Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Sarthe Le vignoble attaqué par le mildiou

1 01.08.2012 18:36
Sur le terrain, les vignerons sarthois s’inquiètent après plusieurs mois qui ont entraîné l’apparition du mildiou.

Sur le terrain, les vignerons sarthois s’inquiètent après plusieurs mois qui ont entraîné l’apparition du mildiou.

Photo « Le Maine LIbre » - Denis Lambert

En Vallée du Loir, le millésime 2012 présente déjà une caractéristique: il sera rare. En s’attaquant aux vignes dont les cépages produisent jasnières et coteaux-du-Loir, le mildiou a causé de sérieux dégâts.

Il sera certainement très agréable à déguster mais les cuves qui s’apprêtent à l’accueillir lors des vendanges de septembre ne risquent pas de déborder.

En Vallée du Loir, de Poncé à Chahaignes en passant par Lhomme et Marçon, le mildiou, sournoisement, s’est infiltré sur les feuilles et les grappes des vignes locales, compromettant définitivement le volume de la récolte 2 012.

La moitié du vignoble déjà touché

Ce champignon parasite, appelé « Plasmopara Viticola », est apparu depuis plus de deux mois dans les cépages de Chenin, du Cot, du pineau ou autre gamay qui caractérisent le jasnières et les coteaux du Loir élevés dans le sud de la Sarthe.

Pas un des 25 viticulteurs regroupés en AOC au sein du groupement de développement viticole de la Sarthe, n’a été épargné par l’attaque. Sandrine Pairel, responsable du laboratoire œnologique du groupement, structure installée à Château-du-Loir est formelle.

« Tout le vignoble est touché depuis plus de deux mois. Les problèmes ont débuté par de très violents orages de grêle des 2 et 3 juin, anéantissant de parcelles à Chahaignes en touchant de nombreuses autres, notamment à Lhomme. Ensuite, la pluie a continué sans interruption, favorisant la prolifération du champignon. »

Les traitements n’ont pas suffi

La scientifique a fait le tour des exploitations pour dresser un état des lieux. « Je pense que la production va être amputée de 30 à 50 % de son volume, qui se situe habituellement à 5 200 hectolitres sur les 150 hectares des AOC jasnières et coteaux du Loir. Par contre, cela ne devrait pas affecter la qualité du millésime. Les grappes qui n’ont pas été attaquées par la grêle ou par la pluie restent très séduisantes. Maintenant, il faut attendre. »

Les viticulteurs ont pourtant employé les grands moyens depuis deux mois, pour tenter d’enrayer la propagation du mildiou en traitant les vignes d’une manière chimique ou biologique : « Trois sortes de produits ont été employés : les « contacts », produits minéraux ou produits organiques de synthèse qui sont plutôt préventifs ; les « pénétrants », qui se positionnent à l’intérieur des feuilles ; et les « systémiques » qui circulent dans la sève et qui peuvent protéger les jeunes pousses. »

Ce qui est rare est cher

Ces traitements ont simplement limité les dégâts. Mais à l’instar des vignobles comme ceux du beaujolais ou du bordelais, le mildiou, cet été, ne s’est pas privé d’attaquer la viticulture départementale, fierté du sud Sarthe et joyau du Loir.

En s’attaquant à l’intégrité de la vigne, le mildiou risque aussi de solliciter le portefeuille du futur consommateur. Car en s’affichant rare, le millésime 2012 risque aussi de devenir cher.

Jean-Benoît GAYET

Commentaires (1)

Je suis le seul , sans doute ...
phuthanhdanh1 dim, 05/08/2012 - 06:26

... à ne pas m'inquièter pour ce genre de maladie de vigne . Puisque la récolte sera moindre cette année , le prix du vin va augmenter sensiblement . Moi qui bois plus d'un litre par jour ! Mais rassurez-vous : plus d'un litre de ...thé au jasmin ! Ethylotest , pas connaître .

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.