Chimérique ma nuit au Mans

0 21.11.2011 10:31

Pour la 6e année, la ville renouvelle La Nuit des chimères. Une promenade nocturne enivrante à travers les illuminations du Vieux Mans. Cette saison, trois nouveaux tableaux relient les histoires racontées.A 22 h 30 : Une petite foule est déjà installée devant la muraille et la cathédrale Saint-Julien. Souvent en famille, des gens patientent en attendant les Chimères. Ce sont sept lieux du Vieux Mans qui vont être revisités grâce à divers enchantements et illuminations.23 heures : Le soleil s’est couché, la Nuit des chimères peut commencer. On se déplace de lieux en lieux, au gré des lumières. Au chevet de la cathédrale Saint-Julien, les gens balancent leur tête entre les escaliers du jet d’eau, et essaient de suivre les anges musiciens qui semblent voler autour du monument gothique. Les gens sont partout, jusqu’au parking des Jacobins. Certains ont même pris les sièges de camping pour mieux profiter du spectacle. « Il y a un dialogue entre le passé et le contemporain. On sent le lien entre les constructeurs des cathédrales et les nouvelles technologies, tout se marie, c’est un très beau spectacle à méditer », confie Jean-Pierre. C’est vrai qu’après avoir entendu ça, on se surprend à regarder à nouveau, et on médite… Cette année, trois nouveaux tableaux relient les histoires racontées.23 h 30 : On s’en va faire un tour du côté des remparts. Obligation de s’arrêter derrière la cathédrale, où le show est plus calme, les animations moins animées, des gens qui chuchotent. Après quelques minutes de zen attitude, direction la muraille des Pans-de-Gorron, où réside la nouveauté 2011, avec le manège imaginaire. C’est ici que les monstres et chimères, des dauphins, insectes, escargot, biches, bison, panthères, et rats disproportionnés… défilent tour à tour. Et ici, pas un bruit, pour laisser s’éveiller l’imaginaire de chacun.Minuit : On se déplace sur la muraille romaine de Saint-Hilaire pour contempler des personnages immenses de mosaïque qui luttent comme dans l’antiquité. Pugilat au rendez-vous ! On poursuit la balade des vingt hectares de ruelles pavées de la cité Plantagenêt. La cour du conservatoire s’offre au public, avec un banquet où la reine, le roi, les troubadours, fées et chevaliers racontent l’histoire, devant un public pas toujours convaincu. « C’est un peu lent, je ne vais pas m’attarder ici, je préfère le spectacle de la cathédrale », confie Yvan, 34 ans. À l’unanimité, ce sont les illuminations de la cathédrale qui l’emportent.00 h 30 : N’oublions pas la Reine Bérengère, alias la Dame Blanche, que certains auront peut-être le privilège d’apercevoir devant son musée. « C’est comme une apparition dans la nuit, assez étrange », avoue Agnès, 51 ans, qui se dit « épatée par la technique ».C’est la fin de l’épopée nocturne, les couche-tôt peuvent accélérer la marche et les flâneurs contempler les Chimères des heures durant. Aucune règle pour apprécier le spectacle offert par la ville du Mans.Madeline PLARD

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.