Des milliers de logements HLM vides dans des villes sans emploi

0 21.11.2011 09:51

Alors que les organismes HLM sont réunis en congrès à Strasbourg et que la demande de logements sociaux reste forte, un document du ministère de l'Ecologie pointe l'existence de milliers d'appartements vides dans certaines villes, notamment les plus touchées par la perte d'activités.Selon ce listing que l'AFP s'est procuré mercredi, certaines villes de France présentent des taux de vacance bien supérieurs à la moyenne, qui est de 3,9% pour les HLM.Ce taux atteindrait par exemple 11,6% à Villejuif (Val-de-Marne) qui dispose de 10.000 logements sociaux. La commune de Hombourg-Haut (Moselle) affiche un taux de 16,3% et Firminy, dans la Loire, de 9%."En pointant les seuls offices ayant un parc supérieur à 100 logements, le chiffre d'appartements vacants habitables s'élève à 8.000", affirme le quotidien Le Parisien dans son édition de mercredi."Cette enquête illustre le besoin d'avoir une politique territorialisée pour le logement", a déclaré à l'AFP le secrétaire d'Etat chargé du Logement, Benoist Apparu, estimant que la gestion des HLM devait être "plus transparente et plus efficace"."Les taux de vacance les plus importants se retrouvent sur des départements plutôt ruraux, dans des secteurs où le marché du logement est peu tendu. Nous devons arrêter de construire des HLM dans ces territoires, au risque de ne construire que des logements vides", a-t-il ajouté.Au moment où le gouvernement a décidé de ponctionner 340 millions d'euros par an aux organismes HLM, le président de l'Union sociale pour l'habitat (USH), Thierry Repentin, fait état d'une "communication d'opportunité, qui met en exergue des sujets lilliputiens pour qu'on ne parle pas des vrais problèmes auxquels est confronté le monde HLM".Sans les confirmer, le président de l'organisme qui fédère le mouvement HLM juge que les chiffres les plus saillants dans le document du ministère "ne reflètent pas la réalité du marché".Dans les villes où la demande est relativement faible, les logements vides résultent du "départ d'une grande entreprise ou d'une usine, fermeture d'une administration, délocalisation d'un régiment d'armée...", donc d'une perte d'emplois et non d'une construction à outrance, analyse le président de l'USH.Ainsi, si Modane (Savoie) dispose d'une centaine de logements vacants, c'est parce que les douaniers l'ont désertée après l'ouverture des frontières européennes, explique Charles Vinit, directeur général de l'Office public d'aménagement et de construction de Savoie.Quelque 9.000 personnes sont en attente de HLM dans ce département mais "le gars qui réclame Chambéry, je ne vais pas lui proposer un logement à 100 km", dit-il à l'AFP.L'existence de logements vides dans les zones où la demande est forte, comme l'Ile-de-France, s'explique par la rénovation des parcs locatifs, relève Thierry Repentin.Quant à Villejuif, le président de l'Office public de l'habitat de la ville indique que les chiffres la concernant sont "faux".Citée par Le Parisien, l'ancienne ministre socialiste du Logement Marie-Noëlle Lienemann estime que les vacances traduisent souvent la vétusté du parc locatif."C'est la réalité sur certains logements", concède Thierry Repentin. "Ceci étant, et ça n'est contesté par personne, le parc HLM reste mieux entretenu que le parc privé".Le parc des HLM en France compte 4,3 millions de logements et accueille 10 millions d'habitants.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.