Amoureux de "l'appât" du gang des barbares, un directeur de prison mis en examen

0 21.11.2011 09:29

Le directeur de la prison pour femmes de Versailles, tombé "amoureux" d'une détenue, a été mis en examen mercredi pour avoir favorisé la jeune femme, condamnée comme appât dans l'enlèvement suivi du meurtre du jeune Juif Ilan Halimi par le "gang des barbares";Florent Goncalves, 41 ans, qui a été suspendu de ses fonctions, est poursuivi pour "remise illicite d'une somme d'argent et d'objets interdits à une détenue et communication illicite à une détenue"; il a été laissé en liberté sous contrôle judiciaire, ont indiqué à l'AFP le ministère de la Justice et une porte-parole du parquet de Versailles, confirmant une information du Parisien/Aujourd'hui en France.Il encourt jusqu'à trois ans de prison.Il lui est reproché d'avoir, entre décembre 2009 et octobre 2010, eu des relations sexuelles avec une détenue de 22 ans, moyennant un traitement de faveur. La jeune femme a été condamnée en première instance et en appel à neuf ans de réclusion pour avoir servi à appâter Ilan Halimi, un jeune Juif tué en 2006 après trois semaines de séquestration.M. Goncalves, décrit par une source proche de l'enquête comme un "homme amoureux", a reconnu les faits et la relation entretenue avec la jeune détenue. Celle-ci a quitté la maison d'arrêt de Versailles pour être transférée à Fresnes à l'automne dernier, à l'approche de son procès en appel devant la cour d'assises des mineurs de Créteil.Ce transfèrement n'avait que "partiellement" mis fin à leur relation, des communications téléphoniques ayant été interceptées, a-t-on précisé au parquet de Versailles.Interrogé par l'AFP, le ministère de la Justice a souligné qu'il s'agissait de "faits exceptionnels" qui "ont justifié que dès le mois de novembre la Chancellerie saisisse l'inspection générale des services pénitentiaires et que, dès le rapport connu, elle suspende" le directeur de la prison.Le code de déontologie pénitentiaire interdit les relations entre personnel et détenus "qui ne seraient pas justifiées par les nécessités du service".Cette enquête interne a donné lieu fin novembre à l'ouverture d'une enquête préliminaire par le parquet de Versailles puis, le 16 décembre, d'une information judiciaire contre X.Un gardien de prison a également été mis en examen pour avoir fourni une puce électronique à la jeune femme. La détenue est, quant à elle, poursuivie pour recel.Le directeur, le gardien, âgé de 36 ans, et la jeune femme avaient été placés en garde à vue lundi dans les locaux de la police judiciaire de Versailles, chargée des investigations.A 17 ans, Emma, jolie lycéenne, avait servi d'appât pour attirer Ilan Halimi, 23 ans, dans le piège tendu par le "gang des barbares".L'avocate de la jeune femme, Me Dominique Attias, contactée par l'AFP, n'a pas souhaité commenter cette affaire."Elle est dans une guerre avec les hommes et le seul moyen de gagner c'est son corps. Elle considère son corps souillé et elle continue de le saper", a affirmé à l'AFP Elsa Vigoureux, journaliste au Nouvel Observateur et auteur de "L'Affaire du gang des barbares" (Ed. Flammarion)Issue d'un mariage forcé en Iran, elle a fui en France avec sa mère et sa soeur après avoir accusé un de ses oncles de l'avoir violée, selon la journaliste. Arrivée à Aulnay-sous-Bois à l'âge de 11-12 ans, elle se retrouve "dans une sale histoire" et affirme avoir été victime d'un viol collectif. Elle finira par retirer sa plainte sous la pression de sa mère, selon Mme Vigoureux.Une autre jeune femme soupçonnée d'avoir servi d'appât au "gang des barbares" pour d'autres cibles qu'Ilan Halimi doit être jugée du 24 au 28 janvier par la cour d'assises des mineurs de Paris.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.