Arnaud Poivre d’Arvor tourne dans la maison du double meurtre

0 17.11.2011 16:32

Nul doute que ceux qui ont emprunté la rue de l’Eventail hier ont été surpris par l’agitation autour de la maison sise au n° 43, celle où Yves Belluardo et Martine Chide ont été découverts morts, le 27 novembre 2004.Trois caméras dont une perchée au bout d’une grue, avec autour plus de dix personnes, voilà une animation inhabituelle dans cette rue calme. Il s’agit de l’équipe de l’émission « Non élucidé » diffusée sur France 2 et présentée par Arnaud Poivre d’Arvor. Ils sont depuis hier et jusqu’à mercredi au Mans. En avril et début mai, des sujets avaient déjà été tournés. Mais là, des moyens plus importants étaient déployés pour l’enregistrement des plateaux, autrement dit des séquences d’analyse qui alternent avec les reportages. Un exercice au centre duquel on retrouve Arnaud Poivre d’Arvor, avec l’expert attitré de l’émission, Jean-Marc Bloch, ex-policier qui a notamment dirigé la PJ de Versailles ou encore la section antigang.« Accès à l’information compliqué »Si les émissions télévisées consacrées aux faits divers sont nombreuses, Arnaud Poivre d’Arvor ne manque pas d’arguments pour défendre la sienne. « Déjà, comme son nom l’indique, il s’agit d’affaires non résolues. L’instruction est donc en cours, ce qui complique l’accès aux informations. L’émission est donc plus longue à préparer. D’autant plus que beaucoup de soin est apporté à l’enquête et aux images. » En l’occurrence, quatre à cinq mois sont nécessaires pour ce volet, entre le travail d’enquête et les tournages. « Nous travaillons toujours avec l’accord des familles des victimes, que nous accompagnons même après l’émission. »« Remise en perspective »Dans ce magazine de 90 minutes, « il ne s’agit pas de refaire l’enquête, mais de remettre en perspective », explique Jean-Marc Bloch. « Cette affaire n’a pas été médiatisée à l’échelle nationale. C’est étrange. Il ne faut pas qu’elle soit oubliée. » L’expérience de cet ancien policier permettra de comprendre la difficulté de mener une telle enquête, d’éclaircir certaines pistes et d’en écarter d’autres. Plus globalement, cette émission est « un coup de projecteur, et aussi un coup de pression », résume Arnaud Poivre d’Arvor. Sans oublier qu’à chaque fin d’émission, « on donne le contact des enquêteurs et souvent, de nouveaux témoignages apparaissent, ça réveille les mémoires ».L’émission sera diffusée fin septembre - début octobre sur France 2.Fabrice GANDON

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.