Canal+ en procès pour l'espionnage présumé de Bruno Gaccio

0 21.11.2011 09:39

Canal+ et d'anciens responsables de la sécurité de la chaîne cryptée, soupçonnés d'avoir espionné l'ancien auteur des Guignols Bruno Gaccio, en conflit avec la direction du groupe au début des années 2000, vont comparaître devant le tribunal correctionnel de Paris.L'affaire avait éclaté en 2005 après qu'un ancien employé des services sécurité de la chaîne et ex-agent de la Direction générale de la sécurité extérieure, Pierre Martinet, eut affirmé dans un livre avoir personnellement filé et photographié Bruno Gaccio à la demande de l'ancien responsable de la sécurité de Canal+, Gilles Kaehlin; et de son adjoint, Gilbert Borelli.Au terme de cinq années d'enquête, la juge d'instruction parisienne, Jeanne Duyé, a renvoyé lundi devant le tribunal correctionnel la chaîne cryptée en tant que personne morale, qui sera jugée pour "complicité d'atteinte à la vie privée".Outre Canal+, MM. Kaehlin, Borelli et Martinet, sont renvoyés en correctionnelle. Un ancien policier et un agent de France Télécom, soupçonnés d'avoir transmis au service sécurité de Canal+ des listes d'appels du portable de Gaccio, vont eux aussi comparaître.Le procès devrait se tenir début 2011 à Paris, selon une source proche du dossier.Contactés par l'AFP, aucun des protagonistes de l'affaire n'avaient pu être joints lundi après-midi.Le parquet de Paris avait requis début février le renvoi en procès de ces cinq personnes et de la chaîne cryptée. Les réquisitions du parquet visent notamment les chefs de violation du secret professionnel, atteinte à l'intimité, violation de domicile et recel de violations du secret des correspondances.Selon M. Martinet, les deux responsables de la sécurité du groupe lui avaient demandé en 2002 d'enquêter sur Bruno Gaccio, à l'époque une des figures de proue de l'opposition d'une partie des salariés de Canal+ à la direction du groupe, alors assurée par Xavier Couture.Après avoir demandé à M. Martinet de constituer un dossier à base de filatures, d'écoutes et d'interceptions de courriers électroniques, MM. Kaehlin et Borelli auraient également projeté, selon l'ancien agent de la DGSE, de piéger Bruno Gaccio, surnommé "Golf".Les responsables de la sécurité de Canal+ auraient ainsi envisagé de cacher de la cocaïne dans le scooter de l'humoriste, d'engager une prostituée qui l'aurait ensuite accusé de viol, voire d'agresser physiquement M. Gaccio, partie civile dans cette affaire.Au total, une dizaine de salariés de Canal+, dont Michel Rocher, ancien directeur technique de Studio Canal, le studio cinéma de Canal+, auraient fait l'objet de surveillances, selon Pierre Martinet, qui dit avoir conservé des documents attestant ses dires.Gilles Kaehlin, qui a démissionné du groupe en 2005, avait affirmé n'avoir rencontré Pierre Martinet que quatre ou cinq fois et expliqué que ce dernier avait filé Michel Rocher "par excès de zèle". S'il reconnaît avoir consulté le listing du téléphone professionnel de ce dernier, il dément en revanche toute enquête sur Bruno Gaccio, qui a quitté les Guignols en 2007 et s'est lancé dans la production cinématographique.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.