Angleterre-France à Wembley: un vrai test-match pour les Bleus

0 21.11.2011 10:36

La nouvelle équipe de France de Laurent Blanc passe son premier grand test, mercredi, et va pouvoir s'étalonner en défiant l'Angleterre dans l'enceinte mythique de Wembley lors d'un match qui n'a, historiquement, jamais rien eu d'amical entre les deux nations.Le 10 février 1999, les champions du monde français administraient une véritable leçon à leur plus vieux rival grâce à un doublé d'Anelka (2-0) et prouvaient qu'ils étaient bel et bien les maîtres de la planète football.Onze ans et demi plus tard, Anelka a disparu des tablettes, suspendu 18 rencontres par la Fédération française de football, et les Bleus se font beaucoup plus petits avant de croiser la route des Anglais et avancent sans certitudes. Le fiasco du Mondial est passé par là et Blanc a entrepris un lent et méthodique travail de reconstruction qui commence petit à petit à porter ses fruits.Mais il y a une marge entre battre la Bosnie (2-0), la Roumanie (2-0) et le Luxembourg (2-0), caracoler en tête de la poule D des éliminatoires de l'Euro-2012 et retrouver le haut du panier international. Le classement Fifa est d'ailleurs assez révélateur de l'état actuel de l'équipe de France qui ne pointe qu'en 18e position, 12 places derrière son futur adversaire.C'est donc dans une totale inconnue que les Bleus se sont déplacés en Angleterre. Les joueurs et leur sélectionneur ne s'attendent d'ailleurs pas à être fixés sur leur réel niveau à l'issue du match puis de la réception d'un autre cador mondial (le Brésil, le 9 février) et insistent sur une seule chose: emmagasiner de l'expérience."Même si ce sont des adversaires de prestige, il n'y a pas ce goût de la compétition, a déclaré Laurent Blanc. Que ce soit avant ou après ces matches, on sera toujours en période de construction, qui va durer énormément, surtout quand on a des jeunes joueurs, surtout dans le domaine offensif. L'Angleterre et le Brésil sont très en avance sur nous, en termes individuel et collectif."Les interrogations ne manquent pas côté français: la défense, chantier prioritaire de Blanc, tiendra-t-elle le coup? Malgré ses imperfections, la charnière Mexès-Rami a pour l'instant les faveurs du sélectionneur mais il reste à les juger face à une opposition consistante. Mexès, touché au mollet, est même incertain.Sur les côtés, Blanc, confronté au manque d'assurance de Sagna et de Clichy, a en tout cas prévu un plan B en faisant appel à Réveillère et Abidal.Benzema, remplaçant au Real Madrid, peut-il, sans le rythme de la compétition, faire le poids au plus haut niveau international? Buteur en Bosnie puis contre le Luxembourg et qualifié d'"incontournable" par le patron des Bleus, l'ancien Lyonnais (10 buts en 31 sélections) est sans aucun doute le plus doué des attaquants français et se verrait bien rééditer l'exploit d'Anelka même s'il n'a toujours pas "90 minutes dans les jambes", selon Blanc.Le sélectionneur souhaite de toute façon profiter à plein du premier grand rendez-vous de son mandat. Contre l'Angleterre de Fabio Capello qui soigne encore ses plaies du Mondial (élimination en 8e de finale) et qui est surtout privée de plusieurs titulaires de poids (Rooney, Lampard, Terry, Ashley Cole), Blanc veut prendre des risques et aligner une équipe offensive.Alou Diarra n'ayant plus joué depuis le 16 octobre (suspension pour avoir bousculé un arbitre) et la liste des Bleus ne comportant que deux autres milieux défensifs (Mvila et Cabaye), le successeur de Raymond Domenech pourrait être tenté de donner les clés de l'entre-jeu au duo Nasri-Gourcuff. Deux techniciens pour diriger la manoeuvre: le casting fait rêver et serait à la hauteur de la première grande affiche de l'ère Laurent Blanc.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.