Autopont : un adieu sans regrets

0 21.11.2011 09:26

Alors que les travaux de démolition battent leur plein, de nombreux riverains assistaient à la scène hier matin. La majorité d’entre eux ne regrettera pas cet édifice érigé en 1974, bien au contraire.A 9 h 30 hier matin, plusieurs riverains observaient sous un soleil généreux la démolition effective de l’autopont avenue Félix-Géneslay. Le regard embué et nostalgique ? Pas vraiment. « Fallait que ça soit fait », tranche un voisin. « C’est un chantier, c’est bien fait. Que ce soit en temps et en heure, ça se fait dans de bonnes conditions. Je ne regretterai pas du tout l’autopont, il n’y a rien à dire, c’est normal qu’il soit détruit s’il n’a plus d’utilité. » Et de se remémorer : « Quand il a été construit il y a 35 ans, beaucoup d’ouvriers passaient là dans le temps, mais il y en a moins maintenant. Mais ce qu’on voit aujourd’hui, c’est un spectacle quand on est à la retraite », conclut-il l’air malicieux. Un peu plus loin, un homme à vélo est lui plus amer. « Je suis déçu, en plus ça coûte trop cher. Ca fait quarante ans que je suis dans le bâtiment et je connais tout, je trouve qu’ils pourraient aller plus vite. » Gilbert et Jacky sont, eux, ravis. « C’est une belle verrue qui s’en va », lancent-ils de concert.Des préoccupations diverses« Il a été construit en 1974 et devait être provisoire, un provisoire qui aura au final duré 36 ans. C’est une bonne chose qu’il soit détruit. » Jacky a, lui, une préoccupation subsidiaire : « On espère que ça va dissuader les pigeons. » Un autre riverain craint au contraire que « ça ne les attire encore plus ». « Ca va être marrant quand ils vont lever les tabliers du centre », pronostique Gilbert. Ils se rappellent de quelques tristes anecdotes liées à l’autopont, dont « les deux motards qui se sont percutés de front à 140 km/h en 1992 ». Et se demandent également « comment ils vont ramener ça à Paris ». Saïd travaille, lui, dans le garage situé juste en face. « Ca fait bizarre, c’est curieux à voir, moi ça ne fait que deux ans que je suis là, mais on espère qu’ils vont mettre quelque chose à la hauteur de ça. »Le rythme du chantier s’accélèrePhilippe Remondière, ingénieur principal du chantier, avait hier de quoi se réjouir. « Le chantier avance normalement, conforme aux prévisions. On s’est occupé aujourd’hui de la deuxième travée, côté Pontlieue. Au programme de cette nuit, préparation de la travée centrale et désossement des deux tabliers. Il faut les dévisser, les monter sur vérins, les écarter légèrement. »Ce mercredi, ce sera la petite travée, « dernière longueur de 9 m 80 côté Pontlieue », qui sera détruite. Le chargement, certainement spectaculaire, du premier autopont coté Angers aura lieu demain, occasionnant « la fermeture de la route coté Angers et la réouverture côté Pontlieue ».A ce stade, un élément pourrait-il gripper l’avancée du chantier ? « On craint toujours la panne mécanique. On avait aussi peur de l’orage, mais c’est un souci qui semble écarté pour cette semaine. » Quant à la fin des travaux, elle est toujours prévue pour le 19 août, voire « un jour avant ou après ». Olivier JAUNAY

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.