Décès d'une collégienne: une "bagarre qui a mal tourné" selon Luc Chatel

0 21.11.2011 09:33

Une jeune fille de 13 ans a succombé à ses blessures lundi après avoir été très violemment frappée à la mi-journée à la sortie de son collège de Florensac (Hérault), près de Béziers, par le frère de l'une de ses camarades, qui a été placé en garde à vue.C'est une "bagarre qui a mal tourné" devant "un établissement scolaire tranquille", "pas réputé difficile", a expliqué mardi sur Europe 1 le ministre de l'Education Luc Chatel.L'adolescente de 13 ans a succombé à ses blessures après avoir été très violemment frappée à la mi-journée à la sortie de son collège de Florensac, près de Béziers, par le frère de l'une de ses camarades."Il y a eu altercation (...) pour des raisons sentimentales", a indiqué Luc Chatel. "Il y a eu une bagarre et cette jeune fille est tombée fortement par terre." "Il y avait des assistants d'éducation à la sortie de ce collège qui ont essayé de s'interposer (...) et qui malheureusement n'ont pu faire grand chose", selon lui.D'après les premiers éléments, l'adolescente, élève de 5e aurait chuté lourdement sur la tête, ce qui a entraîné des lésions cérébrales graves et deux arrêts cardiaques, un sur place et un pendant son transport en hélicoptère, a précisé à l'AFP la préfecture de l'Hérault.La jeune fille est décédée d'un traumatisme crânien, selon l'hôpital de Montpellier. L'autopsie du corps doit avoir lieu mardi après-midi.Le jeune homme de 14 ans (15 ans en juillet) qui, d'après plusieurs témoignages concordants, a porté "plusieurs coups violents" au visage, s'est rendu de lui-même à la gendarmerie, a déclaré lundi soir le procureur de la République de Béziers, Patrick Mathé, lors d'un point-presse sur les lieux du drame.Scolarisé à Sète (Hérault) en BEP mécanique et domicilié à Florensac, l'auteur présumé des coups a ensuite été transféré à la brigade de Pézenas (Hérault), en charge de l'enquête, où il a été auditionné dans l'après-midi et où il se trouvait toujours en garde à vue lundi soir."Une information judiciaire sera ouverte. Les chefs d'accusation seront définis plus tard, après le résultat de l'autopsie", a ajouté M. Mathé.Tout l'enjeu de cette autopsie est de savoir si la victime est décédée des coups qu'elle a reçus au visage, ou d'un traumatisme consécutif à sa chute, tête la première, sur le sol.A l'origine de ce drame, une dispute aurait opposé récemment la jeune victime à une autre collégienne. Selon la gendarmerie, une plainte a été déposée lundi matin, contre la victime, par la mère et la soeur de l'agresseur présumé pour "des violences remontant au 15 juin" subies par cette jeune fille. "On est sortis à midi et demi du collège, et on a vu le frère qui nous +cherchait+. Il s'est jeté sur Carla et l'a frappée", a raconté à l'AFP Mélissa, bouleversée.Pour Vincent Gaudy, le maire socialiste de Florensac, une commune de quelque 4.700 habitants située entre Pézenas et Agde, ce drame, "profondément navrant", "est parti d'une altercation entre filles, qui s'est transformée en règlement de compte".L'élu avait été informé du différend existant entre les deux jeunes filles, "à propos d'une affaire de coeur", et avait demandé la semaine dernière aux deux familles de prendre contact afin de "désamorcer le truc", a-t-il dit à l'AFP.Les deux jeunes filles "se seraient donné des gifles" après avoir "eu des mots", et c'est le frère de l'adolescente âgée de 14 ans qui est venu "régler des comptes" lundi, a souligné M. Gaudy."Aujourd'hui, j'en ai gros sur la patate", a ajouté Vincent Gaudy. "Je suis particulièrement affecté, car la jeune fille décédée est la fille d'un ami".

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.