Classée au patrimoine mondial, la Réunion espère un boom du tourisme

0 21.11.2011 09:41

Les Réunionnais étaient unanimes à se féliciter lundi du classement de leur île au patrimoine mondial de l'humanité, élus et professionnels en espérant un boom pour le tourisme, secteur dont la relance est une des priorités de la Réunion.Les "Pitons, cirques et remparts" de cette île de l'Océan indien, riche de paysages uniques au monde créés notamment par l'activité de ses massifs volcaniques, ont été consacrés, dimanche au Brésil, patrimoine mondial par l'Unesco."Je suis convaincu que cette inscription favorisera le développement d'un tourisme durable et respectueux des sites", a déclaré le président du conseil régional Didier Robert (UMP), qui a fait du secteur touristique la priorité de sa mandature. Il a promis de porter à 600.000 le nombre de touristes en 2015 contre 421.900 l'an dernier.Le secteur représente la première source d'exportation de l'île (devant le sucre de canne) et génère 9.000 emplois directs, selon l'Institut d'émission des départements d'outre-mer. "Le classement permettra de crédibiliser nos campagnes de promotion. C'est désormais un organisme international qui vante notre île, ce n'est plus du marketing", selon le directeur de l'association "Ile de la Réunion tourisme" qui gère la politique de la Région dans ce domaine. Il espère que le tourisme d'agrément - visiteurs sans lien avec les résidents - passera, dans les années qui viennent, devant le tourisme affinitaire (plus de la moitié des visiteurs actuellement). "Nous allons nous concentrer sur le marché européen, France et Allemagne, là où on n'a pas besoin de visas pour venir", a-t-il ajouté."Un site classé voit sa fréquentation augmenter de 15% la première année, 20 à 40% les années suivantes", selon une élue de la Région, Fabienne Couapel-Sauret.La présidente de l'IRT, Jacqueline Farryerol, a souhaité une baisse du prix du billet d'avion afin qu'il ne soit "pas un frein" au tourisme. "Il faut que les compagnies aériennes fassent aussi un effort".Les trois compagnies qui desservent l'île (Air Austral, Air France et Corsair) ont transporté en 2009 près de 950.000 passagers entre Réunion et métropole, le prix d'un billet tournant autour de 900/1.000 euros en moyenne. "Il n'y a pas longtemps, 80% des touristes venaient pour les plages. Aujourd'hui, ils visitent de plus en plus l'intérieur", a noté Alice Deligey, propriétaire d'une petite structure hôtelière à Hell-Bourg, sur les hauteurs de l'est. La présidente du conseil général Nassimah Dindar a souligné que sa collectivité, "propriétaire de 80% du bien classé", veillera à "préserver d'éventuels impacts liés à l'augmentation prévisible de la fréquentation touristique"."Les Réunionnais peuvent être fiers", relève le préfet Michel Lalande, félicitant le Parc national pour un "travail de longue haleine".Le président de ce Parc, Daniel Gonthier, maire de Bras-Panon et chef de la délégation réunionnaise à Brasilia, n'a pas été avare de superlatif: "la perle de l'océan indien est devenue la perle de l'humanité".

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.