Des signes de vie du spéléologue disparu en Ardèche entendus au 6ème jour

0 21.11.2011 09:29

Des signes de vie du spéléologue disparu depuis dimanche dernier dans les gorges de l'Ardèche ont été perçus sous terre, à quelque 200 mètres de l'endroit de sa disparition, redonnant espoir aux secouristes qui tentent de l'atteindre. "Des sons frappés ont été perçus à l'endroit de la rivière" souterraine où a disparu près d'une semaine plus tôt Eric Establie, spéléologue expérimenté parti faire un relevé topographique dans cette zone, a annoncé dans la soirée Eric Zipper, du Spéléo Secours."Il ne peut pas s'agir d'écho. Quand deux coups étaient frappés, on entendait un coup en réponse. Quand on frappait SOS (en morse), il y avait deux coups", a-t-il ajouté."Il taperait sur une roche", réfugié dans une poche d'air depuis l'autre côté de l'éboulis qui l'a fait prisonnier sous terre, à quelque 780 mètres de l'entrée du gouffre, a précisé le sous-préfet de Largentière, Jean Rampon.La perception de ces coups frappés a été faite un peu par hasard par des secouristes cherchant à localiser le tracé de la rivière souterraine depuis le plateau surplombant les gorges, à l'aide d'un vibraphone, a précisé M. Zipper."Il ne faut pas tomber dans l'euphorie, dans la hâte. Nous devons trouver la solution la plus sûre pour nos plongeurs", qui effectueront une prochaine plongée dimanche, afin de tenter de déposer au niveau de l'éboulis souterrain un container avec des vivres, de l'oxygène, ainsi que des instructions sur l'opération de sauvetage.Deux plongeurs britanniques avaient fouillé l'éboulis samedi, à la recherche du spéléologue disparu, et le sous-préfet avait émis une "présomption forte de décès". Sa bouteille d'oxygène a été découverte non loin de l'éboulis."Il faut lever le doute, mais l'idée du jour c'est la poursuite des opérations de secours", avait martelé dans la matinée M. Zipper, convaincu qu'Eric Establie est parti se réfugier à 2 km de l'entrée de la grotte, dans une zone aérée."On envoie des plongeurs de pointe et au bout on le trouvera, vivant ou mort", avait-il alors dit, rappelant les cas de plongeurs ayant tenu un mois sous terre.Selon lui, "la meilleure solution c'est de rouvrir le passage" en supprimant l'éboulis, "car alors on retombe dans les paramètres du secours classique".Les secouristes avaient également tenté samedi de dégager une cheminée naturelle partant du plateau dominant les gorges, accrochés à l'espoir qu'Eric Establie pourrait s'être réfugié 200 m plus bas, dans une poche d'air de cette galerie immergée de Labastide-de-Virac.Recensé au sein du Spéléo secours français (SSF) depuis quatre ans comme plongeur bénévole, Eric Establie a notamment participé en mars 2009 à la remontée du corps sans vie d'un plongeur chevronné dans une rivière souterraine dans le Lot, retrouvé à 1.100 m de la sortie et par 50 m de fond.Scaphandrier de profession, cet homme de 45 ans dirige une société de travaux maritimes et sous-marins à Cannes. Il est marié et a un fils de 14 ans auquel il a transmis sa passion pour la spéléologie.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.