Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Sarthe Les agriculteurs écrivent au ministre

8 16.01.2013 10:53
Les agriculteurs ont écrit une lettre au ministre de l'agriculture Stéphane Le Foll.

Les agriculteurs ont écrit une lettre au ministre de l'agriculture Stéphane Le Foll.

Photo "Le Maine Libre", Denis Lambert

Michel Dauton, président de la FDSEA 72 et David Bourdin, président des Jeunes agriculteurs ont adressé une lettre à Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt. Voici cette lettre en intégralité. Elle a été lué aux manifestants mardi soir.

 

         Monsieur le Ministre,

 

En ce 15 janvier 2013, devant la Préfecture du Mans, les agriculteurs sarthois sont venus vous passer un message fort. Si nous sommes là c'est que nous croyons encore en notre avenir et que nous sommes déterminés à défendre ce beau métier qu'est le métier d'agriculteur.

Car oui monsieur le ministre, malgré les multiples accusations dont nous sommes victimes, entre autre celle d'être d'horribles pollueurs, nous voulons vous dire que nous sommes fiers de nourrir la population, fiers d'être à la source de 10 000 emplois dans les industries agroalimentaires sarthoises, fiers d'entretenir et de préserver nos territoires et notre patrimoine naturel ! Nous aimerions aussi vous l'entendre dire de temps en temps, à l'occasion de vos nombreux déplacements sarthois.

 

De tous temps - et ce n'est pas les plus anciens d'entre nous qui diront le contraire – nous avons su nous adapter aux changements réglementaires incessants, évoluer dans les techniques, faire face aux aléas... Nous ne sommes d'ailleurs certainement pas arrivés au bout et l'agriculture du XXIe siècle reste à inventer.

Par ailleurs, la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs ont toujours su faire preuve de courage et de responsabilité. Dans les tractations avec les pouvoirs publics, vous savez pouvoir compter sur des partenaires loyaux. Mais la loyauté atteint ses limites lorsque la ligne jaune est franchie : comment pouvons-nous accepter un nouveau classement en zones vulnérables pris sans aucun fondement scientifique ?

Comment pouvons-nous accepter de se voir dicter par Paris un calendrier d'épandage aussi restrictif qui conduira la plupart des agriculteurs sarthois à se retrouver dans l'illégalité la plus totale ?

Comment allons-nous faire pour maintenir nos prairies permanentes comme vous nous le demandez alors que vous avez augmenté les tables azotées des vaches laitières, ce qui va plutôt conduire à les rentrer à l'étable ?

Sur tous ces points, et la liste n'est pas exhaustive, nous avons plutôt le sentiment que l'obligation de moyens l'emporte sur l'obligation de résultats. Pour vos services, la qualité de l'eau importe peu tant que les mesures prises par Paris plaisent à Bruxelles. Mais à ce petit jeu là, non seulement nous n'en ferons jamais assez mais en plus, ce sera contre productif pour l'environnement, car lorsque des milliers d'hectares de prairies seront retournées pour faire des grandes cultures, les vaches ne reviendront jamais !

 

Monsieur le Ministre, il y a urgence. Si vous ne faites rien, c'est tout l'élevage sarthois qui est en danger. Car aux contraintes environnementales s'ajoute le contexte céréalier qui offre une vraie porte de sortie pour certains d'entre nous. Et la Sarthe, comme tous les départements intermédiaires, est certainement une zone à risque majeure pour l'élevage.

Vous faites parti d'un gouvernement qui prône « le redressement productif ». Tant mieux car c'est ce que nous demandons : notre métier, c'est produire ! Nous osons espérer que vous comptez sur les agriculteurs pour contribuer à ce redressement productif.

Alors de grâce, ne cassez pas tout avec des mesures aussi technocratiques que contre-productives. Prenez vos responsabilités. Défendez l'agriculture française. Défendez l'élevage sarthois !

Dans l'attente d'actes forts de votre part, recevez, Monsieur le Ministre, nos respectueuses salutations.

 

Commentaires (8)

Pauvre Mauricette, vous
julien.badouard ven, 18/01/2013 - 12:54

Pauvre Mauricette, vous délirée complètement, vos arguments sont faux et débiles ! Je suis dégouté de voir comment vous êtes bornés et complètement à coté de la plaque sur ce sujet. Pensez ce que vous voulez mais arreter de critiquer à tord et à travers sans rien savoir et rien comprendre.
Taisez vous au lieu de dire des conneries pareil ...
Vous êtes lamantable et inconsiante..... !

Soutien aux agriculteurs
Lulu03.72 (non vérifié) ven, 18/01/2013 - 12:56

J'aime bien les gens qui disent : "si les agriculteurs en ont marre de leur métiers, ils ont qu'à faire autre chose."
Je voudrais savoir ce que ces gens là mangent tous les jours pour se sentir aussi indépendants de l'agriculture ; est-ce qu'ils lèchent des cailloux et ça leur suffit?

C'est malheureux ce manque de reconnaissance ...

SOUTIEN AUX ELEVEURS .
CITOYEN72400 sam, 19/01/2013 - 12:33

Nous sommes tous des descendants de paysans . Sans eux , nos campagnes , notre pays , n'auraient pas la même gueule . Ils nous font vivre car ils nous nourrissent , et pourtant , c'est le métier dans lequel on se suicide le plus .Le taux de suicide est plus élevé chez les éleveurs. Ils sont en première ligne : surcharge de travail, pas de vacances , horaires décalés, crises successives, prix du lait instable , changement des règles sanitaires et maintenant moins d'épandages , donc moins d'herbages et donc plus d'étable pour les bêtes que l'on devra nourrir avec des céréales hors de prix .La personne qui a aujourd’hui 100 hectares de céréales n’a rien à voir avec celle qui a 100 hectares, 50 vaches, de l’ensilage à faire, du maïs etc.
Les céréaliers sont les premiers bénéficiaires de la PAC : ils touchent 3 milliards d'euros d'aides chaque année, soit la moitié de la PAC, mais ne représentent que 20% des agriculteurs français .
Par contre vous devez vous battre sur un autre point : Le made in France .
Quand j'achète un steack en uvc , je sais de quel pays vient la bète , né , élevé , abattu , idem pour un kilo de légumes frais ou le lait uht , mais pour les produits transformés , surgelés , aucune indication de la provenance des ingrédients .
Dans le rayon des produits laitiers , le consommateur est infoutu de savoir de quel endroit vient le lait utilisé......Vallée de l'Huisne ou plaine de Tchernobyl ?

JJ72 , je vous soutiens .

Arrogance
mauricette (non vérifié) jeu, 17/01/2013 - 19:55

Qu'est ce qui vous empeche de faire autre chose ? Qu'on vous supprime les 20 milliards de sunventions qu'on paie pour vous chaque annee et vous allez decouvrir les joies d'aller travailler à 100 kms OU BIEN PLUS de votre domicile par tous les temps,supporter la mauvaise jhumeur de ceux qui vous commandent quand ils ne se prennent pas encore pour pire . Vous pensez à ceux qui loin de leur domicile n'ont aucune vie de famille ? Que vous fabriquiez des chomeurs en detruisant fes biens publiCs,ça vous empeche pas de dormir.Les milliers d'euros que vous coutez en plus par vos destructions sont des emplois en moins.
vous etres des assistés incapables de vous remettre en question et vous ne savez que gemir .
Les produits europeens dont les votres ,pesticidés à outrance,sont exportés subventionnés pour s'en debarasser sur les marchés africains où ils sont vendus moins chers que les produits locaux detruisant l'agriculture locale,mais ça c'est pas votre probleme...

C'est bien sur un ensemble de
julien.badouard jeu, 17/01/2013 - 17:54

C'est bien sur un ensemble de métier qui permettes de produire.
Certe il y a des métier plus difficiles, mais nous travaillons tous les jours, nos heures de travail n'ont pas de limite, la conjoncture est aléatoire, presque jamais de vacances, nous ne somme même pas sur de pouvoir nous verser un salaire en fin de mois ...
Pour nous faire enttendre, notre seul solution c'est de manifester, c'est triste mais c'est comme sa !
Et si ce métier est si facile, si vous êtes jalouse, et bien allez y, devener agricultrice et vous verrez ...

Et les Candia?
mauricette (non vérifié) mer, 16/01/2013 - 19:54

Les français qui travaillent et la plupart du temps pour pas grand chose ne nourissent pas le monde,peut etre? Les vetements que vous portez,vos outils,vos tracteurs ,vous les avez peut etre fabriqués vous meme ?
les CANDIA qui ont travaillé des decennies vont perdre leur travail leur vie et votre lait va continuer à etre collecté ,non?qui est le plus à plaindre ?
sans les 20 milliards d'euros payés chaque annee par la collectivité,son travail,sa sueur vous auriez disparu depuis longtemps er ça n'empecherait personne de manger.
alors arretez de vous comporter comme des gens qui auraient plus De droits que d'autres ,il y a 15 millions de personnes dans ce pays qui en bavent plus que vous et ne vont pas pourrir votre vie.

site pour connaitre les benefiaires des subventions et combien
mauricette (non vérifié) mer, 16/01/2013 - 14:26

Des milliards d'euros chaque annee de subventions auquelles s'ajoutent les depredations commises au domaine public lors des manifestations et que le contribuable lui non subventionné doit payer :
sur ce site gouvernemental,vous pouvez savoir ce que perçoit votre voisin agriculteur/
https://www3.telepac.agriculture.gouv.fr/telepac/tbp/accueil/accueil.action

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.