Carburant: situation stable avec environ une station sur trois touchée

0 21.11.2011 09:32

La situation sur le front des carburants était stable mercredi, à deux jours des vacances scolaires, avec toujours environ un tiers des 12.500 stations-service en France touchées par des ruptures totales ou partielles d'approvionnement en carburant, selon les professionnels interrogés par l'AFP."Pour l'instant, la situation est stable", a affirmé Alexandre de Benoist, délégué général de l'Union des importateurs indépendants pétroliers (UIP), qui représente la grande distribution.Il avait indiqué mardi que sur les 4.800 stations de la grande distribution, qui distribue 60% du carburant en France, "quelque 1.500 étaient en rupture d'un produit ou totalement à sec".Même écho du côté du réseau des indépendants qui compte 3.500 stations. "Il y a toujours "une station sur trois" touchée par un problème d'approvisionnement dans ce réseau, a indiqué Frédéric Plan, porte-parole de la FF3C (Fédération française des combustibles, carburants et chauffage).Quatre régions sont très touchées: Normandie, Champagne-Ardennes, Ile-de-France et Picardie, a-t-il précisé.Chez Total, "plus de 1.000 stations sont touchées, ça veut dire un quart de notre réseau", a aussi indiqué Christine de Champeaux, porte-parole du groupe, précisant que les ruptures étaient intermittentes.A l'instar des transporteurs routiers de la FNTR, M. Plan affirme qu"il faudra plusieurs jours pour revenir à la normale"."Le déblocage des dépôts va aider à la normalisation mais les camions-citernes ne sont pas en nombre extensible. En outre, il y a des embouteillages aux centres de stockages", a-t-il expliqué."Il y a aussi des dépôts qui n'ont pratiquement plus de produit: le réapprovisionnement de ces dépôts reste un problème", souligne-t-il.La principale fédération des transporteurs routiers français, la FNTR, a estimé mercredi qu'il faudrait au moins "48 à 72 heures" pour un retour à la normale dans les stations-service.De son côté, l'UIP se veut confiant. "Les mesures prises hier doivent améliorer la situation. On travaille avec ce plan. On n'est pas inquiet mais on est attentif à rétablir les sytèmes d'approvisionnement", a affirmé M. de Benoist.Il reconnaît toutefois que "c'est vrai que les vacances arrivent et, forcément, il va y avoir une pression mais on ne sait pas comment ça va se traduire".Le président Nicolas Sarkozy a affirmé mercredi qu'il avait ordonné le déblocage de "la totalité des dépôts" de carburants "afin de rétablir au plus tôt une situation normale" mais les accès de certains dépôts ont été rebloqués par des manifestants.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.