Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Sarthe Trovolone : « Le Mans ne veut plus de nous »

3 11.01.2017 08:21
L'équipe de Trovolone en compagnie d'un représentant de l'entreprise américaine IBM.

L'équipe de Trovolone en compagnie d'un représentant de l'entreprise américaine IBM.

Une seule entreprise sarthoise exposait au renommé salon de l'électronique de Las Vegas : Trovolone. La start-up mancelle, qui projette de créer des emplois, ne se sent plus soutenue par le territoire.

Le plus grand salon de l'électronique s'est refermé lundi à Las Vegas. Avez-vous atteint les objectifs que vous vous étiez fixés ?

Téodor Chabin, président : Nous avons monté une marche de la hauteur d'un building en exposant au CES. C'est un salon démesuré, incontournable pour les entreprises de notre secteur et ultra-efficace.

Le projet de création d'une unité de production pour les box est sur de bons rails du coup ?

Il y a de grandes chances pour que le projet se fasse, oui.

L'idée est toujours de la créer dans l'agglomération mancelle ?

La totalité de la production ne se fera pas en France, car les investisseurs américains et chinois vont vouloir produire chez eux. Et puis, avoir une unité au Mans n'est plus une priorité pour nous depuis qu'on nous donne le sentiment de ne plus compter.

Plus d'informations dans nos éditions du « Maine Libre » datées de ce mercredi 11 janvier.

À lire également sur ordinateur, tablette et smartphone

Commentaires (3)

Raison du rejet ?
geronimo jeu, 12/01/2017 - 12:25

Je ne connais pas les détails, mais justement mon commentaire était avant tout une question par rapport au titre de l'article "Le Mans ne veut plus de nous"; quelle attente peut avoir une start up par rapport à son lieu d'implantation ? une aide logistique (locaux ...), la proximité d'une gare TGV, d'un aéroport, la possibilité d'attirer des étudiants, des clients potentiels, des entreprises partenaires ... ? Clairement, ma question est : que manque t'il ou qu'a t'il manqué à Trovolone pour se sentir rejeté par la ville ?

se poser des question?
aurelienlau mer, 11/01/2017 - 18:22

Il suffit de se poser la question : combien d'entreprises innovantes accompagnées par les structures mancelles qui ont reussi à créer des emplois????
dans l'acoustique??? rien ou un ou deux prestataires.
dans le numérique? Mes Materiaux .com a fait tout seul.
Trovolone ? si j'ai bien compris, comme d'autres ils ont préféré ne plus etre suivis.
mais le mieux c'est de ne pas se poser de question et de se dire que ce sont les entreprises du Mans qui en veulent trop et comme cela on continue tranquillement l'auto congratulation.
ou peut etre aller voir autour et ouvrir les yeux ?

Manque de soutien
geronimo mer, 11/01/2017 - 14:41

Ce serait bien d'avoir quelques explications sur le manque de soutien de la part de l'agglomération mancelle; car, lorsque l'on va sur le site de Trovolone, on peut lire les points suivant :
en Septembre 2014, l'entreprise quitte la région francilienne par manque de soutien; en Juillet 2015, installation complète au Mans grâce à un soutien conséquent de la part du Mans et de sa région.

L'entreprise a besoin d'une importante levée de fonds (20 millions d'euros pour s'industrialiser) pour l'instant, elle n'a pas réussi à convaincre, ce qui n'est jamais facile, surtout vis à vis d'un tel investissement. Mais pour autant, le titre de l'article "Le Mans ne veut plus de nous" parait déplacé et injuste; il est clair que l'appui financier recherché dépend de fonds d'investissement et non d'une collectivité locale.

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.