Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Maine Libre.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Sarthe Ecotaxe : la FDSEA et les Jeunes agriculteurs à la préfecture ce mardi

0 22.10.2013 08:27
La FDSEA et les Jeunes agriculteurs s'insurgent contre la mise en place de l'écotaxe.

La FDSEA et les Jeunes agriculteurs s'insurgent contre la mise en place de l'écotaxe.

Photo archives "CO"

Le message de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs est clair : l'écotaxe pour les poids lourds, ils n'en veulent pas !

Dans le cadre d'une journée d'action nationale contre cette mesure (un prélèvement sur les transports de plus de 3,5 tonnes dont les exploitants devront s'acquitter au même titre que tous les transporteurs à chaque passage de leur véhicule sous des portiques spécifiques), une délégation composée de représentants FDSEA-JA est reçue depuis 8 heures ce matin par le préfet de la Sarthe Pascal Lelarge.

Au niveau national, la FNSEA organise ce mardi dans toute la France une quarantaine de barrages filtrants pour demander l'ajournement de cette écotaxe dont ses adhérents seront redevables dès 2014.

Écotaxe : « Nous ne nous laisserons pas faire »

La mise en place de l’écotaxe ne fait pas tousser que les Bretons. En Sarthe, Denis Lambert, le Pdg de LDC, a sorti la calculette. « Pour le groupe LDC, cela représente 6 millions d’euros. »

Et, sans évoquer la moindre notion de transfert d’activité, le Pdg note qu’en Pologne, là où le groupe possède des unités, les taxes représentent « 15 euros à la tonne ». 

« En France nous sommes à 60 euros à la tonne sans tenir compte de l’écotaxe. » Le Pdg plaide donc pour une harmonisation car aujourd’hui « c’est un élément supplémentaire qui fait que nos entreprises ne sont plus compétitives ».

Compétitivité

Cette notion de compétitivité, Bruno Traverse, le directeur de Charal à Sablé-sur-Sarthe la regarde également. Il parle d’un élément « pénalisant ». Pour le groupe Bigard, l’écotaxe « c’est plusieurs millions d’euros » et « ça viendra grever la compétitivité des entreprises de viandes ».

Dans le même temps, du côté de LDC Denis Lambert  fait remarquer « qu’en France, de sa naissance au consommateur un poulet peut être amené à payer six fois l’écotaxe  », alors que 40 % de la volaille fraîche consommée dans le pays arrive de Belgique et ne paiera qu’une fois cette taxe. D’où, selon lui « une distorsion de concurrence ».

Yves de la Fouchardière, directeur général des fermiers de Loué, assure que le téléphone sonne et la colère monte chez tous les professionnels de l’agroalimentaire des Pays de la Loire. 

« Pour nous, cela représente plusieurs centaines de milliers d’euros. Quant à l’argument politique indiquant que l’écotaxe est un moyen pour inciter les entreprises à mieux gérer leur logistique, c’est totalement absurde ! J’invite les hommes politiques qui  le disent à prendre une année sabbatique et à venir en entreprise pour voir que l’optimisation logistique est une réalité. Quand on a installé notre usine d’aliments Alifel, nous avons effectué un relevé GPS de toutes les exploitations afin d’optimiser les parcours. L’argument donné par les politiques n’est donc pas le bon. »

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Le Maine Libre

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Le Maine Libre.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.