De l’ombre sur les emplois solaires en Sarthe

0 18.11.2011 09:43

Emmanuel Pousset dirige Solewa, une entreprise de Rouillon spécialisée dans les installations photovoltaïques. A la tête d’une structure comptant 103 salariés l’homme s’interroge sur la gestion politique de cette filière. Dernier avatar : un décret du 9 décembre qui remet en cause tout le travail des six derniers mois. « 70 % de notre carnet de commandes de 2011 s’est envolé » indique Emmanuel Pousset qui ne sait pas quel travail il aura à donner à ses salariés à partir du mois de mars. Telle est la situation d’un système stoppé brutalement après une envolée tout aussi déraisonnable basée sur le prix de rachat de l’électricité et des aides fiscales. Emmanuel Pousset est d’accord pour reconnaître que la filière photovoltaïque a connu une croissance largement au-dessus de l’acceptable : « Il y a eu de la spéculation dans tous les sens. Des opérateurs opportunistes sont arrivés et on a assisté à de la pose de panneaux chinois à hauteur de 60 % avec des normes de sécurité non respectées ». Toutefois, M. Pousset estime que « le gouvernement a tout simplement oublié de ralentir une machine qui s’emballait ». Là où l’objectif était de parvenir à 5,4 gigawatts de solaire à l’horizon 2020, il y avait dans les tuyaux l’équivalent de 4 gigawatts. D’où le décret du 9 décembre qui annule brutalement tous les dossiers non validés au 1er décembre. C’est-à-dire tous ceux dont la demande de raccordement n’a pas été payée (ce qui intervient généralement peu avant la fin du sixième mois après validation du dossier complet par ERDF). « Tout ce qui a été pris en commande depuis juillet tombe » résume Emmanuel Pousset, qui reste favorable à une régulation du marché et au moratoire de 3 mois mis en place pour réfléchir. Mais de là à tout stopper, au point de mettre en danger des entreprises, surtout celles qui jouent le jeu avec l’utilisation de panneaux européens, le respect des normes de qualité et qui forment le personnel, là c’est une autre histoire. Cela ressemble un peu à de la punition collective où les plus malins risquent finalement de passer à travers les mailles. Pas forcément brillant.Bruno MORTIER

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.