Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Tennis Coupe Davis : le grand flou autour de Jo-Wilfried Tsonga

0 23.11.2014 09:57
Jo-Wilfried Tsonga, qui vit un week-end difficile, sauvera-t-il la France face à Federer ?

Jo-Wilfried Tsonga, qui vit un week-end difficile, sauvera-t-il la France face à Federer ?

Photo "AFP"

Si la Suisse rit, la France elle, semble bien maussade. De par le score mais aussi la situation autour d’un Tsonga qui semble vivre un week-end en enfer.

« Ce n’est pas un rendez-vous important dans ma carrière mais LE rendez-vous de ma carrière ». Insistant à l’envi sur ce que représente la Coupe Davis, Jo-Wilfried Tsonga est en train de totalement déchanter. Trop timoré, pris par la pression, le Manceau avait d’abord été débordé vendredi par un Stan Wawrinka des grands jours (6/1, 3/6, 6/3, 6/2). Mais samedi, le doute s’est transformé en flou artistique autour de sa personne.

Volontaire comme il l’avait précisé hier, il se préparait a priori à s’aligner en double auprès de Richard Gasquet, paire victorieuse deux fois cette saison dans cette compétition. C’est en tout cas ce que laissait penser l’entraînement entre les deux hommes, 3 heures avant le match. Mais coup de théâtre, c’est finalement Julien Benneteau - arrivé à l’échauffement vers 14 heures - qui était sorti du chapeau par captain Clément.

Un discours de façade ?

Blessure, pression, on ignorait alors la nature de ce retrait. Un jeu de poker menteur s’est alors installé dans les rangs français, bien amers. Tout à tour en conférence de presse, Julien Benneteau (« ça fait longtemps que je me préparais à jouer ») et Arnaud Clément (« hier soir, Julien et Richard savaient avant d’aller se coucher qu’ils joueraient ensemble » ou « chaque joueur à son rituel, ce qui explique qu’ils n’avaient pas à s’échauffer ensemble obligatoirement ce matin ») ont voulu calmer le jeu. « On se doutait que Federer jouerait 3 jours et Jo peut ainsi garder de l’énergie pour dimanche », répétait l’Aixois. Gasquet lui, ne s’est pas risqué à répandre un discours qui pourrait bien être de façade.

Car d’abord, on imagine mal Tsonga se débiner devant l’obstacle, ce qui n’est pas vraiment le genre de la maison. Surtout, quelques voix officielles auraient « fuitées ». « Il s’est rétracté », annonçait d’abord le DTN, Arnaud Di Pasquale. Avant que le président de la fédération, Jean Gachassin, lance que « Tsonga était touché au coude », au micro d’iTélé. Clément lui, assénait dans un sourire jaune, « que même s’il y avait quelque chose, je ne vous dirais rien. Tout ira bien pour demain (dimanche) ».

Les larmes du Sarthois durant les hymnes cachaient-elles alors l’émotion de la belle ambiance du jour, montée d’un cran dans les tribunes. Où plus sûrement encore, la tristesse de ne pouvoir jouer cette finale comme il le voudrait, lui qui avait déjà été dévasté par son forfait dans celle de 2010 en Serbie. On le saura très vite...

R. C.

Pour tout savoir sur la finale de la Coupe Davis, rendez-vous dans "Le Maine Libre" de ce dimanche 23 novembre. A lire aussi sur ordinateur, tablette et smartphone.

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.