Braquage du casino d'Uriage: arrestation du second braqueur présumé

0 21.11.2011 09:55

Le second braqueur présumé du casino d'Uriage-les-Bains (Isère) a été interpellé mardi matin en Isère, un mois et demi après le braquage et la mort de son complice, qui avait conduit aux violences urbaines à Grenoble.L'homme identifié comme Monsif Ghabbour a été interpellé "à 6H05 sur la commune de Voreppe", à une quinzaine de kilomètres de Grenoble, a annoncé le préfet de l'Isère, Eric Le Douaron dans un communiqué.Agé de 25 ans, Ghabbour a déjà été condamné "à plusieurs reprises" essentiellement pour vols, dont une fois par la cour d'assises de l'Isère à quatre ans de prison pour vol avec arme en 2008, a précisé à l'AFP une source judiciaire.Ghabbour a été interpellé au domicile d'un jeune couple "déjà identifié au cours de l'enquête, qui l'hébergeait", a précisé à l'AFP une source judiciaire, ajoutant que M. Ghabbour avait été placé en garde à vue à l'hôtel de police de Grenoble. C'est sur un renseignement obtenu par la gendarmerie lundi soir et immédiatement transmis à la police judiciaire que l'homme a été arrêté, a précisé une source proche de l'enquête."L’arrestation" de M. Ghabbour, qui a été "opérée par des équipes communes de la police judiciaire et de la gendarmerie, s’est déroulée sans incident", a de son côté ajouté le préfet, un ex-haut gradé de la police installé le 30 juillet dernier par le président de la République à la suite des violences urbaines.Dans la nuit du 15 au 16 juillet, deux hommes cagoulés avaient dérobé la caisse du casino d'Uriage entraînant une course-poursuite qui s'était achevée dans le quartier de la Villeneuve à Grenoble par la mort de l'un d'eux, Karim Boudouda, lors d'un échange de tirs avec la police. Son complice avait réussi à prendre la fuite.Le décès de Boudouda avait donné lieu à trois nuits de violences urbaines à la Villeneuve dont il était originaire.Ces évènements font l'objet de plusieurs informations judiciaires. L'une d'elles a été ouverte dans le cadre du braquage du casino, dont l'enquête a été confiée à la police judiciaire de Grenoble.L'audition de M. Ghabbour se déroule sur commission rogatoire confiée à la police judiciaire "sous la direction du magistrat instructeur", a précisé une source judiciaire.A l'issue de sa garde à vue d'au maximum 48 heures, le juge doit décider des éventuelles suites judiciaires à son encontre, a ajouté cette source.Le 4 août, une vaste opération de police à Grenoble, menée dans le cadre de cette information et visant à mieux connaître l'identité du complice de Boudouda, avait conduit à l'arrestation de quatre hommes, qui avaient ensuite été tous relâchés.Les enquêteurs étaient alors persuadés que l'homme se cachait toujours à la Villeneuve.Dans une déclaration à l'AFP le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux s'est "réjoui" "de cette interpellation qui a lieu après un travail approfondi des services de police judiciaire"."Je veux féliciter chaleureusement tous ceux qui en sont à l'origine et grâce à qui elle a pu se réaliser", a ajouté le ministre.Cette interpellation, qui a eu lieu "dans le cadre d'une opération commune police/gendarmerie, est une nouvelle preuve que la puissance publique finit toujours par l'emporter", a-t-il conclu.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.