Chisa Ogawa : « C’est bouleversant de voir mon pays ravagé »

0 18.11.2011 09:44

Depuis vendredi dernier, les Japonais qui vivent en France ont petit à petit des nouvelles de leur famille, restée au pays. Plus ou moins facilement selon les régions.Chisa Ogawa est traductrice interprète. Membre de l’association franco-japonaise du Mans, elle a quitté le Japon en 1989 et vit aujourd’hui à Mulsanne. Ses parents et son frère vivent dans la région de Saitama, au nord de Tokyo. « Quand je me suis réveillée vendredi dernier, je n’ai pas tout de suite appris la nouvelle. Une copine m’a téléphoné pour me dire qu’un tremblement de terre avait touché le Japon », se souvient Chisa. Elle allume immédiatement NHK, la chaîne nationale japonaise qui diffuse en boucles les images de la catastrophe. « C’est là que j’ai réalisé la gravité de l’événement. Ça m’a paniquée. »« Je n’ai eu des nouvelles que le soir »Elle tente de joindre sa famille mais les lignes sont saturées. En toute fin de journée vendredi, son frère lui envoie un mail. « Il m’a dit que lui et mes parents allaient bien. Ça a beaucoup secoué. Lui était à l’extérieur au moment du séisme, il ne pouvait pas tenir debout ». Ce qui l’inquiète le plus, ce sont les conséquences d’après-séisme. « Au Japon, il y a une culture du tremblement de terre.A l’école ou dans les entreprises, il y a des entraînements d’évacuation pour les situations d’urgence. Mais le tsunami et les incendies font des ravages. » Pour le moment, elle se dit n’être « pas plus angoissée que les habitants de Tokyo.Je suis impuissante comme tout le monde et je ne peux pas me réjouir de savoir que ma famille va bien alors que tellement de gens sont dans l’insécurité ».Bouleversée par les images de son pays ravagé, elle plaint les Japonais qui « subissent des tremblements de terre en permanence. Ce qui est le plus à craindre en ce moment, ce sont les répliques qui sont très fortes et nombreuses et les risques d’explosions nucléaires ».Malgré les images et les informations qu’elle perçoit, Chisa ne doute pas « que les Japonais se reconstruiront parce qu’ils ont l’habitude ».Marine VALLÉELire : «A Chahaignes, l'angoisse de Naoko»Audio : «Dans les rues ils ont tous leur casque»Lire : «Alerte au tsunami dans le Pacifique»Lire : «Tsunami au Japon : des Sarthois témoignent»Voir : «Le témoignage d'un Angevin sous la menace nucléaire»

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.