Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Sarthe "Les termites, ça bouffe le bois à une allure vertigineuse"

0 10.08.2012 19:02
Les termites ont causé de sérieux dégâts sur les poutres de la maison de Jacques Landry.

Les termites ont causé de sérieux dégâts sur les poutres de la maison de Jacques Landry.

Photo "Le Maine Libre" - Denis Lambert

Il y a quelques années, Bernard Landry s’est aperçu que les termites s’étaient invités dans sa maison, à La Guierche. Aujourd’hui, si le problème est semble-t-il réglé, tout ne s’est pas fait sans mal.

Satanées bestioles ! Elles n’ont pas leur pareil pour vous pourrir la vie. « Quand les termites sont là, je peux vous dire que ce n’est pas drôle du tout », assure Bernard Landry. Dans sa demeure, sur les murs en vieille pierre, des petits boîtiers sont là pour rappeler qu’il y a quelques années, il a fallu entamer la lutte contre un hôte particulièrement enquiquinant. « Ce sont des pièges. On m’a conseillé de les laisser en place même si, aujourd’hui, l’affaire semble réglée. »

Des galeries dans le plâtre

Dans la cave, un autre stigmate de l’invasion : une grosse poutre effritée, ravagée, dévorée. « Les termites, ça bouffe le bois à une allure vertigineuse », glisse le propriétaire des lieux. Et pourtant, malgré leur ardeur à la besogne, leur présence peut passer très longtemps inaperçue.

« Dans mon cas, j’ai fini par les repérer d’une manière bizarre, explique Jacques Landry. Un jour, en 2008, j’ai remarqué des petits trous au niveau du papier peint dans une des pièces, et des galeries dans le plâtre. Puis, dans ma cave où j’avais aménagé des casiers avec des piquets en bois, j’ai trouvé comme des filets de terre sur des bouteilles. »

Escroqué

En levant la tête, Jacques Landry s’aperçoit alors qu’une poutre est complètement déchiquetée. Le doute n’est plus permis : le termite a élu domicile chez lui, ce qu’un expert confirme rapidement. « Comme la loi le prévoit, je suis donc allé faire une déclaration en mairie, et j’ai entamé les démarches pour mettre en place un traitement. »

Et là, rien n’est simple. « J’ai contacté une première société sur Alençon. Mais je suis tombé sur des escrocs. Ils m’ont installé deux boîtiers au grenier, mais il s’agissait en fait de boîtiers électroniques, qui n’avaient aucune efficacité sur les termites. J’ai été voir mon avocate mais elle m’a indiqué qu’une procédure en justice serait longue et coûteuse. Et puis, sur le contrat, il était stipulé qu’ils n’avaient aucune obligation de résultat. »

Deux fois 4 000 €

Alors, Jacques Landry, qui a dû débourser 4 000 € pour rien, n’a plus que ses yeux pour pleurer. « J’ai dû trouver une autre entreprise. Heureusement, je suis tombé sur des gens compétents. »

D’autres boîtiers sont installés et, cette fois, l’efficacité est au rendez-vous. « En trois ans, le problème a été réglé. Mais cette nouvelle intervention m’a encore coûté près de 4 000 €. »

Aujourd’hui, Jacques Landry semble débarrassé de ces sacrés termites. « J’ai remarqué une petite résurgence il y a quelque temps dans une haie. Mais j’ai traité moi-même sans difficulté, indique-t-il. Je pense que le problème est arrivé chez moi après une crue de la rivière toute proche. Les inondations ont apporté du bois mort sur mon terrain. Du bois qui devait renfermer des termites. C’est la seule explication qui tienne. »

Nicolas FERNAND

 

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.