Aux Baumettes, Yannick Noah lance un "Carceral tour"

0 21.11.2011 09:36

A une classique tournée d'été, Yannick Noah a préféré une "tournée des prisons", qu'il a débutée lundi au centre pénitentiaire des Baumettes de Marseille devant une cinquantaine de détenues ravies de danser, parfois avec leurs gardiennes, au son de la musique de l'ex-tennisman."Yannick Noah, Carceral tour 2010" est écrit au marqueur sur les malles des techniciens et devant la scène, installée dans la salle polyvalente. Des détenues de tous les âges dansent et chantent, ravies de voir en chair et en os la personnalité préférée des Français.Au milieu des prisonnières, quelques gardiennes se déhanchent. "Eh chef, faut se détendre !" lance l'une d'elles à l'un des surveillants qui, lui, reste très sérieux."Quand on attend, qu'on vient vous chercher en cellule, on trouve le temps long avant qu'il arrive et puis on est dans la salle et c'est formidable", raconte une détenue."Y a pas de mot, ça fait du bien, surtout dans le monde dans lequel on vit", confie-t-elle, regrettant en souriant: "c'est pas assez long".Le chanteur n'a pourtant pas économisé son temps: plus d'une heure et demie de concert au cours duquel se mélangent les chansons de son nouvel album, "Frontière", à paraître le 23 août, et qu'il interprétait pour la première fois sur scène, ainsi que ses chansons les plus connues ("Aux arbres, citoyens", "Métisse", etc)."C'est plein de choses positives de venir ici, cette rencontre avec les détenues, c'est un échange très fort", a déclaré Noah à quelques journalistes, au coeur de la prison où, avant son concert, il avait partagé un déjeuner avec le personnel pénitentiaire."Il y a des gens qui ont fait une boulette, ils paient et il faut les aider à tenir pour qu'ils puissent revenir (dans la société, ndlr)", a-t-il affirmé, ajoutant: "La musique, ça peut parfois mettre un petit peu de soleil, d'oxygène".Le vainqueur de Roland-Garros 1983 avait déjà joué en prison. C'était dans la cour de Fleury-Mérogis, il y a environ deux ans, et cette expérience lui a donné l'idée d'une tournée."Il y a beaucoup d'émotion, et quand je dis qu'il y a échange, ce n'est pas qu'un mot. Moi, je repars aussi rechargé, avec l'envie de continuer", a confié l'artiste qui, jusqu'à fin juillet, se rendra dans sept autres centres pénitentiaires: Bapaume (Nord), Moulins (Allier), Ensisheim (Haut-Rhin), Poissy (Yvelines), Val de Reuil (Eure), Rennes (Ille-et-Vilaine) et Saint-Martin-de-Ré (Charente-Maritime)."Depuis toujours, l'administration pénitentiaire est soucieuse de maintenir un lien entre l'extérieur et l'intérieur, et quand Yannick Noah - parce que c'est son idée - nous a contactés pour faire cette série de concerts, on s'est d'abord demandé: +est-ce que c'est possible ?+", raconte une porte-parole de l'administration."Ce qui s'est passé aujourd'hui (lundi, ndlr) montre que oui", dit-elle."Ce sont plusieurs mois de travail, c'est très long et compliqué à organiser, explique-t-elle, mais "ce qu'il y a de formidable, c'est que même si chacun est à sa place, le personnel péninentiaire et les personnes détenues partagent la même chose avec l'artiste".

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.