Dati sort l'artillerie lourde contre Fillon à Paris en pleine médiation à l'UMP

0 21.11.2011 10:08

Rachida Dati (UMP) a sorti l'artillerie lourde contre François Fillon, l'accusant d'avoir acheté des élus pour s'implanter dans la circonscription qu'elle convoite à Paris, alors que Jean-François Copé entame lundi une médiation à l'UMP parisienne en crise.Invitée dimanche soir de "Radio France Politique", la maire UMP du VIIe arrondissement a sonné la charge contre son rival, l'accusant de s'être replié à Paris car "il allait être battu dans la Sarthe".L'eurodéputée entend se présenter en juin dans la IIe circonscription, issue d'un redécoupage et dont les deux députés sortants (Martine Aurillac et Jean Tiberi, ndlr) sont favorables à M. Fillon. Elle a plusieurs fois dit qu'elle était légitime pour s'y présenter puisque son arrondissement couvre une partie de cette circonscription.Alors que Jean Tiberi a souvent répété qu'il laisserait la sienne au Premier ministre, Mme Dati a asséné: "Il (M. Fillon) a reçu Jean Tiberi, il a permis de faire recruter son fils au ministère des Finances à un poste contre l'avis du ministère des Finances".Interrogé par l'AFP lundi matin, Dominique Tiberi a seulement indiqué être au "Contrôle général économique et financier" du ministère depuis environ 8 mois. Il est par ailleurs adjoint de son père à la mairie du Ve.Autre attaque: selon Mme Dati, le Premier ministre aurait "reçu les élus les uns après les autres pour leur proposer des postes et des tas d'autres choses", et "vient de recruter à Matignon une personne pour se charger de sa campagne pour Paris".Réagissant à ces attaques, l'entourage de François Fillon a estimé lundi que "plus les attaques sont violentes, plus elles sont la marque d'une faiblesse".La candidature du chef du gouvernement ne vient pas d'une "difficulté" à "être réelu dans la Sarthe" mais, a-t-on ajouté de même source, d'un "besoin de nouveaux défis" car "il a déjà passé 30 ans dans la Sarthe". M. Fillon avait succédé en 1981 à son mentor, Joël Le Theule, dans cette circonscription.La sortie virulente de l'ancienne garde des Sceaux est intervenue la veille d'une rencontre importante pour la droite parisienne puisque le secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé, dont les relations avec M. Fillon ne sont notoirement pas bonnes, reçoit lundi après-midi les ténors locaux et les maires d'arrondissement.Une rencontre très attendue destinée à dénouer la crise interne de la droite parisienne depuis l'échec cinglant des dernières sénatoriales, en vue de remobiliser les troupes pour les prochaines élections."On est vaccinés à ce type de propos, chacun prend sa responsabilité en rajoutant de l'huile sur le feu, ce n'était pas très utile avant une réunion comme celle là", a dit à l'AFP Jean-François Lamour, président du groupe UMP au Conseil de Paris.Le député Philippe Goujon, président de la fédération UMP Paris, s'est demandé si Rachida Dati, était dans la majorité ou dans l'opposition."L'intérêt de la candidature de François Fillon à Paris est d'arrêter avec ces petites phrases, ces querelles d'ego qui ont tant fait de mal à la droite parisienne ", a argumenté M. Goujon sur France Info.Dans l'entourage de M. Copé, on a affirmé que celui-ci sera "à l'écoute de ce que chacun aura à dire", en relevant au passage que cela faisait "pas loin de 10 ans que la droite parisienne ne se porte pas super bien".D'autres voix proches de Copé ont observé en outre qu'il y avait "incontestablement un mouvement de fronde par rapport à la démarche de François Fillon de venir dans une circonscription de confort", ajoutant: beaucoup de députés de Paris ne voient pas cela d'un bon oeil".

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.