Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Talent de la Sarthe La princesse qui écrit des polars

0 10.09.2017 08:23


  • Le Mans, lundi 4 septembre. Sophie Adonon est entourée de ses livres qui connaissent le succès au Bénin. Photo « Le Maine Libre », Denis Lambert


Sophie Adonon est une star d'envergure nationale au Bénin, son pays d'origine. Première femme à être étudiée dans les lycées, cette descendante de la famille royale du Bénin écrit des romans policiers.

Elle a quitté le Bénin à l'âge de 18 ans pour réaliser des études à Paris puis rejoint l'université de droit de Tours et enfin l'Institut d'études de droit du Mans. Elle devient juriste.

Cette maman de cinq enfants a trouvé du temps dans son quotidien chargé pour écrire. Pendant dix ans, elle va écrire toute une série policière : les « Azariades ». 

Et puis un jour, en 2012, elle reçoit un appel d'un journaliste béninois qui lui apprend l'heureuse nouvelle : un extrait de son ouvrage « Le sourire macabre » a été retenu pour l'épreuve de français du brevet national au Bénin. « Chacun de mes livres s'empare d'un sujet de société. Là, c'était le mariage forcé. C'était une surprise totale ce jour-là ! Aujourd'hui encore, je ne sais toujours pas pourquoi j'ai été choisi. »

Membre de l'association des Auteurs du Maine, elle sera présente le samedi 7 octobre à la 25e Heure du Livre.

Plus d'informations dans vos éditions du « Maine Libre » ce dimanche 10 septembre

 

A lire en version numérique en cliquant ici.


 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.