Bouches-du-Rhône: nuit de vigilance après le premier gros incendie de l'été

0 21.11.2011 09:39

Les pompiers s'apprêtaient à surveiller toute la nuit de dimanche à lundi une zone de 900 hectares incendiée dans les Bouches-du-Rhône, le feu, maîtrisé, n'étant pas éteint par endroits et risquant de repartir avec le vent."On a effectué des reconnaissances aériennes avant la tombée de la nuit, il y a encore des zones qui nous embêtent car elles sont inaccessibles, alors que le vent s'est renforcé dans la soirée", a déclaré à l'AFP vers 22H00 le lieutenant-colonel Vincent Honoré, en charge des opérations de secours. Une centaine d'engins et de 300 à 400 pompiers étaient encore mobilisés. "On est en train de répartir les engins sur le périmètre, en les écartant pour couvrir le maximum de la zone", a ajouté l'officier.L'incendie d'origine criminelle, qui s'est déclaré vers 21H00 samedi soir sur la commune de Châteauneuf-les-Martigues près de l'étang de Berre, ne menace plus directement d'habitations. La zone qui préoccupe les pompiers est située sur le flanc droit de l'incendie, entre Saint-Julien-les-Martigues et Sausset-les-Pins, un secteur vallonné qui a vu des reprises sporadiques. Les soldats du feu se sont efforcés toute la journée de se frayer un chemin à travers les broussailles et d'y acheminer des tuyaux pour noyer les dernières braises.L'origine criminelle de l'incendie a été confirmée avec la découverte d'un véhicule 4x4 de luxe au milieu du massif sur une voie qui n'était pas ouverte à la circulation.Selon une source proche de l'enquête, confiée au commissariat de Martigues et à la Sûreté départementale par le parquet d'Aix-en-Provence, cette voiture avait été volée dans la nuit de vendredi à samedi chez un particulier. La piste privilégiée est celle d'une panne ayant conduit les cambrioleurs à abandonner le véhicule en le brûlant.Le feu, qui s'est déclaré samedi vers 21H00 à Châteauneuf-les-Martigues, était visible depuis Marseille à une quinzaine de km de distance, attisé par le mistral soufflant jusqu'à 90 km/h. Il n'a pas fait de gros dégâts, détruisant un cabanon et léchant le toit de maisons isolées sur les hauteurs de Carry-le-Rouet.Plus de 750 hommes et 130 engins ont été mobilisés. Les largages aériens, interrompus samedi à la tombée de la nuit, ont repris dimanche avec notamment quatre Canadair.Dans la nuit, colorée de lueurs rougeâtres, les pompiers avaient concentré leurs efforts sur les zones péri-urbaines. A Sausset-les-Pins, les flammes se sont approchées à quelques dizaines de mètres des premières maisons, a constaté une journaliste de l'AFP."On a vécu une mauvaise aventure, avec tout ce que cela peut comporter de stress et de larmes", a commenté un propriétaire, Franck Jaillet, dimanche au lever du jour, sous une pluie de cendres et dans une atmosphère difficilement respirable."Sur ces communes de la côte Bleue, c'est un drame", a souligné le maire de Sausset, Eric Diard. "Elles avaient déjà été touchées (par des incendies) dans les années 1970-80. Depuis, la nature avait repris ses droits".A Carry, la direction d'un camping a fait évacuer par précaution ses 2.000 occupants, dont certains ont été hébergés dans un gymnase."On était à table, on a commencé à voir de la fumée blanche, puis noire, on a vraiment été surpris, on a eu peur. On nous a dit: +faites vos valises+", a raconté Cindy Bertrand, originaire de l'Ain. Les vacanciers ont pu réintégrer les lieux dimanche matin.C'est le premier gros incendie de l'été en Provence-Alpes-Côte d'Azur. Il y a un an, 1.100 hectares de végétation avaient été dévastés aux portes de Marseille et plus de 6.000 avaient brûlé en Corse.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.