'audience - A New York, dans la salle d'audience, aux murs blancs et mobilier de bois marron foncé, le drapeau américain et la devise "In God we trust" surplombent le bureau de la présidente. Des prévenus, l'air un peu perdu, comparaissent en tee-shirt. 15H55 - "Lynchage planétaire" - "Le coeur ne peut que se serrer devant ces images humiliantes et poignantes qu'on donne de lui. Un effroyable lynchage planétaire", déplore l'ancien ministre et président d'honneur du MRC (Mouvement républicain et citoyen) Jean-Pierre Chevènement sur son blog. "Et si c'était une monstrueuse injustice?", s'interroge-t-il.Au tribunal15H45 - Devant le tribunal - Une quinzaine de camions de télévisions, hérissées de paraboles, stationnent devant le tribunal, sur Hogan place à New York. Des tentes protègent les reporters de la pluie. Une cinquantaine de journalistes ont pu pénétrer dans la salle d'audience, de taille moyenne, et d'autres sont bloqués dehors, signale un des journalistes de l'AFP, Stéphane Jourdain.15H30 - "Dialogue" - "Je ne peux que me réjouir que le dialogue se poursuive entre la Banque centrale européenne, la Commission et le Fonds monétaire international, qui sera bien sûr représenté", déclare Christine Lagarde à son arrivée à une réunion à Bruxelles, à laquelle DSK devait à l'origine participer.15H20 - Aubry "bouleversée" - Martine Aubry assure, au siège du Parti socialiste, que l'image montrant DSK menotté était "profondément humiliante" et "l'avait vraiment bouleversée".14H55 - "Cruauté" - "J'ai trouvé cette image d'une brutalité, d'une violence, d'une cruauté inouies et je suis heureuse que nous n'ayons pas le même système judiciaire", déclare sur France Info l'ex-ministre de la Justice Elisabeth Guigou (PS) au sujet de DSK menotté.14H50 - Rebsamen ne croit pas au complot - "Je ne crois pas à ces théories de complot", a déclaré le sénateur-maire PS de Dijon François Rebsamen dans un entretien à publicsenat.fr, en réagissant aux propos de la strauss-kahnienne Michèle Sabban, qui a parlé dimanche d'un "complot international" contre le patron du FMI.14H20 - Draghi ne veut pas du FMI - L'Italien Mario Draghi, qui fait figure de grand favori pour la présidence de la BCE, n'est "pas du tout intéressé" pour succéder éventuellement à DSK à la tête du FMI, selon une porte-parole de la Banque d'Italie.14H12 - Configuration des lieux - La suite 2806 de l'hôtel Sofitel de New York, dans laquelle a séjourné DSK, "n'est pas très pratique" et peut expliquer "qu'on n'entende pas du tout une employée entrer dans la chambre", déclare à l'AFP Paul Dubrule, cofondateur d'Accor.14H02 - DSK était passé par la réception - Dominique Strauss-Kahn avait bien signalé samedi son départ à la réception de l'hôtel Sofitel de New York où il est accusé d'avoir agressé sexuellement une femme de chambre un peu plus tôt, indique le groupe hôtelier Accor, propriétaire des Sofitel. Prudence13H55 - Merkel prudente - "Il est important de ne pas prononcer des accusations. La procédure est en cours. (...) Attendons la fin de l'enquête", souligne Angela Merkel. Elle déclare aussi voir "de bonnes raisons" pour que l'Europe garde la direction du FMI, tout en ajoutant que "la question ne se pose pas encore".13H50 - "Attendre" - "J'ai du mal à y croire, parce que c'est quelqu'un qui déteste le conflit, donc j'ai du mal à l'imaginer perpétrant des actes de violence, ça ne correspond pas tellement au personnage", déclare le député PS des Landes Henri Emmanuelli avant d'ajouter "mais bon, le genre humain étant ce qu'il est, il faut attendre".13H45 - "Et la femme de ménage, alors?" - Christine Poupin, porte-parole du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), se dit "choquée par les réactions de compassion à DSK, sa famille et ses proches". "Et la femme (de ménage) alors?", lance-t-elle. 13H14 - "Le feu nucléaire" - Le député strauss-kahnien Jean-Christophe Cambadélis affirme que la droite "avait promis à DSK le feu nucléaire dès qu'il ferait ses premiers pas de candidat". "C'est toute la droite qui menace depuis un an dans les déjeuners d'avoir des photos et des dossiers" sur DSK, accuse-t-il.12H45 - Pas de "conjecture" - "Il y a une plainte pour des faits graves, une négation de ces faits par Dominique Strauss-Kahn, il est présumé innocent et veut se défendre. En l'état actuel, je ne vais pas me livrer à je ne sais quelle conjecture sur l'avenir de Dominique Strauss-Kahn", déclare le porte-parole du PS Benoît Hamon.12H30 - "Pas d'impact" - La Commission européenne affirme que l'inculpation de DSK n'aura "pas d'impact" sur les programmes d'aide financière à des pays de la zone euro, notamment la Grèce. "Il est hors de question que les décisions en cours puissent être altérées et que ceci ait un impact sur les décisions appliquées en ce moment", assure son porte-parole.12H28 - Succession ? - Berlin juge qu'il y aurait "de bonnes raisons" pour qu'un Européen succède à M. Strauss-Kahn, "si jamais on avait besoin d'un successeur", selon le porte-parole du gouvernement allemand Steffen Seibert. Mais toute discussion sur la succession de DSK est "hors de propos", précise-t-il.12H20 - La BCE veut rassurer - Le travail du FMI n'est pas menacé par l'arrestation de son patron, selon un responsable de la Bangue centrale européenne (BCE), l'Autrichien Ewald Nowotny. Le FMI "dispose d'une stabilité institutionnelle", qui lui permet de poursuivre sa tâche quelle que soit la personne qui le dirige, déclare-t-il11H55 - Le PS se concerte - La réunion hebdomadaire du Bureau national du PS a été avancée à mardi midi et se tiendra sous la direction de Martine Aubry pour évoquer l'affaire Strauss-Kahn, indique le porte-parole du parti Benoît Hamon.Autre accusation11H40 - "Cauchemar socialiste" - En Grande-Bretagne le Times écrit que "le départ attendu de M. Strauss-Kahn ravive un cauchemar socialiste: l'élimination au premier tour (de la présidentielle) et une lutte au second tour entre le très impopulaire M. Sarkozy et le leader de l'extrême-droite".11H38 - "Immense vide"- Le quodien italien La Repubblica parle "d'immense vide au sommet du FMI, justement dans un moment crucial pour le sauvetage de la Grèce et la stabilité de la zone euro".11H35 - Il se méfiait - DSK avait évoqué fin avril, devant des journalistes de Libération, l'hypothèse d'une machination autour d'un viol pouvant être montée contre lui, relate le quotidien. DSK avait imaginé, raconte le journal "une femme violée dans un parking et à qui on promettrait 500.000 ou un million d'euros pour inventer une telle histoire". "Oui, j'aime les femmes...et alors ?" avait-il aussi lancé, selon Libération.11H16 - UNE AUTRE FEMME ACCUSE - Une écrivaine et journaliste, Tristane Banon, qui a affirmé avoir été agressée sexuellement en 2002 par Dominique Strauss-Kahn, "envisage de porter plainte", annonce à l'AFP son avocat David Koubbi.10H52 - Journaux grecs - "La femme de chambre bloque la Grèce", titre le quotidien grec Elefthérotypia (gauche), en prédisant désormais "une ligne plus dure du FMI envers la Grèce". "La femme de chambre a résisté ... au violeur du FMI", ironise le journal de droite populaire Elefthéros Typos. "Athènes en détresse", juge le libéral Kathimérini.10H41 - "Très grande portée" - "C'est très certainement un événement de très grande portée, pour Dominique Strauss-Kahn lui-même et sa famille, ensuite pour le Parti socialiste et également pour l'image de la France au Fonds monétaire international", estime le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé à Bordeaux. "Nous sommes dans une période d'instruction, c'est à la justice américaine d'établir les faits et de faire émerger la vérité".10H36 - Primaires inchangées - Les primaires socialistes pour 2012 auront lieu aux "dates prévues", malgré l'affaire DSK, avec dépôt des candidatures du 28 juin au 13 juillet et premier tour le 9 octobre, assure Harlem Désir., numéro deux du PS.10H30 - "Ni décapité, ni affaibli" - Harlem Désir, numéro deux du PS, affirme à son arrivée au siège du parti rue de Solférino, que le PS n'est "ni décapité, ni affaibli" par l'inculpation de Dominique Strauss-Kahn. EN DIRECT - Dominique Strauss-Kahn, dont l'image sortant menotté d'un commissariat de New York a fait le tour du monde, va rester en détention provisoire, a décidé la juge de New York devant laquelle il comparaissait pour tentative de viol.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.