Banque alimentaire : trois points pour comprendre la collecte

0 17.11.2011 16:37

1 Objectifs et réalitésLa Banque alimentaire est née en 1985. Projet généreux à durée temporaire. Et puis au fil des ans, c’est devenu une aide sociale en nature (aujourd’hui 13 % des Français vivent en dessous du seuil de pauvreté, estimé à 900 € par mois). « Cela est devenu une fatalité. Et les pouvoirs publics accordent de moins en moins de subventions. Si nous devions arriver à être dans le rouge total, il faudra bien qu’ils prennent leurs responsabilités », note Gilles Sochard. Noter que le conseil général prête ses locaux au Mans. 2 FonctionnementAujourd’hui, la Banque fonctionne toute l’année (sauf en août), emploie deux salariés et 40 bénévoles à l’année. « Pour le jour de la collecte, nous serons 400 répartis au Mans sur 32 sites (grande distribution et magasins d’alimentation), répartition limitée en fonction du nombre des bénévoles ». Dans le reste du département, ce sont les CCAS qui gèrent chacun à leur manière. 3 D’où ça vient ?La Banque vit de dons de particuliers, de subventions des pouvoirs publics et du prix forfaitaire demandé aux CCAS de 18 centimes au kilo quel que soit le produit. Les produits sont offerts par la grande distribution (30 %), les industries alimentaires (15 %), la Commission économique européenne (40 %), et les particuliers (15 %).Jacques GUICHARDTrois autres points à lire dans «Le Maine Libre»

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.