Agression barbare : le calvaire d'un sexagénaire à Cherré

0 21.11.2011 10:35

La victime a été retrouvée mardi en fin de matinée sur le parking de la salle des fêtes de Cherré, complètement groggy. La nature de ses blessures laisse imaginer le calvaire qu’il a vécu.Selon les premiers éléments, c’est au domicile de l’un des agresseurs, situé rue Alice-de-Monaco, à Cherré, que les faits, sordides, se sont déroulés. Très certainement sur fond d’alcool, et pour des motifs que l’on ignorait encore hier soir, plusieurs personnes se sont acharnées sur la victime, un homme résidant sur la commune, âgé de 62 ans, et décrit comme vulnérable.Mardi en fin de matinée, sur le parking de la salle des fêtes de Cherré, petite commune située à quelques kilomètres seulement de La Ferté-Bernard, le malheureux a été retrouvé, portant des traces de mutilation, extrêmement choqué, et tenant des propos incohérents.De graves brûluresSur le sommet de son crâne, que ses agresseurs ont rasé, une croix gammée a été inscrite à l’aide d’un marqueur, et d’autres ont été dessinées sur son corps.En plus de nombreuses traces de coups, le sexagénaire présentait également de graves brûlures. Impressionnantes, et étendues, elles auraient été causées par l’utilisation d’un appareil destinée à effectuer de la micro-soudure. On imagine donc le calvaire et les souffrances endurées par cet homme, victime d’un véritable déchaînement de barbarie dans la nuit de lundi à mardi.De lourdes investigations en coursPris en charge par les secours, il a dans un premier temps été transporté vers le centre hospitalier de La Ferté-Bernard, avant d’être transféré un peu plus tard sur le CH du Mans, afin d’y être examiné, notamment, par un médecin légiste, et de rencontrer un psychiatre.Les gendarmes quant à eux se sont immédiatement lancés dans de lourdes investigations, qui étaient toujours en cours hier en fin de soirée. Hier matin, deux hommes de 29 et 25 ans ont été interpellés et placés en garde à vue. Puis deux autres hier en fin de journée. Selon les premiers éléments, les uns et les autres auraient reconnu leur participation, à des degrés divers, à cette affaire d’une violence inouïe. L’enquête se poursuit : il s’agira notamment de connaître le motif d’une telle sauvagerie, et de déterminer dans quelles circonstances les choses ont pu, à ce point, dégénérer, et sombrer dans la barbarie.Nicolas FERNAND

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.