Elle perd son bébé et accuse l'hôpital de l'avoir laissée accoucher seule

0 21.11.2011 09:59

Une jeune femme de 22 ans, qui a perdu son bébé après moins de six mois de grossesse, accuse l'hôpital de Montauban de l'avoir laissée accoucher seule et a porté plainte contre l'établissement.L'hôpital, déjà touché en début d'année par deux affaires de morts de nourrissons, s'est contenté jeudi pour sa défense d'un communiqué laissant entendre que le bébé n'était pas viable et affirmant que "les effectifs présents étaient conformes à la réglementation en vigueur".Ce communiqué ne dit pas clairement si ces effectifs étaient présents auprès de la jeune femme au moment de son accouchement ou si l'hôpital parle plus généralement des effectifs présents dans l'établissement.Dans le quotidien la Dépêche du Midi, Sophie Przybylski raconte qu'après des pertes de sang lundi dans sa 23ème semaine de grossesse, elle a été conduite à l'hôpital, aux urgences puis en salle d'accouchement.Une sage-femme l'a alors auscultée et lui a dit que le travail commençait, et qu'elle entendait les battements du coeur du bébé.On l'aurait ensuite prévenue que le bébé aurait peu de chances de survivre. Puis elle s'est "retrouvée toute seule, la sage-femme ayant disparu tout comme les deux aides-soignantes". C'est alors, dit-elle, qu'elle a accouché seule, malgré ses cris et ses appels au secours.La sonnette d'alarme avait été placée trop loin de son lit pour qu'elle puisse l'atteindre, relate-t-elle.Elle serait restée seule plus de vingt minutes, dont dix avec son bébé laissé sans soins.Un médecin lui aurait présenté des excuses en disant que le personnel avait été débordé par un nombre élevé d'accouchements au même moment.Le couple récemment installé à Castelsarrasin (Tarn-et-Garonne) est d'autant plus effondré qu'il essayait depuis deux ans d'avoir un enfant.Le parquet de Montauban a indiqué avoir été saisi de la plainte du couple contre l'hôpital et avoir ordonné une autopsie. Une enquête de police est en cours.L'hôpital dit pour sa part avoir engagé une enquête interne. Une mission d'inspection sanitaire, mandatée par l'Agence régionale de la santé (ARS), est attendue vendredi matin sur place.Dans un communiqué, l'hôpital exprime "toute (sa) tristesse" et sa compréhension pour la douleur de la famille.Mais, ajoute-t-il, il a eu affaire là à une "fausse couche tardive en cours d'expulsion"; "tous les spécialistes de la discipline sont unanimes (...) pour dire que, face à une grossesse de moins de 25 semaines d'aménorrhée (absence de règles), et d'un poids de naissance inférieur à 650 grammes, aucun critère de réanimation n'est retenu".L'hôpital de Montauban a déjà été affecté, fin février, par la mort d'un nourrisson de neuf mois aux urgences, d'une occlusion intestinale selon l'autopsie. Le médecin de garde l'avait renvoyé chez lui une première fois malgré des vomissements. Deux jours avant, une fillette de trois mois et demi était passée par le même hôpital, où elle avait connu une grave dégradation de son état, puis était morte le lendemain après son transfert à l'hôpital des enfants de Toulouse-Purpan.Le directeur de l'hôpital de Montauban, Joachim Bixquert, voyait alors une terrible "coïncidence" dans le fait que les deux bébés étaient passés par son hôpital, un établissement de 900 lits et 180 médecins, dont une vingtaine aux urgences.Mais le parquet de Montauban a ouvert une information judiciaire contre X pour homicide involontaire dans le premier cas. On ignore l'avancement de l'enquête."Il semblerait qu'il y ait de sacrés dysfonctionnements dans cet hôpital", observe Me Laurent Mascaras, l'avocat des parents de cet enfant.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.