Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Sarthe Quand le corps lâche, un dernier recours devant le tribunal

0 20.04.2017 08:46
Les requérants effectuent souvent des métiers physiques.

Les requérants effectuent souvent des métiers physiques.

Photo d'illustration Archives "Le Maine Libre" Hervé Petitbon

L'ouvrier qui s'est cassé les tendons d'Achille sur les chantiers, la caissière au dos en vrac, le technicien lumière qui ne peut plus travailler en hauteur… Les requérants arrivent avec leur épais dossier médical sous le bras.

Ils manient le jargon de la Sécu et les termes médicaux barbares avec une familiarité issue d'un long parcours médical.

S'ils se présentent devant le tribunal du contentieux de l'incapacité, c'est dans l'espoir que soit revu à la hausse leur taux d'invalidité ou d'incapacité, et donc l'indemnisation de leur handicap.

Basée à Nantes, cette juridiction tient régulièrement des audiences foraines à la cité judiciaire du Mans. Elles élisent domicile dans la petite salle où délibèrent les jurés d'assises.

Rien à voir avec la solennité de la cour voisine. Ici, pas de robe de magistrat ou d'avocat. On juge en petit comité, tout le monde est assis autour d'une table, à la même hauteur.

Ce jour-là, une ancienne avocate pénaliste préside. À ses côtés, deux assesseurs : l'un représente les employeurs, l'autre les salariés.

Ces trois personnes qualifiées prendront leur décision après avoir entendu le requérant et l'avis émis par le médecin qui l'examine, pendant l'audience, dans un cabinet installé à la cité judiciaire.

Enfin, un « défendeur » représente la caisse primaire d'assurance-maladie (CPAM), qui a fixé le taux contesté.

Découvrez notre reportage dans « Le Maine Libre » ce jeudi 20 avril

À lire également en version numérique

 
Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.